J'ai quitté le domicile consuguale

Publié le 03/04/2009 Vu 2348 fois 5 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

robot représentant Juribot

Une question juridique ?

Posez votre question juridique gratuitement à notre chatbot juridique sur Juribot.fr

01/04/2009 22:54

Bonjour,
J'ai quitté mon ex-compagne qui m'en a fait vivre de toutes les couleurs.
Nous avons vécu maritalement pendant 10ans
Un enfant (de 8 ans) en commun dont je continu a assumé.
Je suis parti il y presque 1 an.
Aujourd'hui, elle m'attaque en justice prétextant que j'ai fuis mes obligations en quittant le domicile conjuguale. Elle réclame la garde totale de notre enfants.
Je suis contre bien entendu

Peut-elle avoir gain de cause ?

Merci d'avance pour votre réponse

Sébastien

02/04/2009 22:38

Bonsoir,
Avez fait une main courante avant de quitter le domicile conjugal ?
Dans le cas contraire, votre femme peut vous accuser d'abandon de famille et de foyer.
Concernant la garde du ou des enfants, vous pouvez demander la garde conjointe, c'est le juge qui tranchera.
Prenez un avocat, vous avez besoin d'un dossier béton, (vous avez laissez votre fils pendant un an, ce n'est pas positif pour vous.) Si vous n'avez pas les moyens, demandez l'aide juridique au TGI du domicile de l'enfant.

Rendez-vous à la "MAISON DE JUSTICE ET DE DROIT" :
Accessible gratuitement à tous sans rendez-vous, la Maison de Justice et du Droit assure une justice de proximité au service des citoyens. Elle propose une aide confidentielle en matière d’informations et de conseils sur les droits et obligations de chacun. 40% des motifs de consultation concernent le droit à la famille (divorce, séparation, exercice de l’autorité parentale sur l’enfant mineur) et le droit des personnes.

J'espère vous avoir aidé. Bon courage à vous.

02/04/2009 23:08

J'ai posé une main cournte avant de partir non pas pour prévenir que j'allais quitter le domicile conjuguale mais pour vol, dégradations et violence envers moi (de la part de mon ex compagne).

J'ai vu ma fille pendant 4 mois après être parti. Ceci à raison d'une semaine sur 2 (alternance).

Depuis Nvembre dernier, je l'ai quand quand mon ex le souhaite, soit 1 à 2 fois par mois!

La police refuse toute main courante ou plainte pour ce genre de motif, prétextant qu'il ne sont là que pou les affaire pénales.

J'ai un avocat, un peu mou à mon gout, mais j'en ai un quand même.

J'espère juste pouvoir récupérer ma fille en garde alternée

03/04/2009 09:06

bonjour, vous étiez marié ou viviez en concubinage, si non marié il n'y a pas d'obligation de cohabitation, de communauté de vie, de fidélité, vous lui devrez une pension alimentaire si vous avez reconnu l'enfant (votre fille),en échange vous devrez disposer d'un droit de visite et d'hébergement, si pas accord vous devrez saisir le juge aux affaires familiales, pas besoin d'avocat, cordialement
__________________________
DORANGEON.OVER-BLOG.COM

03/04/2009 17:19

La police DOIT prendre en compte votre demande.

Violences conjugales
La première chose à faire est de déposer plainte à la gendarmerie la plus proche de votre domicile. Pas une main courante, mais une plainte. Les policiers écoutent les femmes/hommes maltraités et les soutiennent. Ils leurs fournissent des adresses d'associations ou ellesils peuvent se faire aider.
"Une étude récente affirme qu'en France, tous les quatre jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon. La violence conjugale qu'elle soit psychologique ou physique est inacceptable. Il faut à tout prix que les femmes portent plainte lorsqu'elles en sont victimes."
Certaines formes de violences conjugales peuvent être également incriminées sans que le lien entre la victime et l'auteur soit considéré comme une circonstance aggravante. Le code pénal dit :
* L.222-1 du Nouveau Code Pénal : actes de torture ou de barbarie (15 ans de réclusion criminelle)
* L.222-7 : violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner (15 ans de réclusion criminelle)
* L.222-9 : violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente (10 ans de réclusion criminelle et 150.000 € d'amende).
* L.222-11 : violences ayant entraîné une ITT pendant plus de 8 jours (3 ans d'emprisonnement et 45.000 € d'amende)
* L.222-13 : violences ayant entraîné une ITT pendant moins de 8 jours (3 ans d'emprisonnement et 45.000 € d'amende).

Cela ne vous aidera pas beaucoup mais c'est un petit plus pour le JAF.
Bien à vous et bon courage pour le futur.

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. HADDAD

Droit de l'immobilier

2666 avis

209 € Consulter
Me. BEM

Droit de l'immobilier

1434 avis

249 € Consulter