A propos de la controverse autour du prolongement des Gouvernements provinciaux aux Commissaires Généraux au Congo

Publié le Modifié le 01/07/2024 Vu 1 271 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Depuis la publication des Gouvernements Provinciaux dans les provinces au Congo, des réactions fusent de partout sur la légalité de ces nominations au regard de la limite constitutionnelle du nombre des ministres provinciaux.

Depuis la publication des Gouvernements Provinciaux dans les provinces au Congo, des réactions fusent de part

A propos de la controverse autour du prolongement des Gouvernements provinciaux aux Commissaires Généraux au Congo
  1. Liminaires 

 

Depuis la mise en place effective du découpage territorial avec le démembrement des provinces en République Démocratique du Congo, certains gouvernements provinciaux sont composés de dix ministres comme le stipule la Constitution en y ajoutant les Commissaires généraux du Gouvernement ayant rang de ministres et nommés par les Gouverneurs des Provinces. 

 

Ce prolongement des gouvernements aux commissaires n’a cessé de susciter le débat autant au sein des assemblées provinciales que dans l’opinion publique. Les cas qui font jaser sont les récentes nominations des gouvernements provinciaux dans la province du Haut-Katanga et de la Ville-Province de Kinshasa avec chacun dix ministres et dix commissaires généraux du gouvernement. Ce que le Vice Premier Ministre en Charge de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières fustige dans son télégramme N°25/CAB/VPM/MININTEREDECAC/SLB/068/2024 du 28 juin 2024 s’opposant ainsi à l’investiture desdits gouvernements provinciaux et convoquant lesdits gouverneurs à Kinshasa. 

 

La présente note se penche sur la question de la légalité de ces nominations au regard de la limite constitutionnelle du nombre des ministres provinciaux et des suites possibles pour l’harmonie des institutions nationales et provinciales.  

 

  1. Que comprendre ?

 

A l’appui de ce télégramme, certains considèrent les nominations des commissaires généraux comme violant la Constitution, notamment son article 198 qui dispose « Le Gouvernement provincial est composé d’un Gouverneur, d’un Vice-Gouverneur et des ministres provinciaux...Les ministres provinciaux sont désignés par le Gouverneur au sein ou en dehors de l’Assemblée provinciale. La composition du Gouvernement provincial tient compte de la représentativité provinciale. Le nombre de ministres provinciaux ne peut dépasser dix… ». 

Pour eux, de la lecture des arrêtés portants nominations des ministres et des commissaires, il apparaît très clairement que les deux gouverneurs précités ont intentionnellement violé les dispositions de l'alinéa 5 de l'article 198 de la Constitution et des articles 2 et 3 de la Loi n°08/012 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces du 31 juillet 2008 en nommant 10 commissaires chacun, postes qui ne sont pas prévus par la Constitution. 

Ainsi, s’interrogent-ils, d’où ces gouverneurs ont-ils tiré les prérogatives de nommer au sein de leur gouvernement les Commissaires généraux qui ne sont que des ministres provinciaux déguisés car ces derniers siègent au Conseil des ministres et bénéficient des mêmes avantages. 

Cela est qualifié de « raccordement frauduleux », s’analysant en une fraude à loi voire une violation de la Constitution qui a une conséquence budgétivore pour saigner le Trésor public. Ces arrêtés pris en violation de la loi devraient être annulés et qu’à défaut de le faire, les Cours d'Appel du Haut Katanga et de Kinshasa/Gombe seraient saisies pour obtenir l'annulation de ces arrêtés pris en violation de la constitution. 

Mais ces critiques tiennent-elles la route ? 

  1. Analyse des arguments en défaveur 

 

Il faut reconnaitre que ces critiques sont légitimes mais appellent toutefois les réponses suivantes :

 

  1. Ce qui est limité à dix, c’est le nombre des Ministres Provinciaux et non le nombre des membres du Gouvernement provincialLa nuance est donc de taille ! 
  2. La question qu’il sied de se poser est la suivante :   Est-ce que la nomination des animateurs des structures d’appui à l’action du Gouvernement est-elle en violation des articles 198 de la Constitution et 23 de la Loi n° 08/012 du 31 juillet 2008, portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des Provinces ?

 

La réponse est NON ! 

 

-       Tous les arrêtés provinciaux des Provinces nomment 10 ministres comme l’exige l’article 198 de la Constitution de la RDC telle que modifiée et complétée à ce jour par la loi No 11/002 du 20 janvier 2011 ainsi que l’article 23 alinéa 5 de la Loi n° 08/012 du 31 juillet 2008, portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des Provinces, telle que modifiée et complétée par la loi  n° 13/008 du 22 janvier 2013, et ;

 

-       Quelques arrêtés provinciaux nomment des Commissaires Généraux du Gouvernement ayant rang de Ministres sans violer lesdits textes légaux.  En effet, il n’y a aucune interdiction expresse à le faire et en droit, il existe un principe que « tout ce qui n'est pas interdit est permis !». De la valeur, juridique ou non, que l’on reconnaît à cette formule, dépendent la simple clôture, ou alors la complétude, de l’ordre juridique. Notons que cette maxime est parfois implicitement invoquée par le juge administratif, lorsqu’il considère que ni tel article, ni aucune autre disposition législative ou réglementaire, ni aucun principe général de droit n’interdit une action dont il doit apprécier la légalité ; autrement dit lorsqu’il se livre à une opération d’interprétation de l’ordre juridique. Or, on peut difficilement estimer qu’une telle prise de position ne constitue qu’une simple proposition de langage formulée sur l’état du droit, sans valeur juridique. Dès lors que le droit reconnaît un effet juridique aux interprétations du juge administratif, il s’agit d’une interprétation authentique, et c’est paradoxalement par le vecteur de l’interprétation que la maxime accède à la juridicité.[1]

 

-       Notons que le choix des commissaires généraux du gouvernement est dicté par le souci de représentativité et d’efficacité de l’action du Gouvernement dans l’esprit de l’article198 alinéa 4 de la Constitution.   

 

  1. Ces Provinces n’ont pas innové, elles se sont basées entre autres, sur un précèdent heureux de l’ex-Province de l’Équateur où la question s’était posée en Aout 2013 et dans d’autres, depuis le démembrement des provinces comme celles issues du Katanga,

 

Rappelons que dans l’ancienne Province de l’Équateur, la question des Commissaires Provinciaux s’était également posée du temps du feu Gouverneur KOYAGIALO qui nomma 10 ministres en y ajoutant 6 Commissaires provinciaux ayant rang et prérogatives des Ministres. La Cour d'Appel de Mbandaka saisie en annulation de l’Arrêté du Gouverneur, trancha qu'il y avait lieu de créer autant des réponses en vue des objectifs que des besoins. L’Assemblée provinciale avait donc en date du 18 aout 2013, investi ledit Gouvernement Provincial car ne violant pas la Constitution et ce fut le cas dans plusieurs provinces. 

 

 

  1. Que Conclure ?

 

La préoccupation majeure semble être le fait que ces nominations seraient budgétivores. Il sied alors de préciser que dépenses suscitées par ces nominations émargeront au budget national et dans ce cas, l’on peut se faire des soucis.  Ce qui n’est pas le cas, car leurs dépenses émargent aux budgets provinciaux. 

 

Il y a également un autre filtre qui est celui de la « nécessité » de ces nominations. Il sied donc que les motivations soient plausibles, dans l’intérêt général et non fantaisistes ou partisanes. 

 

S’agissant des recours contre ces nominations, certains opinent qu’il faille attaquer les arrêtés des gouverneurs en inconstitutionnalité. Ils oublient que le champ de l’inconstitutionnalité étant restreint, cette voie leur est fermée car les actes ou arrêtés du Gouverneur de Province sont seulement susceptibles de recours en annulation pour violation de la loi et des règlements nationaux auprès de la Cour Administrative d'Appel et ce, au regard de l’article 74 de la Loi n° 08/012 du 31 juillet 2008, portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des Provinces.  

 

Dans toutes les provinces concernées, aucun recours en annulation ne fut déposé pouvant empêcher l’investiture. Même si cela serait fait, ce serait de bonne guerre dans une société démocratique afin d’assurer l’État de Droit !



[1] Lire à cet effet, Groulier, Cédric. « Tolérer n’est pas permettre, de la distinction de la tolérance et de la permissivité en droit ». Tolérance & Droit, édité par Xavier Bioy et al., Presses de l’Université Toulouse Capitole, 2013.

 

 

 Prof. YAV KATSHUNG JOSEPH

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de YAV & ASSOCIATES

Le cabinet YAV & ASSOCIATES, est implanté dans trois villes de la RD.Congo dont Lubumbashi, Kolwezi et Kinshasa. Il a egalement un bureau de représentation en  République du Congo [Congo-Brazzaville]

Nous sommes heureux de vous présenter les informations concernant notre cabinet d'avocats ainsi que nos publications et recherches. -

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Rechercher
Newsletter

Inscription à la newsletter hebdomadaire

consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles