Réforme du droit des contrats - Le contrat d’adhésion

Publié le Modifié le 25/06/2018 Vu 29 968 fois 4
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L’Ordonnance n° 2016-131 du 10 févr. 2016, portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations introduit dans le Code civil un article 1108 qui dispose que: « Le contrat de gré à gré est celui dont les stipulations sont librement négociées entre les parties. Le contrat d’adhésion est celui dont les stipulations essentielles, soustraites à la libre discussion, ont été déterminées par l'une des parties ».

L’Ordonnance n° 2016-131 du 10 févr. 2016, portant réforme du droit des contrats, du régime général et

Réforme du droit des contrats - Le contrat d’adhésion

Aujourd’hui, dans différents domaines, des contrats types sont conclu, sans aucune négociation préalable ni discussion des termes du contrat (contrat de transport ferroviaire, contrat de travail, contrat de fournitures de biens et de services …).

La protection des cocontractants dans le cadre de tels contrats existait jusque-là exclusivement au profit du consommateur. Néanmoins, les contrats d’adhésion ne se limitent pas au rapport consommateur - professionnel, mais s’étendent, notamment, au domaine des prestations bancaires et d’assurances destinées aux professionnels, aux baux institutionnels, aux contrats de vente en gros, aux contrats de distribution, aux contrats de franchise, etc.

Les éléments constitutifs du contrat d’adhésion

Selon les nouvelles dispositions du Code civil, le contrat d’adhésion se caractérise par une absence de libre discussion des « stipulations essentielles » du contrat. L’ordonnance n’exclut pas, ainsi, toute négociation, qui peut porter sur des clauses « accessoires », notions qui devront faire l’objet d’une définition.

Lesdites « stipulations essentielles » sont également à définir. Il pourrait d’agir notamment du prix, de la durée du contrat, ou des clauses d’exonération de responsabilité.

Elles doivent avoir été déterminées unilatéralement et à l’avance. Il n’est pas précisé si ces conditions doivent avoir imposées au cocontractant. Ces conditions sont cumulatives.

Le contrat d’adhésion n’est nullement une innovation et est prévu dans différents systèmes juridiques.

Les principes du droit européen du contrat définissent également les contrats d’adhésion dans le cadre de la qualification des clauses abusives : « Article 4:110: Clauses abusives qui n'ont pas été l'objet d'une négociation individuelle 
(1) Une clause qui n'a pas été l'objet d'une négociation individuelle peut être annulée par une partie si, contrairement aux exigences de la bonne foi, elle crée à son détriment un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties découlant du contrat, eu égard à la nature de la prestation à procurer, de toutes les autres clauses du contrat et des circonstances qui ont entouré sa conclusion.
(2) Le présent article ne s'applique pas 
(a) à une clause qui définit l'objet principal du contrat, pour autant que la clause est rédigée de façon claire et compréhensible, 
(b) ni à l'adéquation entre la valeur respective des prestations à fournir par les parties.
 »

Les spécificités du contrat d’adhésion

Le Code civil étend la protection contre les clauses abusives jusque-là prévues uniquement en faveur du consommateur, à l’ensemble des contrats d’adhésion.

Ainsi, selon le nouvel article 1171 du Code civil : « Dans un contrat d'adhésion, toute clause qui crée un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat est réputée non écrite.
L'appréciation du déséquilibre significatif ne porte ni sur l'objet principal du contrat ni sur l'adéquation du prix à la prestation.
 »

Il s’agit d’une reconnaissance de la situation de dépendance dans laquelle peut se retrouver un non-consommateur vis-à-vis de son cocontractant.

Selon le nouvel article 1190 du Code civil : « Dans le doute, le contrat de gré à gré s'interprète contre le créancier et en faveur du débiteur, et le contrat d'adhésion contre celui qui l'a proposé. »

Il s’agit d’une protection supplémentaire de la partie faible au contrat d’adhésion en interprétant ce dernier contre celui qui en a fixé les conditions.

Les nouvelles dispositions du Code civil s’appliquent aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2016. C’est la date de la rencontre des consentements qui importe, non celle de la prise d’effet du contrat.

--
ZINEB NACIRI-BENNANI
AVOCAT À LA COUR
06.52.77.63.32
www.thelegalhive.com
https://www.facebook.com/znaciribennani

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
09/09/2016 14:41

Très bonne présentation, précise et concise. Merci Yvette Kalieu.

2 Publié par Naciri
21/10/2016 10:29

Merci à vous pour votre message

3 Publié par Visiteur
29/09/2017 16:26

Bonjour une seule remarque. L'article sur le contrat d'adhésion est le 1110 et non le 1108 ( qui définit quand à lui les contrats commutatifs et aléatoires)

4 Publié par Visiteur
06/12/2017 15:49

Merci pour l'article, édifiante!

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles