La répudiation, un acte non transposable en droit français

Publié le Modifié le 10/01/2020 Vu 4 465 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La répudiation, acte par lequel un mari décide unilatéralement de mettre fin au mariage, demeure encore un droit dans certains Etats. Bien qu’en principe, la France respecte les lois étrangères, une exception est à évoquer ici.

La répudiation, acte par lequel un mari décide unilatéralement de mettre fin au mariage, demeure encore un

La répudiation, un acte non transposable en droit français

Dans certains pays, la répudiation, localement évoquée sous le vocable "talâq", est, pour les hommes, le moyen le plus simple de mettre fin à leur mariage, sans nécessité d’obtenir le consentement de leur épouse. Il est à noter que les femmes ne peuvent en principe pas bénéficier de ce droit. Si elles souhaitent rompre les liens les unissant à leur époux, elles doivent normalement entamer une procédure judiciaire classique, au terme de laquelle le divorce sera éventuellement prononcé par un juge. Un contrat de mariage peut toutefois prévoir la possibilité, pour la femme, de se répudier elle-même, lorsque le mari a lui-même renoncé à ce droit.

 

Un droit de la répudiation plus ou moins strict selon les pays

Au Maroc, les droits des femmes ont singulièrement progressé à la suite d’une réforme du droit de la famille, en date du 4 février 2004, à l’issue de laquelle un code de la famille a été promulgué. La répudiation, ou talâq, est désormais désignée sous le vocable de divorce sous contrôle judiciaire, qui peut toujours être initié de manière unilatérale par le mari. Du point de vue des femmes, l’amélioration provient de ce que le divorce sous contrôle judiciaire ne peut aboutir sans que la femme ait été entendue par le juge.

Ce point de procédure civile, totalement nouveau dans ce pays, vise à contrer la pratique de la répudiation par SMS, toujours en vigueur dans d’autres Etats, en vertu de laquelle l’épouse répudiée est informée par simple SMS, et totalement par surprise, que son mariage vient de prendre fin.

Les ressortissants de pays appliquant la loi islamique et, notamment, la répudiation, ont parfois pu être tentés de faire constater la répudiation par les tribunaux, afin de pouvoir se remarier librement, sans tomber sous le coup de la prohibition légale de la polygamie. Une demande à laquelle l’Etat français oppose systématiquement une fin de non-recevoir.

 

Le refus du droit français de transposer les décisions de répudiation

En 2004, la Cour de cassation a rendu cinq arrêts par lesquels elle a constaté la contrariété au principe d’égalité entre époux et à l’ordre public international de procédures de répudiation qui visaient des femmes domiciliées sur le territoire français[1].

Elle a par la suite eu l’occasion de réaffirmer sa décision, postérieurement à l’avènement du code de la famille marocain, qui améliore pourtant le droit des femmes. Ainsi, par un arrêt en date du 4 novembre 2009, la Cour de cassation a retenu que le nouveau divorce sous contrôle judiciaire était contraire à l’article 5 du Protocole n° 7 additionnel à la Convention européenne des droits de l’homme[2].

Plus récemment, ce sont deux arrêts rendus par la première Chambre civile, le 23 octobre 2013[3], qui ont fermement rappelé cette position, dans un contentieux relatif à deux décisions de répudiation, rendues en Algérie et au Maroc.

Ainsi, toute décision de répudiation rendue à l’étranger, quelle qu’en soit la forme, n’a aucune valeur aux yeux du juge français, et ne peut produire aucun effet juridique sur notre territoire national. Seule une procédure de divorce respectant le contradictoire et les droits de la femme pourra libérer les époux de leurs obligations matrimoniales, quand bien même ceux-ci se seraient mariés sous l’empire de la loi islamique.

 

Karim Jakouloff
Docteur en droit

 



Sources :

[1] Civ. 1ère, 17 février 2004, n° 02-11.618 ; n° 01-11.549 ; n° 02-17.479 ; n° 01-11.549.

[2] Civ. 1ère, 4 novembre 2009, n° 08-20.574.

[3] Civ. 1ère, 23 octobre 2013, n°12-25.802 et 12-21.344.

 

Vous avez apprécié cet article et souhaitez en apprendre davantage ? Découvrez-en d'autres :

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par catherinne valeur
26/03/2021 14:04

Bonjour madame et monsieur
je suis madame catherinne VALEUR et je suis la pour vous aidez si,
Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos
affaires, pour l'achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la
création de vos propres entreprise, pour vos besoins personnels plus
de doute. J'octroie des crédits personnels allant de 5.000 € à
50.000.000€ avec un taux d'intérêt nominal de 2% quel que soit le
montant. Veuillez préciser dans vos demandes de prêt le montant exact
que vous souhaiteriez et sa durée de remboursement.
Pour avoir plus d'information contacter nous sur cette adresse email :
catherinnevaleur1234@outlook.com

2 Publié par Pret Particulier
16/10/2021 10:48

Bonjour !

Je suis commerçante et propriétaire de deux gros entrepôts de distribution produit alimentaire et disposant capital pret d'argent particulier à court et long terme allant de €1.500 à €500.000 à toute personne sérieuse voulant de ce pret d'argent pour consommation, loyer, immobilier, assurance maladie, voiture, mariage, voyage.
Les personnes interdits bancaires peuvent également envoyer leurs demandes de pret d'argent.

Pour demander cette aide pret d'argent particulier, il faut faire un courrier donnant un maximum de précision sur les difficultés financières que vous rencontrez.

Envoyez le courrier demande pret d'argent dans la boîte : courriers90@gmail.com

Délai de réponse : 5 à 10 minutes.

Pret d'argent sérieux et rapide.

Disponibilité d'argent : instantané après étude de la demande.

Merci pour la confiance que vous placez en moi depuis 2007 à aujourd'hui.


A très bientôt et portez vous bien !

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.