Les propositions de reclassement d’un salarié inapte doivent-elles être obligatoirement écrites ?

Publié le 02/10/2017 Vu 614 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En l’espèce, un salarié a été engagé par une Société de transports, le 4 décembre 1997, sur un poste de chauffeur routier.

En l’espèce, un salarié a été engagé par une Société de transports, le 4 décembre 1997, sur un poste

Les propositions de reclassement d’un salarié inapte doivent-elles être obligatoirement écrites ?
En l’espèce, un salarié a été engagé par une Société de transports, le 4 décembre 1997, sur un poste de chauffeur routier.
Courant mars 2013, le médecin du travail a émis un avis d'inaptitude à tout emploi dans l'entreprise.
Le salarié a été finalement licencié le 8 avril 2013, pour inaptitude et impossibilité de reclassement.
Ce dernier a saisi la juridiction prud’homale, estimant que l’employeur n’avait pas satisfait à son obligation de reclassement. 
Dans son Arrêt du 30 octobre 2015, la Cour d'appel de Douai a donné raison au salarié et a condamné l’employeur.
La Cour d’Appel a considéré que rien n’établissait que l’employeur ait proposé un poste au salarié inapte, ni que le salarié avait refusé cette offre, il n’existait en effet aucun écrit sur ce point. 
La Cour de cassation n’est pas du même avis, en effet, cette dernière a considéré que la Cour d’appel de Douai a ajouté présentement à la loi « une condition qu'elle ne prévoit pas ».
L’Arrêt de la cour d’appel a donc été cassé et annulé, les deux parties renvoyées devant la Cour d’appel d’Amiens. 
Affaire à suivre…
Cour de cassation du 08 juin 2017 – n° 15-29.419
Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.