Problèmes juridiques de l’hypothèque d'une copropriété impliquant un mineur

Publié le 21/02/2022 Vu 2 109 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Pour constituer une hypothèque, il faut avoir la capacité juridique, d'où le mineur ne peut constituer l'hypothèque que par représentation par ses parents ou tuteur.

Pour constituer une hypothèque, il faut avoir la capacité juridique, d'où le mineur ne peut constituer l'hy

Problèmes juridiques de l’hypothèque d'une copropriété impliquant un mineur

Problèmes juridiques de l’hypothèque d'une copropriété impliquant un mineur

 

1. Rappel notionnel

 

En droit des sûretés (complémentaire à une obligation), l'hypothèque consiste en l'affectation par le débiteur ou le constituant qui en est le propriétaire d'un immeuble (les fonds bâtis ou non bâtis, les droits réels immobiliers...) déterminé ou déterminable à la garantie d'une ou plusieurs créances, présentes ou futures.

A en croire l'article 190 alinéa 2 de l'acte uniforme de l'OHADA pourtant sur le droit des sûretés, l'hypothèque est soit légale, conventionnelle ou judiciaire.

 

2. Hypothèques d'une copropriété

 

Juridiquement, l'hypothèque conventionnelle ne peut être consentie que par celui qui est le titulaire du droit réel immobilier (voy. article 203 alinéa 1er de l'acte uniforme sous examen).

 

En droit, seul le titulaire du droit réel à l'hypothèque peut consentir l'hypothèque. Ce titulaire implique la ou les personnes ayant la propriété sur un immeuble conformément au droit national de chaque Etat membre de l'OHADA.

En cas de copropriété ou cotitularité (immeuble appartenant à plusieurs personnes), l'hypothèque ne peut se faire que suivant le consentement de tous les copropriétaires, sans lequel, l'hypothèque est nulle et de nul effet.

 

Quid d'une copropriété impliquant un incapable comme mineur ?

 

Pour constituer l'hypothèque, le constituant doit être capable de disposer de son droit. Cette capacité s'apprécie en fonction du droit national des personnes.

 

En droit congolais, une personne mineure n'a pas le pouvoir de constituer une hypothèque. En d'autres mots, on ne peut pas donner en hypothèque, un immeuble dont l'un des copropriétaires est mineur.

 

Ainsi, suivant l'article 221 de la loi n°87-010 du 1er août 1987 telle que modifiée par la loi n°16/008 du 15 juillet 2016 portant code de la famille, le mineur est, pour ce qui concerne le gouvernement de sa personne, placé sous l'autorité des personnes qui exercent sur lui l'autorité parentale ou tutélaire. Il est, pour ce qui concerne ses intérêts pécuniaires et l'administration de ses biens, protégé par les mêmes personnes.

 

Autrement dit, l'enfant mineur est soumis au régime de la représentation, et conformément à l'article sus-visé, il est représenté par ses père et mère ou la personne qui exerce dûment ou juridiquement l'autorité parentale. Ce dernier a le pouvoir de constituer une hypothèque au nom de l'enfant mineur.

 

En clair, une hypothèque constituée impliquant un propriétaire ou copropriétaire mineur sans le consentement des parents ou la personne qui exerce l'autorité parentale, est nulle.

 

Pour renchérir cette position, la jurisprudence récente et unanime précise que l'hypothèque conventionnelle ne peut être consentie que par celui qui est le titulaire du droit réel immobilier régulièrement inscrit et capable d'en disposer (Cour d'Appel de Ouagadougou, com., arrêt n°100 du 18 juin 2009 : Ohadata J-10-208).

 

3. Gage des titres de propriété est différent d'une hypothèque

 

Nombreuses personnes confondent deux éléments essentiels, à savoir le gage des titres de propriété (certificat d'enregistrement) et l'hypothèque d'un immeuble.

 

Suivant les exigences légales, une hypothèque doit faire l'objet d'une publicité qui doit se aire conformément aux règles de publicité édictées par l’Etat Partie où est situé le bien grevé à cet effet. Conformément à l’article 264 de la loi foncière, nulle hypothèque n’existe si n’est inscrite au livre d’enregistrement, sur le certificat de l’immeuble ou du droit immobilier qu’elle grève.

 

Suivant la législation congolaise, pour qu'un immeuble soit considéré comme hypothéqué, le Conservateur des titres immobiliers doit en tant que notaire par excellence en matière immobilière et foncière, endosser la mention hypothèque dans le certificat d'enregistrement, avant sa publicité au registre immobilier. Si le certificat d'enregistrement ne porte pas cette mention en son dos, on ne peut parler de l'hypothèque mais du gage de certificat d'enregistrement.

 

Par contre, lorsqu'on remet au créancier un certificat d'enregistrement d'un immeuble sans passer au bureau des titres fonciers, on parlera tout simplement d'un gage de meuble corporel.

 

Dans la pratique bancaire, il s'est dessiné une erreur gravissime de la part des banques commerciales, qui acceptent les certificats d'engagement sous forme d'hypothèque sans exiger l'apposition de la mention hypothèque dans le certificat. Logiquement, cette opération n'est qu'un simple gage des titres fonciers et non une hypothèque.

 

Dans cette hypothèse, le propriétaire du certificat d'enregistrement, a le pouvoir, d'aller se faire confectionner un nouveau certificat d'enregistrement avec l'ordre au conservateur des titres immobiliers d'annuler le premier dont l'original est remis en gage.

 

Bref, lorsqu'une personne veut hypothéquer son immeuble, vous devez impérativement passer par le bureau de la conservation des titres immobiliers pour se faire obtenir la mention hypothèque et aller remplir les formalités de publicité.

 

4. Conséquence pénale d'hypothèque illégalement un immeuble appartenant à un mineur comme propriétaire ou copropriétaire

 

Nous l'avons dit supra que, lorsqu'il s'agit d'un immeuble dont le mineur est propriétaire ou copropriétaire, le consentement à l'hypothèque doit être donné impérativement par ses parents ou la personne qui exerce sur lui l'autorité parentale. Au cas contraire, celui qui donne en gage le certificat d'enregistrement d'immeuble ou en hypothèque l'immeuble d'un mineur en violation de l'article 221 du code de la famille et du principe de la présentation, comment l'infraction de stellionat prévue à l'article 96 du décret du 30 janvier 1940 portant code pénal tel que modifié et complété à ce jour.

 

Aux termes de cet article, sera puni d'une servitude pénale de 3 à 5 ans et d'une amende quiconque aura vendu ou donné en gage (hypothèque) un immeuble qui ne lui appartient pas.

 

Si vous êtes représentant légale d'un mineur, donner en gage le certificat d'enregistrement ou hypothéqué l'immeuble n'est pas constitutif de l'infraction de stellionat. A contrario, le fait de gagé les titres fonciers ou constituer l'hypothèque sur un immeuble dont le propriétaire ou copropriétaire est mineur, qui du reste, ne consent pas, est constitutif de stellionat.

 

5. Conclusion

 

Pour constituer une hypothèque, il faut avoir la capacité juridique, d'où le mineur ne peut constituer l'hypothèque que par représentation par ses parents ou tuteur lorsqu'il est propriétaire ou copropriétaire d'un immeuble.

 

Dans le cas contraire, l'hypothèque est nulle et de nul effet, et le constituant illégal comment l'infraction de stellionat.

 

 

Me Edmond MBOKOLO ELIMA

Avocat au Barreau de l'Equateur

Assistant à la Faculté de droit de l’Université de Mbandaka

Chercheur en droit à l'UNIKIN.

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de MBOKOLO ELIMA Edmond

MBOKOLO ELIMA Edmond, nommé Magistrat au grade de Substitut du Procureur de la République par l'Ordonnance présidentielle n°23/071 du 06 juin 2023.

Ancien Avocat au Barreau de l'Equateur (Cabinet Bâtonnier Philippe BOSEMBE IS'ENKANGA et Cabinet KALALA & USENI Kinshasa/Gombe), Enseignant à la Faculté de Droit de l'Université de Mbandaka et Chercheur en droit à l'Université de Kinshasa.

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Rechercher
Newsletter

Inscription à la newsletter hebdomadaire

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles