Cohabitation et responsabilité parentale sous l'angle de la 2ème Ch Civile de la Cour de Cassation.

Publié le Modifié le 09/05/2010 Par Maître HADDAD Sabine Vu 25 934 fois 5

Jusqu’à leur majorité, les enfants sont sous la responsabilité de leurs parents, lesquels, en tant que titulaires de l’autorité parentale sont leur garant et ont un devoir de « garde », de surveillance et d’éducation. On parlera d'ailleurs plus volontiers de résidence. Ce constat, suffit à engager leur responsabilité au sens large (parents biologique, adoptif…) en cas de dommage causé par leur progéniture, démunies de patrimoine, lesquels doivent pourvoir à l'indemnisation dans un soucis de dédommagement d'une victime.L’article 1384 alinéa 4 du Code civil, dispose « le père et la mère, en tant qu’ils exercent le droit de garde, sont solidairement responsables du dommage causé par leurs enfants mineurs habitant avec eux ». Il s’agit d’une présomption de responsabilité, devenue totalement objective, puisque nous verrons que leur garantie jouera même si l'enfant n'habite plus avec eux dans certaines circonstances. Dans cet article, premier volet de quatre articles, sur ce thème ,j’examinerai uniquement,l'exigence d'une cohabitation effective ou/et juridique, sous l'angle de la 2ème chambre civile de la cour de Cassation.

Cohabitation et responsabilité parentale sous l'angle de la 2ème Ch Civile de la Cour de Cassation.

Jusqu’à leur majorité, les enfants sont sous la responsabilité de leurs parents, lesquels, en tant que titulaires de l’autorité parentale sont leur garant et ont un devoir de « garde », de surveillance et d’éducation. On parlera d'ailleurs plus volontiers de résidence. Ce constat, suffit à engager leur responsabilité au sens large (parents biologique, adoptif…) en cas de dommage causé par leur progéniture, démunies de patrimoine, lesquels doivent pourvoir à l'indemnisation dans un soucis de dédommagement d'une victime.

L’article 1384 alinéa 4 du Code civil, dispose  « le père et la mère, en tant qu’ils exercent le droit de garde, sont solidairement responsables du dommage causé par leurs enfants mineurs habitant avec eux ».

Il s’agit d’une présomption de responsabilité, mais de quelle nature ?

La majorité, ou l’émancipation du mineur rendue possible à l’âge de 16 ans révolu, permettront de mettre en échec ces principes dans deux cas :

article 476 du code civil, « le mineur est émancipé de plein droit par le mariage »

article 482 du code civil, « le mineur émancipé cesse d’être sous l’autorité de ses père et mère ».

Nous verrons que, même si l'enfant n'habite pas avec ses parents, leur responsabilité peut être rendue possible.

Dans cet article, premier volet de quatre articles, consacrés à ce thème, j’examinerai uniquement, l'exigence de la cohabitation effective ou/et juridique, sous l'angle de la 2ème  chambre civile de la cour de cassation, avant de me pencher dans un prochain article sur la position de la chambre criminelle ainsi que sur l'évolution d'une responsabilité parentale vers les règles découlant de l'exercice de l’autorité parentale.

I- La notion de cohabitation "juridique" du point de vue de la responsabilité  civile

La condition de cohabitation nécessaire à la mise en jeu de cette responsabilité civile a connu une évolution jurisprudentielle qui, en la minimisant, lui a peu à peu conféré un caractère quasi abstrait, renforçant ainsi, par sa mise à l'écart, la rigueur de son application.

Elle constitue une exigence du texte de l'article 1384 al. 4 du code civil.

La cohabitation, entendue au sens d’hébergement ou de résidence de l’enfant avec ses parents, est une condition indispensable, dont l’absence empêcherait le parent titulaire de l'autorité parentale d'être déclaré responsable. Son  exigence découle d'une présomption de faute des parents où l'enfant réside.

Question: Lorsque la cohabitation parents/enfant cesse, la responsabilité parentale cesse t-elle aussi ?

Pas forcément. Une conception large adoptée par la deuxième Chambre civile  de la cour de cassation depuis 1984, ne prend pas en compte  la situation réelle de cohabitation du mineur au moment du fait dommageable. Cette conception  large a de même été adoptée par la Chambre criminelle.

Il en découle que la jurisprudence observe une nuance en ce qui concerne les grands-parents, tantes, tuteurs, des centres d'accueil pour enfants afin d'écarter la responsabilité de ceux-ci, en rendant civilement responsable les parents, au  visa de l’article 1384 alinéa 4 du code civil, des conséquences dommageables commises par leur enfant.

En réalité, la responsabilité des parents a évolué et découle des règles d’attribution de leur autorité parentale sur leurs enfants.

B) Examen de la Jurisprudence

La deuxième Chambre civile s'attache à une conception abstraite de la condition de cohabitation, laquelle n'a guère de lien avec la situation réelle du mineur au moment du fait dommageable, ni au regard de sa cohabitation physique.

- 2èmeCiv 19 février 1997, Bull. n° 55, SAMDA

La cohabitation est considérée  lorsque le lieu de la résidence habituelle du mineur est fixé chez ses parents ou chez l'un d'eux en cas de divorce.

Dans cette espèce, un mineur avait dérobé une voiture et l'avait endommagée ; le propriétaire avait assigné en réparation la mère, titulaire de la garde de l'enfant depuis le divorce, et le père qui, au moment des faits, exerçait un droit de visite.

La cour a considéré que : « l'exercice du droit de visite et d'hébergement ne fait pas cesser la cohabitation du mineur avec celui des parents qui exerce le droit de garde », retenant tout de même, la faute quasi-délictuelle du père dans l'exercice de son devoir de surveillance pendant la durée du droit de visite et d'hébergement.

Nous pouvons citer pléthore de jurisprudences en la matière.

- 2ème Civ  20 janvier 2000 (Bull. n° 14) : pour  des enfants de parents divorcés, titulaires de l'autorité parentale conjointe, confiés par le père lors de l’exercice de son droit d'hébergement à leurs grand-mères maternelles depuis 10 jours lorsqu’ils  avaient incendié involontairement un bâtiment agricole.

«  la cohabitation des enfants avec leurs mères, chez qui elles avaient leur résidence habituelle, n'avait pas cessé »

- 2ème Civ.   9 mars 2000 (Bull. n° 44) : le fait qu'un enfant ait été confié par ses parents pour un mois à un centre médico-psychologique géré par une mutuelle, n'avait pas fait cessé la cohabitation, en sorte que les parents devaient répondre de la blessure occasionnée par leur enfant à un camarade avec un crayon durant ce séjour extérieur.

- 2ème Civ. 20 avril 2000 (Bull. n° 66) : la responsabilité de l'art. 1384 al. 4 n'est pas écartée par la seule circonstance que l'enfant se trouvait au moment des faits dans un établissement scolaire (une fillette de 4 ans avait à l'école, au cours d'une leçon de motricité, perdu l'équilibre et blessé un camarade).

- 2ème Civ. 16 novembre 2000, pourvoi n° A 99 13.023 : le régime de l'internat ne constitue qu'une modalité de l'exercice de la scolarité qui n'interrompt pas la cohabitation entre le mineur et ses parents  (confirmé par Civ 2ème 29 mars 2001 Bull. n° 69).

- 2ème Civ 15 mars 2001 ,pourvoi  n° Y 99 14.838 : une fillette résidant chez sa tante en vacances, dans la manche, alors que ses parents étaient au domicile dans le Lot, avait causé un incendie dans la maison de sa tante.

La cour de cassation casse l’arrêt d’appel qui écarte la responsabilité des parents, au vue des circonstances, lesquelles ne démontraient pas que la cohabitation de l'enfant avec ses père et mère avait cessé.

- 2ème Civ 29 mars 2001, Même analyse pour un enfant confié dans un établissement scolaire, même en régime d'internat.

Il est important de rappeler, le rôle des assurances dans ces situations. Ainsi, un  enfant confié à une crèche, qui commettrait un accident, sera couvert par l'assurance responsabilité civile de la crêche.

De la même façon l'assurance scolaire et/ou l'assurance multirisque habitation, aura(ont) vocation à s'appliquer,en cas d'accident scolaire. L'assurance extrascolaire sera aussi  bienvenue pour pallier à tous risques d'indemnisation lors d'activités sportives par exemple,colonies...

- 2ème Civ. 5 juillet 2001 ,pourvoi  n° D 99 12.428 : Un mineur qui cause un accident , même temporairement absent du domicile des parents, en raison de leurs difficultés relationnelles, n’exonèrera pas ces derniers.

« la simple absence temporaire sans motif légitime ne constitue pas une rupture de la cohabitation, le fait qu'un enfant cause des problèmes à ses parents ne pouvant justifier l'abandon de leurs responsabilités ».

- 2ème Civ 5 février 2004, même jurisprudence pour le fait dommageable d’un enfant en vacances chez ses grands-parents.

Nous verrons que cette cohabitation, condition de la responsabilité de plein droit des père et mère, disparaît dès lors que le mineur, au moment des faits, se trouvait pour un motif ou une cause légitime en dehors du foyer familial.

Dès lors qu'au moment du fait dommageable, le mineur ne résidait plus habituellement chez son père et sa mère (ou l'un d'eux) pour une cause légitime, la cohabitation avait cessé.

Dans un prochain article, deuxième volet de QUATRE études  consacrées à ce thème, j'envisagerai la cohabitation  établie dans le cas de poursuites pénales  engageant la responsabilité des parents es-qualité de civilement responsable sous l'angle de la chambre criminelle  de la cour de cassation et sous l'angle de l'autorité parentale.

Demeurant à votre disposition,

Sabine HADDAD

Avocat à la Cour


Vous avez une question ?

Sabine HADDAD

187 € TTC

2409 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par Visiteur
28/10/10 20:54

bonsoir , dans une crèche collective , un enfant mordant un autre le responsable c'est l'assisatante maternelle ? si l'enfant n'a pas de sequelle, la mère ( de l'enfant mordu ) peut elle porter pleinte contre la crèche ?

Publié par Visiteur
18/11/10 20:09

Quel sont les lois pour un parent dont la fille va toujours a l'école mais a quitter la résidence familiale pour cause de conflit et reste temporairement chez une personne qui l'aide en attendant qu'elle se trouve une appartement et une bonne emploi pour réussir a continuer ses étude et se payer un loyer

Publié par Visiteur
19/08/15 08:03

Qui sera responsable des faits causes par un enfant resident pour une periode dun mois chez ses grands parents?

Publié par Visiteur
19/08/15 08:03

Qui sera responsable des faits causes par un enfant resident pour une periode dun mois chez ses grands parents?

Publié par Visiteur
17/02/16 23:51

Depuis une loi du 4 mars 2002, l'exercice de l'autorité parentale est détaché du domicile de l'enfant. La cohabitation avec l'enfant n'est plus qu'une condition virtuelle de la mise en jeu de la responsabilité de plein droit sous un prisme solidaire du père et de la mère.
1jour, 1semaine, 1mois, 1an chez grand maman parce-que votre enfant vous irrite ?

Attendre sa majorité tu dois
Responsabiliser ton enfant tu devras

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

187 € Ttc

Rép : 24h maximum

2409 évaluations positives

Note : (5/5)
Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles