Les limites de la liberté d'expression (diffamations, injures) dans les rapports de copropriété

Publié le 28/08/2015 Vu 21 105 fois 8
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Qui n’a jamais connu une assemblée générale agitée n’est pas un véritable copropriétaire ! En cas de diffamations ou d'injures commises dans le cadre de la copropriété, quels sont les recours ?

Qui n’a jamais connu une assemblée générale agitée n’est pas un véritable copropriétaire ! En cas

Les limites de la liberté d'expression (diffamations, injures) dans les rapports de copropriété

Qui n’a jamais connu une assemblée générale agitée n’est pas un véritable copropriétaire ! Dans cet univers clos où la parole se libère une fois l’an sous l’égide du syndic, lors de l’assemblée générale annuelle, il arrive que l’émotion prenne le pas sur la rationalité, et que des excès de langage soient proférés. Certains, aussi vite oubliés, seront à mettre sur le compte de la maladresse ou de l’émoi ; il arrive quelquefois que des paroles gratuites et offensantes soient prononcées : le Droit intervient alors pour faire sanctionner ces excès.

Le copropriétaire visé par des propos diffamatoires ou injurieux pourra agir en Justice pour les faire sanctionner et obtenir réparation. Il prendra utilement attache avec un avocat spécialisé en liberté d’expression, tant les particularités procédurales sont nombreuses.

Spécificité de la matière, le délai pour agir en justice sur le terrain de la diffamation ou de l’injure est très court. Le copropriétaire visé par de tels propos devra agir vite : le délai de prescription est en effet de trois mois à compter de la date de commission de l’infraction, qui correspond au jour de l’assemblée générale au cours de laquelle les propos litigieux ont été tenus, ou bien encore à la date de réception du mail collectif litigieux ou du propos publié sur internet. L’auteur des propos poursuivis sera condamné sauf s’il justifie de la vérité des faits ou s’il démontre sa bonne foi (qui suppose un but légitime d’information, une prudence dans l’expression et une absence d’animosité personnelle).

La présente note présente succinctement l’état de la jurisprudence, concernant ces abus de la liberté d’expression commis dans le cadre de la copropriété. Deux  aspects seront abordés : les abus de la liberté d’expression commis entre copropriétaires (II), et ceux commis entre un copropriétaire et un tiers à la copropriété, tel le syndic ou une gardienne d’immeuble (III). Préalablement, la définition des principales infractions de presse sera rappelée (I).

I – Définition des principales infractions de presse : diffamation et injure

1. Diffamation. L’article 29 alinéa 1 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse définit la diffamation comme étant « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. »

Deux conditions doivent donc être réunies pour retenir la qualification de diffamation :

- Il faut que les termes employés comportent l’imputation d’un fait précis , permettant un débat contradictoire : ainsi, l’affirmation par laquelle un copropriétaire prétend que tel autre a fait supporter au syndicat des copropriétaires avec la complicité du syndic des travaux privatifs, peut faire l’objet d’une discussion (est-ce vrai ? est-ce faux ?), elle contient donc l’imputation d’un fait précis.

- Il faut que le fait précis porte atteinte à l’honneur ou à la considération : il faut qu’il soit offensant. Tel est le cas, dans l’exemple précité, du fait d’être présenté comme ayant été malhonnête et avoir préjudicié à la copropriété.

Si le fait reproché n’est pas précis (par exemple, l’exclamation « Voleur ! », hors de tout contexte), il ne s’agira pas d’une diffamation, mais d’une injure.

2. Injure. L’injure est ainsi définie par l’alinéa 2 du même article 29 de la loi du 29 juillet 1881 : « Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure. »

L’injure est un mot ou un chapelet de mots peu vertueux, lancé à la volée : elle ne comporte l’imputation d’aucun fait précis, contrairement à la diffamation. Inutile d’illustrer cette notion : l’écoute quotidienne attentive des dialogues entre automobilistes en est une source intarissable.


II – Les abus de la liberté d’expression entre copropriétaires

Lorsqu’une diffamation ou une injure est commise au sein d’une copropriété, c’est-à-dire devant des personnes unies entre elles par une communauté d’intérêts (elles sont toutes copropriétaires), la diffamation ou l’injure est dite « non publique ». Contrairement à une diffamation ou une injure proférée à la télévision, dans la rue, à la radio ou sur internet : dans ces hypothèses, la diffamation ou l’injure est dite « publique ».

Une diffamation ou une injure non publique constituent, au plan pénal, une contravention.

Une diffamation ou une injure publique constituent, au plan pénal, un délit.
 
Lorsque la diffamation ou l’injure, publique ou non publique, est à caractère racial, religieux – elle s’en prend à une fraction de la population –, l’infraction est plus sévèrement réprimée.

Trois décisions peuvent illustrer notre propos.

1/ Un arrêt rendu par la Chambre criminelle de la Cour de cassation en date du 08 avril 2014 : la Haute juridiction a estimé que les propos injurieux proférés dans une cour d’immeuble comportant seize appartements et à laquelle le public avait accès, caractérisait la volonté de leur auteur de rendre ses propos publics. Dans de telles circonstances, les propos sont publics.

2/ Un arrêt rendu par la Chambre criminelle de la Cour de cassation en date du 14 janvier 2003 : la Cour de cassation a estimé que le fait de présenter des copropriétaires comme étant à l’origine d’une nouvelle convocation de l’assemblée générale dans le seul but de se venger de relances pour non-paiement de charges était diffamatoire à leur égard.

3/ Un arrêt rendu par la Chambre criminelle de la Cour de cassation en date du 07 mars 2000, relatif à une situation dans laquelle nombre de copropriétaires pourront se reconnaître : un courrier adressé par un copropriétaire à un autre, mettant en copie le conseil syndical n’est pas public, compte tenu de la communauté d’intérêts existant entre les destinataires de l’écrit ; cependant, si l’expression d’une vive opposition et la formulation de critiques concernant les options et décisions prises au sein d’une copropriété, portées à la connaissance de la partie adverse et des membres du conseil syndical constituent une information légitime, tel n’est pas le cas d’accusations formulées sur un ton particulièrement offensif et empreint d’ironie malveillante. L’infraction de presse est ici caractérisée.


III – Les abus de la liberté d’expression entre copropriétaires et tiers (syndic, gardienne d’immeuble)

Deux cas de figure seront abordés : d’une part, les propos (écrits ou oraux) entre un copropriétaire et le syndic de l’immeuble ; d’autre part, les propos échangés entre un copropriétaire et tout tiers.

1/ Diffamation et injure dans les rapports entre un copropriétaire et le syndic de l’immeuble

Courrier diffamatoire diffusé dans les boîtes aux lettres. Diffamation non publique caractérisée. Par arrêt en date du 03 décembre 2013, la Cour d’Appel de CAEN a estimé que des courriers rédigés par deux copropriétaires, comportant des accusations à l’égard du syndic, et diffusés par remise dans les boîtes aux lettres des copropriétaires de la résidence, devaient être analysés sous l’angle de la diffamation non publique, car ils avaient été diffusés à des personnes liées entre elles par une communauté d’intérêts et dans des conditions exclusives de tout caractère confidentiel puisqu’ayant, dès leur distribution, une grande probabilité d’être portées à la connaissance des personnes qui y étaient mentionnées, en plus de leurs destinataires.

Dans cette décision, la Cour d’Appel avait rappelé que s’il est exact que les copropriétaires sont en droit de demander à consulter les documents soumis par le syndic à l’assemblée générale, de s’interroger sur la qualité du travail de l’employée chargée d’entretenir les parties communes, sur la réalité du contrat de travail de l’époux de celle-ci et de se plaindre des infiltrations d’eau endommageant leurs parties privatives, comme de remettre en cause la pertinence des décisions prises par l’assemblée générale ; pour autant, cela n’autorisait pas les copropriétaires à imputer au syndic personne morale, à son dirigeant et au président du conseil syndical qualifié de « complice », des pratiques malhonnêtes dans des termes plus que véhéments relevant de l’animosité personnelle, et encore moins de les accuser, sans aucun fondement, de commettre des infractions pénales.

Communauté d’intérêts. Diffamation non publique caractérisée. Par arrêt en date du 13 décembre 2012, la Cour d’Appel de Versailles a rappelé que l’ensemble des copropriétaires d’une résidence sont liés par une même communauté d’intérêts ; l’administrateur provisoire de cette copropriété, les président et gestionnaire de l’association syndicale libre à qui a été attribué l’ensemble des voies, réseaux et espaces verts, partageant cette communauté d’intérêts.

Dans cet arrêt, la Cour d’Appel a jugé que l’imputation faite à un syndic, dans le journal d’une copropriété, d’avoir commis des détournements de fonds au préjudice des copropriétaires en encaissant sur son compte personnel au mois un chèque de l’un des copropriétaires, en utilisant d’autres chèques de copropriétaires pour financer une étude réalisée par un cabinet d’avocats afin d’apprécier les chances de succès d’un pourvoi en cassation, et en effectuant des retraits en liquide sur le compte livret de la copropriété, faits précis de nature à faire l’objet d’une preuve, portaient atteinte à son honneur et à sa considération. Étant observé que, si le but d’obtenir des explications sur les dysfonctionnements de la copropriété, poursuivi par l’auteur des accusations, est légitime, les termes utilisés pour parvenir à cette fin, tels que « détournement de fonds » et « arnaque » caractérisent un manque de prudence et de mesure dans l’expression, exclusif de la bonne foi.

Diffamation non publique non caractérisée. Par arrêt en date du 07 janvier 2010, la Cour d’Appel de Rouen a estimé que le fait de mettre en cause l’habilitation du syndic en l’absence de carte professionnelle de ce dernier ne dépassait pas les limites admissibles dans une assemblée de copropriété, lors de laquelle chaque copropriétaire est en droit de rechercher l’information nécessaire à la préservation de ses intérêts, voire d’adopter une attitude critique à l’égard du syndic. La diffamation n’est donc pas caractérisée.

Absence de communauté d’intérêts. Diffamation constituée mais bonne foi retenue. Par arrêt en date du 15 janvier 2008, la Chambre criminelle de la Cour de Cassation a posé que la diffusion par un copropriétaire d’un procès-verbal d’assemblée comportant des écrits diffamatoires à l’égard du syndic ne pouvait entraîner la responsabilité du président de l’assemblée générale dont il n’était pas établi qu’il ait participé à la diffusion de ce procès-verbal. De plus, la Cour de Cassation a estimé que, le fait que le courrier ait été diffusé à deux copropriétés ayant un syndic commun ne suffisait pas à constituer, de ce seul fait, la communauté d’intérêts. Enfin, la Cour, pour retenir la bonne foi de l’auteur des propos et le relaxer, a estimé qu’en sa qualité de président du conseil syndical de la résidence, chargé à ce titre d’assister le syndic et de contrôler sa gestion, le prévenu pouvait légitimement souhaiter informer des membres de sa copropriété des difficultés rencontrées par les membres d’une autre copropriété avec leur syndic commun ; n’étant ni un professionnel du droit ni un journaliste, il s’était borné à communiquer des extraits d’un procès-verbal d’assemblée déjà rédigé, exposant les suspicions relatives à la gestion du syndic et n’avait pas l’obligation de se livrer à une enquête complémentaire ni de faire preuve de prudence dans l’expression, s’agissant de propos qu’il n’a pas lui-même tenus.

Courrier diffamatoire joint à une convocation à l’AG. Condamnation du syndic. Par arrêt en date du 19 juin 2003, la Cour d’Appel de Metz a estimé que le fait pour un syndic de copropriété de joindre à la convocation à l’assemblée générale des copropriétaires une lettre contenant des propos diffamatoires, cause un préjudice à la personne visée par ce courrier. Le fait de joindre ce courrier à la convocation, alors que ce procédé était tout à fait inutile pour signaler aux copropriétaires le litige opposant l’auteur de la lettre et la personne visée par le courrier, a permis la diffusion de ces propos diffamatoires non seulement auprès des copropriétaires mais également auprès de tiers à la communauté là où une simple mention, dans la convocation, de l’existence du litige, aurait suffi.

Propos tenus en AG. Diffamation non caractérisée. Par arrêt en date du 22 novembre 2001, la Cour d’Appel de Paris a estimé que les termes utilisés par le syndicat des copropriétaires et le syndic, en traitant le copropriétaire de « perturbateur » et de « procédurier impénitent », même s’ils pouvaient paraître déplaisants pour celui qu’ils visaient, ne dépassaient pas, dans le cadre d’une instance judiciaire, la mesure qui sied à des débats sereins et courtois.

2/ Diffamation et injure dans les rapports entre un copropriétaire et les tiers autres que le syndic (gardienne d’immeuble par exemple)

Injures non publiques. Concierge. Par arrêt en date du 10 novembre 2009, la Chambre sociale de la Cour de Cassation a estimé que les propos injurieux d’un concierge à l’égard de copropriétaires pouvaient justifier son licenciement

Injures à l’égard de tiers, proférées lors de l’A.G. Injures non publiques. Par arrêt en date du 20 février 2007, la Chambre criminelle de la Cour de cassation a estimé que les propos diffamatoires tenus lors d’une assemblée générale et visant des tiers à l’assemblée relevaient en principe de la contravention de diffamation non publique

Les injures entre voisins peuvent être une composante d’un trouble de voisinage. Par arrêt en date du 11 juillet 2011, la 3ème Chambre civile de la Cour de Cassation a estimé que la situation conflictuelle de voisins avec une copropriété, se caractérisant notamment par des propos injurieux, constitue un trouble de voisinage.

En définitive, lorsqu'après de vifs propos, des excuses ou un verre de l'amitié entre voisins ne sont pas proposés, il existe des voies de droit pour restaurer un vivre-ensemble...

Valéry MONTOURCY & Nicolas VERLY
Avocats au Barreau de Paris
Liberté d’expression
secretariat@montourcy-avocats.fr
verly@alterlitis.com

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
27/04/2016 10:52

lors de la réunion hebdomadaire de travail avec le syndic et le conseil syndical, j'ai fais, en tant que gardien de la copropriété, l'objet des propos suivants par la vice-présidente du CS, je cite:
"vous n'y connaissez rien, fermer votre grande gueule"
Quels sont mes droits et réparations que je peux demander.

2 Publié par Valery Montourcy
27/04/2016 10:59

Monsieur,
Je vous invite à contacter mon secrétariat (01 45 72 02 52) à partir de 14 heures.
Bien cordialement,
Valéry Montourcy
Avocat à la Cour

3 Publié par Visiteur
03/10/2016 17:07

Bonjour,

Etant employé d'immeuble avec ma compagne depuis 2012, nous subissons régulièrement et tout particulièrement durant la période "piscine" (5 mois) beaucoup de diffamation à notre égard, de la discrimination, et accusation en tout genre, par une petite poignée de copropriétaires (une quinzaine sur 290 appartements), qui nous cherchent des histoires afin de nous pousser à la faute ou nous faire licencier. Ces personnes ne voulaient plus de gardien lors du départ en retraite des anciens gardiens en 2012. Leur méthode de provocation et leur colportage de fausses rumeurs sont assez virulentes. Cela devient difficile moralement de travailler dans de telles conditions, mais nous ne voulons pas céder, nous aimons notre travail et nous ne voulons pas satisfaire ces personnes pour 95 % des autres copropriétaires qui nous apprécient dans notre travail. Que peut-on faire pour les calmer sans pénaliser les autres copropriétaires ???

4 Publié par Visiteur
03/10/2016 20:17

Monsieur,
Je vous invite à contacter mon secrétariat en vue d'une prise de rendez-vous. Une stratégie s'impose.
Bien cordialement,
Valéry Montourcy
Avocat à la Cour

5 Publié par Visiteur
19/07/2017 11:04

Bonjour Monsieur Valéry Montourcy,

Membre du conseil syndical, je viens de recevoir un mail du président (de ce conseil). Ce mail contient des propos diffamatoires à l'égard d'un copropriétaire qui était président du conseil syndical l'année dernière (et qui n'est plus membre du conseil syndical).
Ce message le met en cause dans le cadre de l'exercice de sa fonction de Président du conseil syndical qu'il occupait.
Ce message électronique reçu du président du conseil syndical a été adressé à tous les membres du conseil syndical et à un copropriétaire non membre du conseil syndical.
S'agit-il d'une infraction ? si oui, comment la qualifier ?
Ma responsabilité de membre du conseil syndical peut-elle être engagée ?
Puis-je (ou dois-je) transmettre le mail à la personne mise en cause ?


D'avance merci pour votre réponse.

6 Publié par rinaldi@kty
28/05/2019 13:35

Bonjour
J ai reçu des menaces de la part d'un membre du conseil syndical; ayant mis à l'ordre du jour plusieurs résolutions (par voie d'avocat), celui-ci m'a demandé de retirer ma demande sous peine de devoir faire intervenir son service juridique. Je n'ai pas retirer mes demandes et n'ai eu aucun retour de son service juridique mais celui-ci étant majoritaire, la demande a été rejetée. Je suis régulièrement "menacé" par les membres du Conseil syndical, les décisions prises en réunion ne sont pas transmises, un membre du conseil syndical intervient auprès du syndic sans concertation avec les autres membres…

Merci de bien vouloir m informer des recours possibles

7 Publié par VergeDeSatan
02/07/2019 02:59

bonsoir ou pour certain bonjour moi c'est mon SYNDIC* qui est en cheville*avec les DOMAINE* DONC ETATIQUE VU QUE C EST LES DOMAINES ETATIQUE MERCANTILE ET SONT SI FRIC FRIC FRAC
les domaine qui voulait me racheter l'appartement HYPER ULTRA BIEN-SITUE*
donc ils font une association de malfaiteurs en cole blanc
et du coup les Domaine font bloc avec la Copropriété contre moi *avec menace de vendre a la bougie donc au enchères et aux plus offrant*sachant que les domaines sont l'indivision* mais je suis le seul mis en cause''-(" ah mourir de rire JAUNE*")-''''car c'est Moi-Seul qui supporte les charges** que je refuse bien évidemment de payer'''''''' avec des lettres de relance d'huissiers avec des sous-entendu tant a leurs probant passages chez moi inscrits sur leur AR de passage avec facturation éhonteuse*
les domaine minore et minorent le vrai prix réel de mon bien et ignore la tantine de nos banque qui donné plein pouvoir au seul survivant MOI VU QU'ELLE-(" hélas est-décédé est ma bien-aimée ")-plus une preuve que j'ai a mon seul nom comme quoi je voulais faire des travaux un acte officiel de la part de l'Architecte de du Syndic et de la Copropriété de l'époque car j'y suis copropriétaire depuis 1976 ANNEES DISCO m'avait fait un devis d'intervention pour d'important travaux donc en résume il nr devrait pas u avoir d'*indivision* alors c'est quoi cette anarque ou cette MASCARADE ou prise d'opposition vis a vis de MOI SEULE*merci qu'aux avocat vraiment féru du droit de la copropriété merci de votre intelligible compréhension factuelle AH OUI JE SUIS HANDICAPES MDPH

8 Publié par Berdo
26/03/2021 17:28

Souhaitant me présenter comme membre du conseil syndical, le Syndic, 4 jours avant la tenue de l'AG, a adressé aux copropriétaires une lettre où les propos et les mots sont extrêmement violents et indignent d’un syndic, dont l’objectif est de m’intimider, de m’attaquer et de me discréditer entièrement auprès du syndicat de copropriétaires… !!!
Quels sont mes droits devant ce comportement inacceptable à mon endroit et qui a sali publiquement mon honneur ?
Cordialement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Valéry Montourcy

Valéry Montourcy, Avocat au Barreau de Paris

Domaines d'expertise :

1. Droit des majeurs protégés : tutelles, curatelles, sauvegardes de justice, mandats de protection future

2.  Défense des victimes d'abus de faiblesse, Hospitalisations sans consentement

3. Procédures d'indemnisation du dommage corporel

4. Divorces et successions.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles