Interruption période d'essai en arrêt maladie

Publié le 19/08/2018 Vu 858 fois 7 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

14/08/2018 12:27

Bonjour
Cela fait 2 mois que je travaille en CDI dans une entreprise. Les choses ne se passant pas très bien (problème de management defaillant/pas de soutien) mission dites oralement et jamais écrites avec des objectifs oraux irréalisables car ne correspondent pas a la réalité de la sitiariin.Informations très contradictoires et charge de travail impprtante et sans accompagnement ni de ma hiérarchie ni des ressources humaines. Je me trouve aujourd'hui dans une épuisement nerveux intense. Cela fait trois semaines que je pleure tous les matins dans ma salle de bains avant de passer sous la douche et maintendant je prends des médicaments. Je suis en arrêt maladie depuis 3 jours et dès que je pense au travail j'ai la nausée et envie de vomir. Je ne peux plus remettre les pieds dans l'entreprise car je ne suis pas sereine. Je voudrais pouvoir la quitter et pouvoir bénéficier de mes assedic que j'ai encore. Mais si je romps la période d'essai mes droits seront suspendus et je devrai passer par une commission du Pole emploi au bout de 4 mois. Comment puis je me libérer de cette entreprise et de ce groupe sachant qu'avant moi il y a eu deux intérimaires qui ont fini leur mission chacunéiforme en catastrophe car ça se passait mal. Je suis en CDI. Et la période d'essai est de 3 mpis

14/08/2018 12:44

Bonjour,
Je ne sais pas ce qui vous fait dire que si vous rompez la période d'essai pendant les 65 premiers jours alors que vous étiez indemnisée par Pôle Emploi vous n'aurez pas droit à une reprise d'indemnisation et si ce sont des informations qui vous ont été fournies par l'organisme alors que je pense que ce n'est pas le cas...
Vous pourriez donc la rompre pendant l'arrêt-maladie par lettre recommandée avec AR sans avoir à effectuer le délai de prévenance de 48 h...
__________________________
Cordialement.
P.M.

19/08/2018 07:16

Bonjour,

Si vous n'avez pas travaillé au moins 65 jours travaillés depuis votre dernière ouverture de droit à Pôle emploi, vous pouvez démissionner en toute quiétude, Pôle emploi vous versera votre reliquat ou reprendra l'indemnisation.


REGLEMENT UNEDIC DE 2017

Section 6 - Conditions de poursuite et reprise du paiement
Art. 26 -
§ 1er - Le salarié privé d'emploi qui a cessé de bénéficier du service des allocations, alors que la période
d'indemnisation précédemment ouverte n'était pas épuisée, peut bénéficier d'une reprise de ses droits, c'est-àdire
du reliquat de cette période d'indemnisation, après application, le cas échéant, des articles 9 § 2 et 10 dès lors
que :
a) le temps écoulé depuis la date d'admission à la période d'indemnisation considérée n'est pas supérieur à la
durée de cette période augmentée de 3 ans de date à date ;
b) il n'a pas renoncé volontairement à la dernière activité professionnelle salariée éventuellement exercée ou à
une autre activité professionnelle salariée dans les conditions prévues à l'article 4 e), sauf cas prévus par un accord
d'application. Cette condition n'est toutefois pas opposable :
• aux salariés privés d'emploi qui peuvent recevoir le reliquat d'une période d'indemnisation leur donnant
droit au service des allocations jusqu'à l'âge auquel ils ont droit à la retraite à taux plein, et au plus tard
jusqu'à l'âge prévu au 2° de l'article L. 5421-4 du code du travail ;
• aux salariés privés d'emploi qui ne justifient pas de 65 jours travaillés ou 455 heures travaillées.

19/08/2018 08:35

Bonjour,
C'est bien ce que je disais même s'il ne s'agirait pas d'une démission mais de la rupture de la période d'essai à l'initiative de la salariée...
__________________________
Cordialement.
P.M.

19/08/2018 10:34

En effet, j'évoquais une démission au sens large du terme.

19/08/2018 11:43

Trop large pour en fait parler précisément d'une rupture de période d'essai...
__________________________
Cordialement.
P.M.

19/08/2018 15:36

Je ne vois vraiment pas en quoi serait-ce excessif d'évoquer une démission, puisque le règlement d'assurance chômage dispose que la démission, qu'elle soit intervenue en cours de période d'essai ou non, ouvre droit à l'Allocation de retour à l'emploi dès lors qu'elle intervient alors que le salarié a travaillé moins de 65 jours depuis sa dernière ouverture de droit.

19/08/2018 16:25

Je ne sais pas si c'est excessif, terme que je n'ai pas utilisé, mais ce n'est pas en l'occurrence assez précis puisque la démarche n'est pas la même et que le délai de prévenance d'une rupture de période d'essai à l'initiative de la salariée ne peut pas être comparé au préavis de démission...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. KADDOUR

Droit du travail

1 avis

Me. BERNON

Droit du travail

90 avis