Radiation de Jean-Marc Kabund à l'Udps : analyse et conséquences

Publié le 07/02/2022 Vu 760 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'UDPS/TSHISEKEDI pourra saisira la Cour constitutionnelle par application de l'article 95 al.1 point 10 du Règlement Intérieur de l'Assemblée Nationale, pour statuer de sa déchéance.

L'UDPS/TSHISEKEDI pourra saisira la Cour constitutionnelle par application de l'article 95 al.1 point 10 du R

Radiation de Jean-Marc Kabund à l'Udps : analyse et conséquences

Ministère Public Militaire, Auditorats Militaires : compétence à l'égard de tout le monde.

 

Plusieurs débats naissent au tour de la compétence du Ministère Public rattaché aux Juridictions Militaires, où les uns soutiennent que seuls les militaires et assimilés (policiers) ainsi que tous ceux ont concouru à la commission d'une infraction avec un militaire ou assimilé, peuvent être poursuivis par l'auditorat, et les autres disent que, le Ministère Public Militaire a compétence pour rechercher les infractions quel que soit le statut de l'infracteur (militaire ou pas).

 

A cette discussion juridique, il convient de soutenir qu'il n'existe aucune loi qui interdit au Ministère Public Militaire de rechercher les infractions commises par des civils et n'ayant pas de rapport avec la juridiction Militaire.

 

Il ne faut pas faire de l'amalgame entre le Parquet Militaire et la Juridiction Militaire. Le Parquet Militaire recherche les infractions militaires ou non, et décide, d'exercer l'action publique, soit en fixant les dossiers devant les juridictions où il est rattaché, soit encore, s'il s'agit d'un civil, transmettre le dossier devant son collègue de la magistrature civile.

 

Logiquement, l'Auditeur Militaire peut recevoir une plainte ou dénonciation, voire même constater une infraction qui ne relève pas de la juridiction militaire, se saisit de l'infracteur, instruit et transmet le dossier devant l'OMP des juridictions civiles pour la poursuite de la procédure pénale.

 

Il est aisé de pas confondre le Ministère Public Militaire avec le Ministère Public rattaché aux Juridictions Administratives (Conseil d'État par exemple...). Ce dernier n'est pas répressif, il est là justement pour requérir l'application de la loi en matière administrative. A contrario, le Ministère Public Militaire est répressif, et peut constater n'importe quelle infraction commise par une personne quel que soit son statut, bien sûr en respectant les normes procédurales en la matière (immunités, inviolabilité, autorisation préalable, etc...).

 

Certainement, le Ministère Public Militaire est différent du Ministère Public rattaché à la Cour constitutionnelle. Celui-ci ne recherche que les infractions commises principalement par le Président de la République et Premier Ministre en exercice, et tous les complices ou co-auteurs quel que soit son rang social ou professionnel.

En clair, les Officiers du Ministère public des Auditorats Militaires ont les mêmes attributions reconnues au Ministère Public des juridictions ordinaires.

En exubérance, il faut noter en passant que les Parquets près les juridictions de l'ordre judiciaire peuvent aussi, arrêter un justiciable des juridictions militaires, et procéder de la même manière que les auditeurs militaires.

 

Me Edmond Mbokolo Elima

Avocat au Barreau de l’Équateur

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de MBOKOLO ELIMA Edmond

MBOKOLO ELIMA Edmond, nommé Magistrat au grade de Substitut du Procureur de la République par l'Ordonnance présidentielle n°23/071 du 06 juin 2023.

Ancien Avocat au Barreau de l'Equateur (Cabinet Bâtonnier Philippe BOSEMBE IS'ENKANGA et Cabinet KALALA & USENI Kinshasa/Gombe), Enseignant à la Faculté de Droit de l'Université de Mbandaka et Chercheur en droit à l'Université de Kinshasa.

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Rechercher
Newsletter

Inscription à la newsletter hebdomadaire

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles