La charge de la preuve en cas de responsabilité du fait des produits défectueux

Publié le 24/02/2015 Vu 13 156 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le 4 février 2015, la Cour de cassation a jugé qu’il appartient au demandeur en réparation du dommage causé par un produit qu’il estime défectueux de prouver le défaut invoqué. (Cass civ 1ère, 4 février 2015, pourvoi n° 13-27505)

Le 4 février 2015, la Cour de cassation a jugé qu’il appartient au demandeur en réparation du dommage cau

La charge de la preuve en cas de responsabilité du fait des produits défectueux

Si le régime de la responsabilité du fait des produits défectueux est apparemment favorable aux victimes en ce qu’il instaure la responsabilité de plein droit du fabricant, lequel ne peut s’en exonérer que dans des conditions strictes (article 1386-11 du code civil), il se révèle cependant périlleux en raison de la difficulté de rapporter les preuves mises à la charge du demandeur.

En effet, la cour de cassation, conformément à la législation en vigueur, a posé en principe qu’il appartient à la personne qui invoque un dommage du fait d’un produit défectueux, d’apporter la preuve de ce dommage, du défaut du produit et du lien de causalité entre l’un et l’autre.

L’arrêt rapporté offre l’occasion de rappeler cette règle. 

En espèce, une passagère d’une moto-marine a été projetée en arrière lors d’une accélération du conducteur.

A la suite de sa chute, elle a été gravement blessée par la pression de la turbine du véhicule et a assigné le conducteur et son assureur en réparation des préjudices subis.

Ces derniers ont appelé en garantie le producteur sur le fondement de la responsabilité du fait des produits défectueux en soutenant que le conducteur et la passagère n’auraient pas reçu l’information relative à la nécessité de porter un vêtement de protection.

Ils ont été déboutés en première instance.

C’est ainsi qu’ils ont interjeté appel en soutenant que le fait de ne pas conseiller aux utilisateurs de ce type d’engin de porter une combinaison en caoutchouc rend le produit dangereux et engage la responsabilité du producteur sur le fondement de l’article 1386-4 du code civil. Or, il n’est pas établi par le producteur que l’étiquette rappelant une telle règle de sécurité ait été apposée sous le guidon de la moto-marine à destination du conducteur et des passagers.

La Cour d’appel a donné droit à la demande en condamnant le producteur à garantir au conducteur et à son assureur des condamnations prononcées à leur encontre au profit de la victime.

La Cour de cassation casse et annule l’arrêt au visa de l’article 1386-9 du code civil en jugeant que :

« il appartient au demandeur en réparation du dommage causé par un produit qu’il estime défectueux de prouver le défaut invoqué »

La solution n’est pas nouvelle et s’inscrit dans une jurisprudence constante.

Ainsi, la Cour de cassation a jugé que :

« il appartient à la personne qui impute l’apparition de la maladie dont elle est atteinte à la prise d’un médicament par sa mère, à l’époque de la grossesse de celle-ci, de prouver qu’elle a été exposée à ce médicament, dès lors qu’il n’est pas établi que la molécule incriminée était la seule cause possible de la pathologie » (Cass civ 1re, 5 avril 2005, pourvoi n° 02-11947 ; Cass civ 1re, 24 septembre 2009, pourvoi n° 08-10081)

De même, la Cour de cassation a jugé que :

«la simple implication du produit dans la réalisation du dommage ne suffit pas à établir son défaut au sens de l’article 1386-1 du code civil ni le lien de causalité entre ce défaut et le dommage, même si son utilisation a pu faciliter ou favoriser l’apparition de désordres » (Cass civ 1re, 22 octobre 2009, pourvoi n° 08-15171)

Toutefois, il convient de relever avec intérêt que pour faciliter la tâche de la victime, la Cour de cassation a assoupli sa jurisprudence en admettant que la preuve du caractère défectueux d’un produit pouvait résulter de simples présomptions.

Cet assouplissement s’est fait en deux temps :

  • D’abord, la Cour de cassation a admis la preuve par exclusion ; c’est-à-dire lorsqu’aucune autre cause que celle qui est avancée ne permet d’expliquer le dommage (Cass civ 1ère, 24 janvier 2006, pourvoi n° 03-20178 ; Cass civ 1ère, 24 janvier 2006, pourvoi n° 02-16648),

  • Ensuite, elle a admis expressément la preuve par présomptions (Cass civ 1ère, 22 mai 2008, pourvoi n° 06-10967).

Il résulte ainsi qu’en matière de responsabilité du fait des produits défectueux, la preuve formelle d’un lien de causalité direct et certain n’est pas requise et le rôle causal peut résulter de simples présomptions, pourvu qu’elles soient graves, précises et concordantes (Cass civ 1re, 25 juin 2009, pourvoi n° 08-12781).

Yaya MENDY

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
04/02/2018 14:09

Bonjour, j’aimerai savoir si par conséquent dans le cas concernant la moto marine, c’est au demandeur en première instance de prouver et si c’est pour cela que la charge de la preuve a était inversée.
Dans l’attente

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Yaya MENDY

De formation juridique orientée en droit des affaires, j'interviens actuellement en qualité de conseiller litiges au sein de l'UFC-Que Choisir Val d'Orge qui est une association de consommateurs basée à Saint Michel sur Orge dans l’Essonne.

Ce blog est fait dans le but de partager mes connaissances.

Rechercher
Informations
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles