CONTROLE D'ALCOOLEMIE ET RESPECT DU DELAI DE 30 MINUTES APRES ABSORBTION.

Publié le Modifié le 09/01/2015 Vu 108 501 fois 23
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En moyenne, le corps élimine de 0,1 à 0,15‰ de l'alcool absorbé par heure. L’assimilation de l’alcool dans le corps variera en présence d’aliments dans l’estomac, notamment en ralentissant son passage dans l’intestin grêle. Ainsi, les effets de l’alcool ralentiront et le taux d’alcoolémie ne sera pas aussi élevé que s’il avait été consommé à jeun. Le contrôle par éthylomètres envisage le respect d’un délai de 30 minutes entre la dernière absorption de produit (boisson, aliment,tabac) et l’utilisation de l’appareil. Cette durée se justifie, dans l’intérêt de l’automobiliste, dans le but d’éviter de fausser les données liées au mélange tabac, alcool et de voir affiché un taux d’alcool supérieur dans l’air expiré affiché au regard du taux réel… Qu’en est-il légalement exactement, lorsqu’on sait que le contrôle doit être réalise rapidement et quelles attitudes adoptent la jurisprudence à qui l’on oppose le fait qu’un contrôle n’a pas respecté ce délai ?

En moyenne, le corps élimine de 0,1 à 0,15‰ de l'alcool absorbé par heure. L’assimilation de l’alc

CONTROLE D'ALCOOLEMIE ET RESPECT DU  DELAI DE 30 MINUTES APRES ABSORBTION.

En moyenne, le corps élimine de 0,1 à 0,15‰ de l'alcool absorbé par heure.

L’assimilation de l’alcool dans le corps variera en présence d’aliments dans l’estomac, notamment en ralentissant son passage dans l’intestin grêle.

Ainsi, les effets de l’alcool ralentissent et le taux d’alcoolémie ne sera plus aussi élevé que s’il avait été consommé à jeun.

Le contrôle par  éthylomètres envisage  le respect d’un délai de 30 minutes entre la dernière absorption de produit (boisson, aliment,tabac) et l’utilisation de l’appareil.

Cette durée se justifie,dans l’intérêt de l’automobiliste, dans le but d’éviter, de fausser les données liées au mélange tabac, alcool et de voir affiché un taux d’alcool supérieur dans l’air expiré affiché au regard du taux réel.

Qu’en est-il légalement  lorsqu’on sait que le contrôle doit être réalise rapidement et quelles attitudes adoptent la jurisprudence quand on fait plaider que dans le cadre du contrôle , le délai de 30 minutes n’a pas respecté ce délai ?

L’organisation d’un contrôle, (sachant qu’il faudrait garder 30 minutes au maximum un automobiliste qui aurait consommé)  suppose une organisation parfaite pour les contrôleurs.

Cette nécessité est évidente lorsqu’on imagine les conséquences contraventionnelles ou délictuelles  liées à une concentration d’alcool dans l’air expiré.

I-Les principes régissant les contrôles d’alcoolémie par l’éthylomètre : un paradoxe entre la loi et le bon fonctionnement de l’appareil.

Si lors du contrôle, les forces de l’ordre demandent  l’heure de la  dernière absorption de liquide, aliments et tabacs, en mentionnant  cette question dans leurs procès-verbaux,  ils restent  paradoxalement contraints de procéder légalement sans délai aux contrôles de l’alcoolémie.

A) Les textes régissant le contrôle

1°-L'article R 234-4 du  code de la route impose aux policiers de:

- procéder au test d’alcoolémie dans les plus brefs délais ;
- notifier à l’automobiliste les résultats de ce test ;
- informer le conducteur qu’il a droit d’obtenir un second test sur demande

Le défaut d'une telle mention dans un PV permettrait  de faire annuler la procédure.

Par contre  ce second contrôle ne devra être obligatoirement et immédiatement fait, que  si la personne contrôlée le réclame après vérification du bon fonctionnement de l'éthylomètre même si la loi ne fait pas obligation aux enquêteurs d'y procéder spontanément.

Lorsque qu'un double contrôle de la vérification du dépistage est réclamé, en cas de discordance entre les résultats du taux alcoolémie, est retenu le taux d'alcoolémie le moins pénalisant pour le contrevenant.

Diverses methodes sont à la disposition des services de contrôle.

2°- L’article R.234-41 1° du Code de la route dispose

« Le délai séparant l'heure, selon le cas, de l'infraction ou de l'accident ou d'un dépistage positif effectué dans le cadre d'un contrôle ordonné par le procureur de la République ou effectué sur initiative de l'officier ou de l'agent de police judiciaire et l'heure de la vérification doit être le plus court possible ».

B) Les sanctions encourues

1°-  délictuelles

A partir de  0,8 g/l  de sang (ou 0,40 mg/l d'air)  l’infraction constitue un délit avec passage envisageable devant un Tribunal correctionnel.

-2 ans d’emprisonnement et 4500 euros d’amende, ( rétention immédiate du permis) , une suspension, voire une annulation du permis  + une  sanction administrative autonome dans la  perte de six points du permis de conduire.

2°- contraventionnelles

De 0,5 g/l  à 0,79 g/l  de sang (ou 0,25 à 0, 39 mg/l d’air)  du ressort  de l'officier du ministère public puis du juge de proximité en cas de conflit

une contravention de   4ème classe. (amende forfaitaire de 135 euros, minorée à 90 euros si payée sous 3 jours , majorée à 375 euros après 45 jours) + retrait de 6 points.

B) L’arrêté du 8 juillet 2003,NOR INDI0301735A relatif au contrôle des éthylomètres

1°- L' article annexe A-1-2

prescrit que le temps d’attente nécessaire à garantir la fiabilité des mesures réalisées au moyen des éthylomètres à poste fixe est de 30 minutes après toute absorption de produit .

En un mot, si la personne a bu, il faudra vérifier si cela est noté dans le PV ; et  vérifier que 30 mn se sont écoulées avant de la  faire souffler.

« Temps d'attente « (5.5.1.c et 6.15.3)

Les éthylomètres doivent porter la mention suivante, lisible en même temps que le dispositif indicateur : "Ne pas souffler moins de XX min, après avoir absorbé un produit".

Cette  durée XX min est égale à 30 minutes pour les éthylomètres à poste fixe  pour les éthylomètres portatifs fonctionnant selon le cycle défini en I.2 de l'annexe I de R. 126, cette durée peut être diminuée sans pouvoir être inférieure à 10 minutes ».

2°-Autres  applications en vertu de cet arrêté au regard des  Certificats d’examen respectifs pour les éthylomètres  de marque SERES modèle 679E et DRAGER modèle 7110FP

A proximité du résultat de mesurage, l'indication de la mention « APRES AVOIR ABSORBE UN PRODUIT OU FUME, ATTENDRE 30 MINUTES AVANT DE SOUFFLER DANS L’APPAREIL »

Cela vaut pour les éthylomètres  de marque

SERES modèle 679E et DRAGER modèle 7110FP

En effet, les  Certificats d’examen respectifs de type n° LNE-17020 du 24 septembre 2009 (SERES ) et  n° LNE-15145 du 24 juillet 2009 ( DRAGER) exigent  que figure, à proximité du résultat de mesurage, ladite mention

II- La position nuancée des tribunaux au regard du non-respect du délai de 30 minutes entre l’absorbtion et le contrôle : La question de l’annulation du contrôle

A) La preuve du grief reste indispensable

1°- Rappel de l’application de l’article  802 du Code de procédure pénale en la matière

« Pas de nullité sans grief » :un adage qui a deux conséquences

-- Toute  irrégularité de  forme ou de procédure sera  insuffisante à entrainer la nullité de l’acte tout entier.

-- L’absence de grief, de préjudice à la personne qui invoque l’annulation de l’acte empêchera son annulation.

2°- Application du principe en matière de contrôle d’alcoolémie par éthylomètre : la preuve de son propre grief par l’automobiliste

Arguer du non-respect serait insuffisant en tant que tel.

L’automobiliste devra démontrer que ce non-respect a causé grief, en altérant la mesure effectuée et démontrer qu’il a, dans le délai de 30 minutes précédant le contrôle, absorbé des aliments, des liquides ou a fumé.


Si sa réponse à l’agent vise une absorption est supérieure à 1/2 heure, le contrôle sera légal sans possibilité de plaider ce type de vice de forme.( Il y en a d'autres..)

A préciser aussi qu’il n’existe pas de délai minimum imposé entre 2 souffles.

B) La réponse nuancée des juges : La preuve de l’ absorption justifie  l'irrégularité d’un contrôle d’alcoolémie opéré  dans un délai inférieur à 30 minutes ainsi que du grief causé à l’automobiliste.

Cours d'Appel : Poitiers 20 mai 1989, n°402/09 et Reims 4 septembre 2008 n°08/663 pour la recherche de la consommation de boissons, de nourriture ou de cigarette dans le délai de trente minutes précédant le dépistage de l’alcoolémie ». Si tel est le cas, le test inexact serait vicié pour mesurage faussé par des interactions.

La fiabilité du taux d’alcool dépendra des conditions du contrôle.

Ainsi La validité d'un éthylomètre pourrait être contestée, car l'appareil homologué, est soumis  à diverses normes  imposées à confronter à sa notice d'utilisation.

La validité du contrôle d'alcoolémie est subordonnée au contrôle de l'éthylomètre matérialisé par la mention sur le procès verbal joint à la procédure de la dernière date de vérification de l'appareil.

Le fait de constater l’irrégularité de la mesure de contrôle par non-respect du délai de 30 minutes et  le grief causé permettra aux juges d’annuler un procès-verbal de contrôle.

En dehors d’autres éléments de faits justifiant l’ivresse manifeste par exemple ,une relaxe sera encourue

Crim 13 octobre 2009, pourvoi N° 09-82015, (rejet)

face à un conducteur contrôlé à 0, 43 mg d'alcool par litre d'air expiré, a fait application du principe  "pas de nullité sans grief."

"....l'arrêté du 8 juillet 2003 relatif au contrôle des éthylomètres, pris en application des articles L. 234-1 et R. 234-1 du code de la route relatif à la construction, la vérification et à l'utilisation des instruments qui mesurent la concentration d'alcool par analyse de l'air expiré prévoit, en son annexe, que les éthylomètres doivent porter la mention, lisible en même temps que le dispositif indicateur " ne pas souffler moins de xx minutes après avoir absorbé un produit ", précisant que la durée minimale est de 30 minutes, pouvant être réduite à 10 minutes pour certains éthylomètres portatifs ; que la décision d'approbation DDC / 72 / A080248- D1 du ministère de l'économie et des finances concernant l'éthylomètre SERES 679 E prévoit un délai d'attente de 30 minutes après avoir absorbé un produit ou fumé ; que la circonstance qu'Alain X... ait été soumis à un contrôle d'alcoolémie seulement 10 minutes après son interpellation n'est pas à elle seule de nature à caractériser un manquement aux prescriptions d'utilisation de l'appareil s'il n'est pas autrement établi que le prévenu avait absorbé un produit ou fumé moins de 30 minutes avant le contrôle"

Il a ainsi  été considéré que l'automobiliste ne démontrait pas en quoi l'absence de respect du délai de 30 minutes lui causait préjudice.

Dans cette espèce, le conducteur, n'avait pu établir avoir bu, dîné ou fumé moins de 30 minutes avant le contrôle et avait admis avoir bu quelques verres.

On remarque ainsi qu'à partir du moment oû le bon fonctionnement de l'éthylomètre est établi par son homologation et sa vérification périodique établie,  que le second contrôle a été réalisé immédiatement après le premier conformément aux prescriptions des articles L. 234-5 et R. 234-2 du Code de la route (Cass.crim., 7 janvier 2009, pourvoi 08-83842), alors l'argument du délai de 30 minutes après absorbtion sera inopérant, à défaut de démonter le grief causé...

L'avocat sera un acteur nécessaire dans ces situations, il vérifiera  tous les points litigieux, la notice de l'appareil, il recherchera l'inscription d'une date de révision annuelle de l'appareil, une mauvaise utilisation ...

Votre conseil  saura quelles pièces  vous réclamer  (ex dossier médical …)

A défaut de nullités décelées, il examinera le fond du dossier et plaidera sur les éléments de personnalité...

Divers type d'exceptions de nullité pour vices de forme ou de procédure, pourraient se cumuler dans la défense.

exemple : le  contrôle liés çà la forme du PV, aux   règles liées à la compétence,  l'interpellation et à la garde à vue, au mauvais fonctionnement de l’appareil, à la vérification annuelle de l'appareil, aux  conditions d’utilisation des éthylomètres soumises aux dispositions :

---du décret n° 85-1519 du 31 décembre 1985 réglementant les catégories d'instruments destinés à mesurer la concentration d'alcool dans l'air expiré, lesquelles sont d'ordre public;

-- du décret n°2001-387 du 3 mai 2001, relatif au contrôle des instruments de mesure,

--de l’arrêté du 31 décembre 2001, fixant les modalités d’application de certaines dispositions du décret du 3 mai 2001.

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

Avocate au barreau de Paris

Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

186 € TTC

2497 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
25/06/2011 00:00

Mon fils qui est jeune conducteur ( permis obtenu le 18/08/2010 en conduite accompagnée )a été contrôlé positif entre 0.25 et 0.4mg par litre d'air expiré le 12/06/2011. Il est rentré à la maison sans double de la contravention. On vient de recevoir aujourd'hui l'avis par simple courrier ( date de l'avis le 20/06/2011 )Est ce que tout ça est bien dans les normes ?

2 Publié par Visiteur
28/04/2013 22:17

Bonjour ,
Je me suis fait contrôler hier soir avec un taux de 0,42 mg/litre air expiré . J'ai souffler une seconde fois directement sans délai d'attente et jetait a 0,41. Tout en sachant que je me suis fait suspendre 3 mois qqe mois avant pour les même fait . Qu'est ce qu'il va m'arriver concrètement ?
Cordialement

3 Publié par Visiteur
26/08/2013 17:36

Bonjour,
Il y a 3 jours j'ai été controlé à 0.28mg/l. Ne disposant plus que de 6 points, que va t il se passer pour mon permis?
Cordialement.

4 Publié par Visiteur
23/02/2015 18:52

Respectons la Loi tous simplement !!!

5 Publié par Visiteur
01/05/2015 02:16

Machine a pognions mercie hollande .
Je me fais arretez a l arret ? Garée avec oui les clee sur le contacte mes pas roulant es on me prend mon permis risque d anulations...
Bien comme si y avais de la place dans les auto ecole es du travaille pour se le payee

6 Publié par Visiteur
10/08/2015 09:41

bonjour , sur lavis de rétention de mon permis il ny a pas l'heure de mon 1er souffle et les gendarmes ne mon pas aviser que je pouvait effectuer un second souffle j aurais aimer savoir si cela ait normale car le taux afficher me parait énorme part rapport a ma consommation que jais u ce soir la

7 Publié par Visiteur
10/08/2015 09:42

jaurai aime faire ce second souffle pour être sur du bon fonctionnement de celui ci

8 Publié par Visiteur
08/09/2015 12:46

je n ai jamais eu de deuxieme souffle lors de mon controle est ce normale?

9 Publié par Visiteur
09/11/2015 17:39

Bonjour, je me suis fait arrêter pour alcoolemie à 0.41 jeudi 5/11/2015
à 21h nous sommes lundi 09/11/2015 je n'ai toujours pas de nouvelles.

10 Publié par Visiteur
19/11/2015 22:49

wa-com.com

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

186 € Ttc

Rép : 24h maximum

2497 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles