LE CONTRAT DE PRODUCTION AUDIOVISUELLE ET LES PRESOMPTIONS QUI EN DECOULENT.

Publié le Modifié le 17/03/2015 Vu 11 719 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le producteur d’une oeuvre audiovisuelle est une personne physique ou morale qui prend l'initiative et la responsabilité de la réalisation de l'œuvre. Article L. 132-23 CPI A contrario ne sera pas producteur une personne morale qui a seulement la responsabilité du contenu d'une oeuvre audioviduelle diffusée sur Internet par exemple. C’est donc le producteur qui aura la direction,la coordination et assumera financièrement les risques.

Le producteur d’une oeuvre audiovisuelle est une personne physique ou morale qui prend l'initiative et la re

LE CONTRAT DE PRODUCTION AUDIOVISUELLE ET LES PRESOMPTIONS QUI EN DECOULENT.

Le producteur d’une oeuvre audiovisuelle est une personne physique ou morale qui prend l'initiative et la responsabilité de la réalisation de l'œuvre Article L 132-23 CPI

A contrario ne sera pas producteur une  personne morale qui a seulement la responsabilité du contenu d'une oeuvre audioviduelle diffusée sur Internet.

C’est donc le producteur qui aura la direction,la coordination et assumera financièrement les risques.

Ainsi un contrat conclu entre un producteur et les co-auteurs de l’œuvre  engendre les mêmes obligations que dans le contrat d'édition, c’est un contrat de collaboration.

I- Un contrat caractérisé par plusieurs présomptions

A) La  présomption légale de qualité d’auteur de l’œuvre audiovisuelle

L'article L 113-7 al 2 du CPI pose une présomption simple selon laquelle cinq catégories de personnes ont la qualité d'auteur.

Sont présumés coauteurs d’une œuvre audiovisuelle les personnes qui ont participé à l’écriture de l’œuvre (élaboration du scénario, écriture du commentaire, préparation ou conduite d’entretiens élaborés) et celles qui en ont assuré la réalisation (collaboration à l’établissement du plan de travail, le choix des comédiens, la préparation, les repérages, le mixage, et d’une manière générale, tous les travaux permettant à aboutir à l’établissement de la copie définitive).

Ce texte vise : le scénariste, le dialoguiste, l'auteur de la composition musicale avec ou sans paroles si elle a été créée spécialement pour l'œuvre audiovisuelle en question, l'adaptateur et enfin le réalisateur.

Ces personnes sont donc à la fois des auteurs et des techniciens.

B)  La présomption de cession des droits d’auteur au producteur

Celle-ci apparente le contrat de production audiovisuelle à un véritable contrat d’adhésion.

La conclusion de ce contrat entraine une présomption de cession des droits d’auteur au producteur.

Afin d’être opposable aux tiers, le contrat devra être publié au RCPA : registre public de la cinématographie et de l’audiovisuel.

L'article L 131-3 du CPI précise que la cession doit être délimitée quant à son étendue et à sa durée.

En effet, le droit d'auteur ne peut être cédé que pour une durée maximale de 30 ans pour les œuvres de fiction, et l’usage la limite à 15 ans pour les films documentaires.

Le contrat doit préciser toutes les exploitations envisagées de l’œuvre afin d’établir l’étendue de la cession.

Selon l’article L 131-3 CPI, chaque droit cédé doit faire l’objet d’une mention distincte.

En effet, la cession  globale des droits d’auteur est nulle.

Il s'agît d'une exception au principe qui veut que les contrats relatifs aux oeuvres de l'esprit sont sans valeur juridique lorsque les droits cédés ne sont pas expressément mentionnés.

La rémunération artistes-interprètes correspondant à chaque mode d'exploitation doit être précisée par le CPA ou par la convention collective.

II Les  Limites

Le principe connaît de nombreuses atténuations (exclusion des droits antérieurement cédés, possibilité d’une clause contraire, exclusion des compositeurs, des droits graphiques et théâtraux ).

Enfin, comme tous les contrats portant sur des œuvres audiovisuelles, le contrat de production audiovisuelle doit être publié au registre public de la cinématographie et de l’audiovisuel pour devenir opposable aux tiers.

Il  prévoit la liste des éléments ayant servi à la réalisation de l'oeuvre, qui sont conservés ainsi que les modalités de cette conservation.

Art. L. 132-27 du CPI. Le producteur est tenu d'assurer à l'oeuvre audiovisuelle une exploitation conforme aux usages de la profession.

Les organisations représentatives des producteurs, les organisations professionnelles d'auteurs et les sociétés de perception et de répartition des droits mentionnées au titre II du livre III peuvent établir conjointement un recueil des usages de la profession.

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

209 € TTC

2651 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

209 € Ttc

Rép : 24h max.

2651 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles