Période d'essai : Attention ! ...

Publié le 27/07/2010 Vu 6 578 fois 5
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'objet de la période d'essai est de permettre à l'employeur d'évaluer les compétences du salarié dans les conditions normales d'exécution de son travail et au salarié d'apprécier si les conditions d'emploi lui conviennent. Au cours de cette période, chacune des parties est, sous réserve du respect d'un délai de prévenance, libre de rompre le contrat sans formalité et sans motif, si elle estime l'essai non concluant. Cependant une telle rupture peut donner lieu au payement de dommages et intérêts si elle présente un caractère abusif.

L'objet de la période d'essai est de permettre à l'employeur d'évaluer les compétences du salarié dans le

Période d'essai : Attention ! ...

I - PERIODE D’ESSAI et DROIT APPLICABLE

1. Définition de la période d'essai

L'objet de la période d'essai est de permettre à l'employeur d'évaluer les compétences du salarié dans les conditions normales d'exécution de son travail et au salarié d'apprécier si les conditions d'emploi lui conviennent (article L. 1221-20 du Code du travail).

La période d'essai doit être expressément stipulée dans la lettre d'engagement ou le contrat de travail (C. trav., art. L. 1221-23).

2. Durée de la période d'essai

. Principe

Le Code du travail fixe la durée maximale de la période d'essai en fonction de la catégorie professionnelle du salarié. L'article L. 1221-19 du Code du travail prévoit ainsi que la durée maximale de la période d'essai est de :

  • – 
    2 mois pour les ouvriers et employés,
  • – 
    3 mois pour les agents de maîtrise et les techniciens,
  • – 
    4 mois pour les cadres.

L'article L. 1221-21 du Code du travail précise que lorsqu'un renouvellement est possible, la durée totale de la période d'essai ne peut, en toute hypothèse, pas excéder :

  • – 
    4 mois pour les ouvriers et employés,
  • – 
    6 mois pour les agents de maîtrise et techniciens,
  • – 

    8 mois pour les cadres.

  •  

. Exceptions

 

- Durées plus longues fixées par des accords de branche conclus avant la publication de la loi du 25/06/2008 à la condition toutefois que cette durée n'excède pas le temps nécessaire pour évaluer l'aptitude du salarié à exercer les fonctions pour lesquelles il a été recruté ;

 

- Durées plus courtes prévues par les conventions et accords collectifs conclus postérieurement à la publication de la loi du 25/06/2008 ;

 

- Durées plus courtes prévues dans le contrat de travail ou la lettre d'engagement.

 

 

3. Délai de prévenance en cas de rupture

 

- En cas de rupture à l'initiative de l'employeur

 

L'article L. 1221-25 du Code du travail dispose que lorsque l'employeur met fin au contrat en cours ou au terme de la période d'essai pour les contrats stipulant une période d'essai d'au moins 1 semaine, le salarié est prévenu dans un délai qui ne peut être inférieur à :

  • – 
    24 heures en deçà de 8 jours de présence ;
  • – 
    48 heures entre 8 jours et 1 mois de présence ;
  • – 
    2 semaines après 1 mois de présence ;
  • – 
    1 mois après 3 mois de  

- En cas de rupture du contrat par le salarié

L'article L. 1221-26 du Code du travail dispose que :

 lorsqu'il est mis fin à la période d'essai par le salarié, celui-ci respecte un délai de prévenance de quarante-huit heures. Ce délai est ramené à vingt-quatre heures si la durée de présence du salarié dans l'entreprise est inférieure à huit jours”.

II - ABUS DU DROIT DE ROMPRE LE CONTRAT

1. Différents types d'abus

 

 

L'abus de l'employeur rend la rupture injustifiée et donne droit, pour le salarié, à des dommages-intérêts en réparation du préjudice résultant de la perte de son emploi.

Différents types d’abus reconnus par les tribunaux :

 Est abusive la rupture de l'essai qui procèderait de l'intention de nuire à l'autre partie ou de la légèreté blâmable de l’employeur ;
 La rupture du contrat de travail est également abusive lorsque la période d'essai a été détournée de sa finalité.

- L'intention de nuire est une attitude malveillante ayant pour but de causer un préjudice à autrui.

- La légèreté blâmable est retenue lorsque l'employeur prend la décision de rompre le contrat de travail de manière précipitée alors que le salarié n'a pas été mis en mesure d'exercer les fonctions pour lesquelles il a été recruté et n'a donc pas eu l'occasion de faire la preuve de ses qualités professionnelles (V. Cass. soc., 20 févr. 2007, pourvoi n° 05-44.553. – Cass. soc., 15 mai 2008, pourvoi n° 07-42.289).

Ainsi a été jugée abusive la rupture du contrat d'un salarié de 45 ans, qui venait de démissionner de son précédent emploi, cette rupture étant intervenue alors qu'il effectuait un stage d'adaptation aux techniques de la société et qu'il n'avait pas encore été mis en mesure d'exercer les fonctions qui lui avaient été attribuées (Cass. soc., 5 mai 2004 : Bull. civ. 2004, V, n° 123).

 

 Est encore abusive la rupture qui serait fondée sur une discrimination, un état de grossesse, une maladie ou un accident de travail.



Il est à noter que la rupture du contrat par le salarié peut également présenter un caractère abusif (Cass. soc., 9 mai 1979 : Bull. civ. 1979 V, n° 392 ; D. 1980, inf. rap. p. 30.

 

L'employeur aura droit à l'allocation de dommages-intérêts s'il démontre que la faute du salarié lui a causé un préjudice.

 

EN CONCLUSION

 

La rupture du contrat de travail est abusive lorsqu'il est établi qu'elle intervient en réalité pour un motif non inhérent à la personne du salarié et donc, par essence, étranger à l'appréciation de ses qualités professionnelles (Cass. soc., 20 nov. 2007 ).

L’abus de droit est retenu chaque fois que l’appréciation des qualités professionnelles n’a pas été réalisée.

La preuve de l’abus incombe au salarié.

Cependant, le fait que le poste occupé par le salarié ait été supprimé peut constituer un indice important de l’existence d’un abus.

 

2. Sanctions

 

 

- Indemnisation du préjudice subi

 

L'abus de l'employeur rend la rupture injustifiée et donne droit, pour le salarié, à des dommages-intérêts en réparation du préjudice résultant de la perte de son emploi.

 

Les juges disposent d'un pouvoir souverain pour apprécier le véritable motif de la rupture et ainsi évaluer le montant de l"indemnisation (Cass. soc., 10 déc. 2008, pourvoi n° 07-42.445).

 

- Quelles sont les démarches à entreprendre pour contester la rupture du contrat de travail ?

 

Dés notification du solde de tout compte et du certificat de travail, il appartiendra à la personne s'estimant lésée par cette rupture, de saisir le Conseil des Prud’hommes.

L’assistance d’un avocat pour cette procédure n’est pas obligatoire, mais cependant recommandée compte tenu de la complexité du droit du travail. 

 

Restant à votre disposition,

 

Claudia CANINI

Avocat à la Cour

 

Vous avez une question ?
Blog de CANINI FORMATION

Claudia CANINI

250 € TTC

121 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
27/07/2010 14:11

Bonjour,
Mon employeur a mis un terme à la période d'essai trois jours après la signature du CDI aux motifs que j'étais trop qualifiée pour le poste et qu'il voudrait reclasser un agent en interne audit poste.
Quelques jours plus tard je m'aperçois que l'offre est réapparu sur leur site.
Je voudrais saisir le conseil de prud'hommes et faire une demande de dommages-intérêts à hauteur de 3000 eur. Pour l'heure,je voudrais savoir si j'ai une chance que ma demande aboutisse? Merci de votre attention

2 Publié par CANINI
30/07/2010 18:55

Madame,

Pour me permettre de vous répondre personnellement et confidentiellement, je vous invite à utiliser le lien "Posez votre question".

Claudia CANINI
Avocat à la Cour

3 Publié par Visiteur
29/09/2010 12:48

Bonjour,
Lors de ma période d'essai de 4 mois (cadre) j'ai effectué plusieurs formations qui m'étaient payées par mon entreprise.
J'ai décidé de rompre mon contrat au bout de 3 mois puisque je ne prenais aucun plaisir dans mon nouvel emploi.
Mon ex-employeur me réclame 500€ pour payer les dites formations, est-ce normal?
Merci.
Marc

4 Publié par CANINI
30/09/2010 06:17

Bonjour,

A priori, non ce n'est pas normal.

Cela étant, je ne peux vous répondre avec précision qu'en examinant les conditions contractuelles de votre embauche.

Je reste à votre disposition sur http://www.conseil-juridique.net/avocats/maitre-canini-claudia/avocat-1916.htm

Claudia CANINI
Avocat à la Cour

5 Publié par Visiteur
08/04/2013 21:12

Le delai de prevenance côté employeur est-il applicable pour les chauffeur deaxi parsiens, sachant que la convention collective des taxis parisien ne précise aucun délai de prevenance? existe-t-il un accord de branche sur le sujet ou une jrisprudence ?MERCI

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de CANINI FORMATION

Exerçant la profession d'avocat depuis 23 ans, je suis également spécialiste de la curatelle et de la tutelle des majeurs (loi du 5 mars 2007). Vous pouvez poser votre question juridique sur le net, je m'engage à vous conseiller à bref délai.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

250 € Ttc

Rép : 24h maximum

121 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles