abandon du domicil conjugal

Publié le 30/04/2009 Vu 3371 fois 1 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

robot représentant Juribot

Une question juridique ?

Posez votre question juridique gratuitement à notre chatbot juridique sur Juribot.fr

30/04/2009 13:57

bonjour,
mon mari entretenait une relation avec une amie depuis 2 semaines.Lundi 20 avril il m'annonce tout d'un bloc que soit disant il ne m'aime plus,(alors qu'on entretenait encore de très bonnes relations et une bonne complicité) et il me dit avoir besoin de faire un" break"qu'il reste habiter avec moi et les enfants (11ans et 6 ans)et il dit réfléchir ; finalement le mercredi 22 il est venu en plein après midi chercher sa valise (en y prenant pas grand chose) et sur un coup de tete ou un coup de foudre il est parti habiter la-bas alors qu'il ne la connait à peine.Elle est divorcée et a 3 filles (13 ,11 et 7 ans)il m'impose les jours ou il prend les enfants pour qu'ils dorment chez elle avec lui.En a t'il le droit ou est ce que je peux refuser qu'il les prennent du fait qu'il est quitté le domicile conjugal? que faire? merci de me guider je suis perdu, je ne veux pas le faire souffrir car moi je l'aime toujours . salutations

30/04/2009 14:47

quinette, bonjour

"Je ne veux pas le faire je l'aime toujours"
Aussi dans l'immédiat, il n'y a pas grand chose, sinon attendre.

Quelle réaction avoir en cas d'abandon du domicile conjugal par votre conjoint, sans motif légitime ?
Si votre conjoint s'en va s'installer chez sa maîtresse, vous pouvez lui faire délivrer, par huissier de justice, une sommation de réintégrer le domicile conjugal. S'il ne donne pas suite à cette sommation, ou s'il ne trouve pas d'argument pour justifier son départ, vous disposerez au moins d'un grief et d'un moyen de preuve.

La disparition de la communauté, mais aussi l'atteinte à la communauté de vie, lorsqu'elle est imputable à l'un des conjoints, peut être sanctionnée sur le fondement de l'article 242 du Code civil dans le cadre d'un divorce pour faute.

Le manquement à l'obligation de communauté de vie, constitue une faute, cause de divorce.
Sur ce fondement du divorce pour faute, ce sont souvent des manquements au devoir de cohabitation, soit l'abandon du domicile conjugal sans raison valable ou le refus de réintégrer le logement familial qui vont entraîner directement le prononcé du divorce, sans que le juge s'interroge sur la survie d'une communauté de vie affective.
Mais d'autres comportements peuvent caractériser aussi la rupture de la communauté de vie, établissant à nouveau qu'elle ne se réduit pas à la cohabitation des époux et que malgré la cohabitation, la rupture de la communauté de vie peut être consommée.

Mais c'est le début de la guerre. Même chose concernant les enfants, les empêcher de les voir, de les emmener, et ce sera la guerre.
Malheureusement, je ne peux que vous souhaiter d'attendre, si vous persister dans le fait de ne pas vouloir le faire souffrir.

Désolée de ne pouvoir vous aider plus.
Bon courage à vous.

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. HADDAD

Droit civil & familial

2651 avis

209 € Consulter
Me. BEM

Droit civil & familial

1426 avis

249 € Consulter