Maitre Edmond MBOKOLO ELIMA

Avocat au Barreu de l'Equateur et Assistant à la Faculté de Droit de l'Universté de Mbandaka

LA REPRESSION DES DELITS DE PRESSE EN DROIT CONGOLAIS

Publié le 11/11/2021 Vu 193 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le délit de presse n’est rien d’autre que toute infraction quel que soit sa nature, quel que soit son auteur, commise par voie de presse écrite et audiovisuelle.

Le délit de presse n’est rien d’autre que toute infraction quel que soit sa nature, quel que soit son aut

LA REPRESSION DES DELITS DE PRESSE EN DROIT CONGOLAIS

UNIVERSITE DE MBANDAKA

FACULTE DE DROIT

Année Académique 2020-2021

 

 

« LA REPRESSION DES DELITS DE PRESSE EN DROIT CONGOLAIS ».

Travail de fin de cycle de graduat en droit privé et judiciaire présenté et défendu le 10 novembre 2021.

Par

BOMPOKO MBOYO Esther

Graduée en Sciences de l’Information et de Communication/IFASIC-KINSHASA

 

RESUME

 

Il a été question dans cette étude de s’appesantir sur les infractions qui sont être commises par voie de presse (écrite ou audiovisuelle) ainsi qu’en déterminer la responsabilité tant pénale que civile.

Ainsi, pour parvenir aux résultats attendus, nous avons fait recours aux méthodes juridique et sociologique ainsi que la technique documentaire pour la collecte des données et informations.

Cela étant, l’essentiel de cette étude a été focalisé en deux chapitres. Le premier traite des droits et des obligations de la presse, par contre, le deuxième s’est chargé d’analyser le régime répressif des délits de presse dans notre pays.

Abordant le premier chapitre, il a été compris que la presse congolaise a un cadre juridique tant national qu’international. En effet, sur le plan international, la liberté de presse est garantie par plusieurs instruments, on note l’article 19 de la déclaration universelle des droits de l’homme des Nations-Unies du 10 décembre 1948, l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations-Unies du 16 décembre 1966, l’article 9 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples du 17 juin 1981 ainsi que la déclaration de Munich du 24 et 25 novembre 1971 qui garantissent à tout individu le droit de la presse qui implique la liberté d’opinions et d’expression, le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir, de traiter et de répandre les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

En revanche, sur le plan national les articles 23 et 24 de la Constitution du 18 février 2006 telle que modifiée par la loi n°11/002 du 20 janvier 2011 garantissent à toute personne le droit à la liberté d’expression, le droit à l’information qui implique la liberté de la presse, la liberté d’informations et d’émissions par la radio et la télévision, la presse écrite ou tout autre moyen de communication sous amples réserves du respect de l’ordre public, des bonnes mœurs et des droits d’autrui. A côté de la loi fondamentale, nombreux textes juridiques encadrent cette liberté de presse, en l’occurrence la loi n°96-006 du 22 juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de presse et la loi-organique n°11/001 du 10 janvier 2011 portant organisation, composition, attributions et fonctionnement du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication, en sigle CSAC.

Amorçant le deuxième chapitre entièrement dédié au régime répressif des délits de presse en droit congolais, il a été admis que le délit de presse n’est rien d’autre que toute infraction quel que soit sa nature, quel que soit son auteur, commise par voie de presse écrite et audiovisuelle. Il constitue sans nul doute un abus de la liberté de la presse, c’est-à-dire l’usage des médias à des faits de commettre quelques infractions. Parmi ses infractions punies par les textes pénaux éparses (code pénal, loi sur la liberté de presse, code pénal militaire, pour ne citer que ceux-là), en l’espèce, on note les imputations dommageables ou diffamations (8 jours à 1ans de prison), injures publiques (8jrs à 2 mois de prison), le tribalisme (1 mois à 2 ans de prison), le racisme, trahison, révélation du secret professionnel, provocation à la désertion, provocation à la désobéissance civile, outrages publics aux bonnes mœurs par paroles ou écrits, outrages envers le chef de l’Etat, incitation à la haine raciale, fourniture des fausses informations, divulgation des informations secrètes, incitation au vol, au meurtre, au pillage, à l’incendie, publication des actes d’accusation, des délibérés des cours et tribunaux, le fait de s’attribuer faussement la qualité de journaliste, etc.

Sont là l’échantillon des infractions qui peuvent être commises soit par les professionnels des médias ou par toute personne intervenant dans les médias.

Il convient de noter qu’à chaque infraction de presse suivant le taux de la peine ou la qualité officielle de l’auteur, la loi attribue à des juridictions une compétence tant matérielle, territoriale que personnelle, suivant les privilèges de juridictions ou non (tribunaux militiaire, tripaix, TGI, Cour d’Appel, Cours de cassation).

Enfin, la commission d’une infraction de presse engendre sans nul doute des responsabilités à la fois pénale et civile. En effet, sur le plan pénal, l’auteur de l’article à défaut, le directeur de publication ou l’imprimatur sont responsables lorsqu’il s’agit de la presse écrite. Par contre, l’auteur d’une émission ou d’une diffusion contraire à la loi ainsi que le directeur de programme s’agissant du non-respect des conditions requises pour la diffusion des émissions sont pénalement responsables dans le cadre de la communication audiovisuelle. Aussi,  la commission d’un délit de presse est génératrice d’une responsabilité civile lorsqu’il y a un dommage, une faute et un lien de causalité entre le dommage et la faute. Ladite responsabilité civile est imputée au propriétaire de l’entreprise de presse solidairement avec l’auteur de l’infraction.

Vous avez une question ?
Blog de Maitre Edmond MBOKOLO ELIMA

EDMOND MBOKOLO

30 € TTC

Pas d'avis pour le moment

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maitre Edmond MBOKOLO ELIMA

Maitre Edmond MBOKOLO ELIMA

Avocat au Barreau de l'Equateur

Assistant à la Faculté de Droit Université de Mbandaka

République Démocratique du Congo

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

30 € Ttc

Rép : 24h maximum

Pas d'avis pour le moment

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Informations

Maitre MBOKOLO ELIMA EDMOND

Avocat à la Cour  au Barreau de Mbandaka

Assistant à la Faculté de Droit de l'Université de Mbandaka

E-mail: edmondjean@gmail.com

Tél.: +243852522855

Facebook: Edmond Mbokolo ou Mbokolo Edmond

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles