L'ACTION EN RETRANCHEMENT POUR UNE PROTECTION DES ENFANTS DU PREMIER MARIAGE.

Publié le Modifié le 29/03/2011 Par Maître HADDAD Sabine Vu 23 844 fois 6

Dans le régime de la communauté universelle, tous les biens, présents et à venir, des époux sont communs, quelle que soit la date d'acquisition (avant ou après le mariage), leur origine (acquisition, donation, succession etc.) et leur mode de financement. Le risque pour les enfants issus d’une première union est évident surtout lorsque ce régime est complété par un avantage inscrit dans une « clause d'attribution intégrale au survivant ». des biens au conjoint survivant en cas de décès. Cette stipulation a pour conséquence de faire passer tous les biens du conjoint décédé dans le patrimoine du second conjoint, sans payer de droits de succession, patrimoine qui inclura aussi les biens que les enfants de la première union avaient vocation à recevoir… En un mot, il n’y a pas de succession, tout passe chez le nouveau conjoint. Ce changement de régime matrimonial, portant atteinte aux droits successoraux des enfants du premier lit, la loi a pallié à cela en leur permettant d’assigner le conjoint en justice en cas de décès de leur parent remarié par -une action en retranchement, afin de récupérer la part qui excède la quotité disponible envisagée par l’article 1527 du code civil. - parallèlement ou en même temps, ils pourront agir en annulation de changement de régime matrimonial 2ème Civ 20 mai 2010, pourvoi N° 09-15432

L'ACTION EN RETRANCHEMENT POUR UNE PROTECTION DES ENFANTS DU PREMIER MARIAGE.

Dans le régime de la communauté universelle, tous les biens, présents et à venir, des époux sont communs, quelle que soit la date d'acquisition (avant ou après le mariage), leur origine (acquisition, donation, succession etc.) et leur mode de financement.

Le risque pour les enfants issus d’une première union est évident surtout lorsque ce régime est complété par un avantage inscrit dans une « clause d'attribution intégrale au survivant ». des biens au conjoint survivant en cas de décès.

Cette stipulation a pour conséquence de faire passer tous les biens du conjoint décédé dans le patrimoine du second conjoint, sans payer de droits de succession, patrimoine qui inclura aussi  les biens que les enfants de la première union avaient vocation à recevoir…

En un mot, il n’y a pas de succession, tout passe chez le nouveau conjoint.

Ce changement de régime matrimonial, portant atteinte aux droits successoraux des enfants du premier lit, la loi a pallié à cela en leur permettant d’assigner le conjoint en justice en cas de décès de leur parent remarié par

-une action en retranchement, afin de récupérer la part qui excède la quotité disponible envisagée par l’article 1527 du code civil.

- parallèlement ou en même temps, ils pourront agir  en annulation de changement de régime matrimonial 2ème Civ 20 mai 2010, pourvoi N° 09-15432

I- LES CONDITIONS DE L'ACTION

A) Une action concevable après le décès du parent remarié

Cette action  en retranchement est suspendue jusqu’au décès de l’époux auteur de l’avantage. Elle interviendra lors du partage successoral.

Les héritiers peuvent alors demander des mesures

B) Un remariage sous régime de communauté universelle avec clause d’attribution intégrale des biens au conjoint survivant

Cette clause est un avantage qui autorise à  transférer l'ensemble de tous les biens du décédé au conjoint survivant.

Il n'y a pas d'ouverture de succession, et rien à partager puisque le conjoint devient instantanément propriétaire de l'ensemble. Aucun droit de succession ni de donation n'est dû.

C) La réserve héréditaire des enfants doit être atteinte

Les enfants d'un premier mariage, ont leur réserve acquise (part minimale d’héritage octroyée par la loi) . Le parent remarié  ne pourra donc transmettre à son nouveau conjoint que part de son  patrimoine qui excède la part minimale d'héritage des enfants ( la quotité disponible)

D) Les enfants légitimes et adoptés par adoption  plénière du conjoint   sont recevables à cette action

Exemple refus en cas d’adoption simple 1ère Civ,11 février 2009, pourvoi N°07-21421

II  LE DELAI DE L'ACTION ET SON ABOUTISSEMENT

A) Délai

L’article 921 du Code civil prévoit que  le délai de prescription de l’action en réduction est fixé à cinq ans à compter de l’ouverture de la succession, ou à deux ans à compter du jour où les héritiers ont eu connaissance de l’atteinte portée à leur réserve, sans jamais pouvoir excéder dix ans à compter du décès

B) L’aboutissement

1°- En cas d’atteinte à leur réserve, les enfants issus de la première union vont pouvoir  formuler deux demandes.

-- s'opposer à ce que les biens possédés par leur parent avant son remariage tombent dans la communauté , puis

-- demander leur part minimale d'héritage sur les biens communs constitués pendant le mariage et  faire réduire à la quotité disponible entre époux (variable selon le nombre d'enfants) l'avantage résultant de la clause d'attribution intégrale

Prenons un exemple concret :

Monsieur X a deux biens immobiliers, lorsqu’il se remarie avec Melle Z  sous le régime de la communauté universelle avec clause d'attribution intégrale.

Lorsqu’il décède,  ses  enfants pourront  exiger

--que les biens immobiliers soient exclus des biens communs et leur soient attribués, ainsi que

--les 2/3 (réserve) au moins des biens communs restants, constitués pendant le mariage.

Les enfants acquitteront alors les droits de succession sur ce qui leur est restitué, alors que le conjoint survivant recueillera ce qu'il aurait pu recevoir par une donation au dernier vivant ou un testament, en franchise d'impôt.

2°- La possibilité de faire annuler le contrat de mariage dans les 5 ans à défaut d’avoir consenti, ou à défaut d’information

C) Le renoncement anticipé à cette action

Rien n’empêcherait les enfants de consentir à ce que le nouveau conjoint de leur parent décédé recueille au-delà  de la quotité disponible en renonçant à cette action de façon anticipée, en En tant qu’ héritier réservataire et en accord avec leur parent remarié.

Un ou plusieurs héritiers pourront, dans un même acte notarié en présence de deux notaires et à huis clos, ainsi renoncer  à exercer l'action en réduction contre une libéralité faite à une personne déterminée, qui porterait atteinte à leur réserve ou, pour les enfants d'un premier lit, à l'exercice de leur action en retranchement.

Article 930 du code civil

La renonciation est établie par acte authentique spécifique reçu par deux notaires. Elle est signée séparément par chaque renonçant en présence des seuls notaires. Elle mentionne précisément ses conséquences juridiques futures pour chaque renonçant.

La renonciation est nulle lorsqu'elle n'a pas été établie dans les conditions fixées au précédent alinéa, ou lorsque le consentement du renonçant a été vicié par l'erreur, le dol ou la violence.

La renonciation peut être faite dans le même acte par plusieurs héritiers réservataires.

Article 930-2

La renonciation ne produit aucun effet s'il n'a pas été porté atteinte à la réserve héréditaire du renonçant.

Si l'atteinte à la réserve héréditaire n'a été exercée que partiellement, la renonciation ne produit d'effets qu'à hauteur de l'atteinte à la réserve du renonçant résultant de la libéralité consentie.

Si l'atteinte à la réserve porte sur une fraction supérieure à celle prévue dans la renonciation, l'excédent est sujet à réduction.

La renonciation relative à la réduction d'une libéralité portant sur un bien déterminé est caduque si la libéralité attentatoire à la réserve ne porte pas sur ce bien. Il en va de même si la libéralité n'a pas été faite au profit de la ou des personnes déterminées. »

Cependant, si les enfants sont amenés à diligenter  une action en réduction, la part qui excèderait la quotité disponible sera alors  soumise aux droits de succession entre les mains du conjoint survivant.

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

Avocate au barreau de Paris

Vous avez une question ?

Sabine HADDAD

185 € TTC

2370 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par Visiteur
05/02/11 20:37

MA Fille s'est mariée sous le régime de la communauté universelle car elle n'avait pas d'enfant et depuis elle en a eu un elle voudrait changer de régime ou annuler ce contrat quelle est la démarche et le coût Merci d'avance

Publié par Visiteur
28/03/11 11:18

Chere maitre,

Mon granp pere maternel veuf est deceder il y a 2 mois . il etait pere de 4 enfants dont ma mere , elle decedee il y a 20 ans. Au moment ou ma mere deceda elle etait remarier a un homme qui n etait pas mon pere et avec qui elle n a pas eu d enfants . Est ce que ce second mari a un quelconque droit d heriter de mon grand pere ou suis je l heritiere directe pour la part de ma mere dans la succession de mon grand pere ?
je suis a votre disposition pour toute information dont vous pourriez avoir besoin pour repondre au mieux a mes questions .
Dans l attente de votre reponse , bonne journee a vous.
marie

Publié par Visiteur
07/05/13 11:22

...encore faut-il qu'il n'y ait pas de clause d'exhérédation ("les héritiersde l'époux prédécédé n'auront aucun droit à la reprise des apports et capitaux entrés dans la communauté du chef de celui-ci,comme le leur permettrait l'art 1525 al 2 du Code civil" )

Publié par Visiteur
27/05/16 16:20

Mon mari est décédé il y a 9ans,nous avions adopté une communauté universelle.donc j'ai gardé l'unique bien, appartement que j'occupe). son enfant d'un premier lit ne s'est jamais manifesté. puis je vendre ce bien sans problème puisque les 5 ans sont révolus? et si je le laisse à mes enfants pourront-ils le vendre sans problème?

Publié par Visiteur
07/12/16 18:35

Je suis divorcée depuis longtemps et mon ex mari s est remarié il y a huit ans environ ..sous le régime de la communauté (ils n' ont pas d'enfants en commun )
Nous avons eu deux enfants de 38 et 42 ans..
Mon ex mari ne les voit que très peu..
Qu adviendra t' il si leur père vient à décéder. .
La nouvelle épouse de mon ex est très intéressée .Mon ex est chirurgien dentiste et à acheté une maison il y a quelques annees..Ayant hérité de sa mère il y a peu ,il n a rien donné à nos enfants . Alors qu' au décès de mes parents , je les ai aidés. ..Je suis à la retraite de l enseignement primaire .
Cette personne ne leur laissera rien et manoeuvre dans ce sens...
Pensez vous qu'une action en retranchement soit la solution ?
Je vous remercie maître .

Publié par Visiteur
25/05/17 17:29

le père et encore vivant madame. Il peut claquer tout l'argent avec sa nouvelle femme si'il veut. C'est comme ça.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

185 € Ttc

Rép : 24h maximum

2370 évaluations positives

Note : (5/5)
Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles