La délicate question de la cession d’un bien immobilier indivis…

Publié le Modifié le 03/03/2015 Par Maître HADDAD Sabine Vu 30 701 fois 5

Une question récurrente nous est posée par nos clients soumis au régime de l’indivision. Puis je vendre le bien indivis ? si oui, seul ou avec une majorité ? Depuis janvier 2007, la loi a envisagé cette situation de façon plus aisée ?

La délicate question de la cession d’un bien immobilier indivis…

Une question récurrente nous est posée par nos clients soumis au régime de l’indivision.

Puis je vendre le bien indivis ? si oui, seul ou avec une majorité ?

Depuis janvier 2007, la loi a envisagé cette situation de façon plus aisée ?

I- La vente d’un bien indivis et la règle de l’unanimité

A) Le principe de l'unanimité demeure pour les actes qui ne ressortent pas de l'exploitation normale de l'indivision ,ou bien pour céder des biens non liés au paiement des dettes et charges de la succession. (art 815-3 suite du code civil)

Tous les indivisaires doivent être d'accord pour les actes hors du cadre de l'exploitation normale des biens.

Les décisions ne relevant pas de l’exploitation normale des biens et les actes de disposition (comme la vente d’un immeuble, l’hypothèque, les baux commerciaux ou ruraux…) doivent être décidés à l’unanimité.

B) La nouvelle majorité des 2/3 des droits dans l'indivision permet de demander judiciairement  l'autorisation de céder un bien immobilier, selon une procédure spécifique décrite dans l'article 815-5-1 du code civil.

La vente d'un bien indivis peut être demandée auprès du tribunal de grande instance, par les indivisaires représentant les 2/3 des droits indivis, sous réserve de respecter une procédure particulière envisagée par l'article 815-5-1 du code civil créé par la loi du 12 mai 2009.

cela ne se concevra pas en cas de démembrement de la propriété du bien ou,  si l'un des indivisaires se trouve dans l'un des cas prévus à l'article 836, en respect des étapes suivantes:

-Le ou les indivisaires titulaires d'au moins deux tiers des droits indivis expriment devant un notaire, à cette majorité, leur intention de procéder à l'aliénation du bien indivis.

-Dans le délai d'un mois suivant son recueil, le notaire fait signifier cette intention aux autres indivisaires.

-Si l'un ou plusieurs des indivisaires s'opposent à l'aliénation du bien indivis ou ne se manifestent pas dans un délai de trois mois à compter de la signification, le notaire le constate par procès-verbal.

-Dans ce cas, le tribunal de grande instance peut autoriser l'aliénation du bien indivis si celle-ci ne porte pas une atteinte excessive aux droits des autres indivisaires.


Cette aliénation s'effectue par licitation.

Les sommes qui en sont retirées ne peuvent faire l'objet d'un remploi sauf pour payer les dettes et charges de l'indivision.

L'aliénation effectuée dans les conditions fixées par l'autorisation du tribunal de grande instance est opposable à l'indivisaire dont le consentement a fait défaut, sauf si l'intention d'aliéner le bien du ou des indivisaires titulaires d'au moins deux tiers des droits indivis ne lui avait pas été signifiée selon les modalités prévues au troisième alinéa."

II La vente d’un bien indivis autorisée pour sauvegarder l’intérêt commun de l’indivision et éviter sa mise en péril

Les articles 815-5 et 815-6 du code civil, envisagent les cas où le juge interviendra pour autoriser une vente.

815-5 du code civil

Un indivisaire peut être autorisé par justice à passer seul un acte pour lequel le consentement d'un coïndivisaire serait nécessaire, si le refus de celui-ci met en péril l'intérêt commun.
Le juge ne peut, à la demande d'un nu-propriétaire, ordonner la vente de la pleine propriété d'un bien grevé d'usufruit contre la volonté de l'usufruitier.
L'acte passé dans les conditions fixées par l'autorisation de justice est opposable à l'indivisaire dont le consentement a fait défaut.

815-6 du code civil

Le président du tribunal de grande instance peut prescrire ou autoriser toutes les mesures urgentes que requiert l'intérêt commun.

Il peut, notamment, autoriser un indivisaire à percevoir des débiteurs de l'indivision ou des dépositaires de fonds indivis une provision destinée à faire face aux besoins urgents, en prescrivant, au besoin, les conditions de l'emploi.

Cette autorisation n'entraîne pas prise de qualité pour le conjoint survivant ou pour l'héritier.

Il peut également ,soit désigner un indivisaire comme administrateur en l'obligeant s'il y a lieu à donner caution, soit nommer un séquestre.

Les articles 1873-5 à 1873-9 du code civil  s'appliquent en tant que de raison aux pouvoirs et aux obligations de l'administrateur, s'ils ne sont autrement définis par le juge.
 

III-La vente d’un bien indivis par la licitation

L’article 1377  du NCPC dispose:

« Le tribunal ordonne, dans les conditions qu'il détermine, la vente par adjudication des biens qui ne peuvent être facilement partagés ou attribués «.

Elle se concevra lorsqu’il faudra pour composer les lots, vendre des biens difficilement partageables en nature.

exemples : il n’y a pas assez de biens pour les répartir entre chaque indivisaire et procéder à un tirage au sort des lots.

en cas de risque de dépréciation du bien morcellé,

en cas de préjudice susceptible d’être causé à l’un des indivisaires, et plus généralement à défaut d’entente trouvée avec le notaire désigné et de difficultés persistantes.

Une procédure spécifique de mise en vente s’enchaînera alors ( l'adjudication)…

Dans sa décision, le tribunal de grande instance du lieu d’ouverture de la succession qui a compétence exclusive, pourrait ordonner que l’adjudication se fasse à la barre du tribunal de grande instance du lieu de situation de l’immeuble…

Demeurant à votre entière disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

Avocate au barreau de Paris

Vous avez une question ?

Sabine HADDAD

187 € TTC

2423 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par MICHEL34
27/06/11 15:58

BONJOUR apres 14 ans de procedures mon ex - epouse occupant toujours la maison en indivision LE jugement a prevu une indemnitee d'occupation en ma faveur depuis 1997 jusqu'a sa vente LA VENTE PAR LICITATION JUDICIAIRE a eu lieu le 21/06/2011 malheureusement AUCUNE OFFRE donc remise en vente pour SEPT , JE refuse la baisse (mise en vente deja plus basse que la creance de mon ex ) JE vais demander a mon avocat si je peux me prevaloir de l'article 815-5 pour sortir de cette indivision Je ne peux pas me presenter comme abjudicataire car je suis en surrendettement BDF et SDF a 62 ans , mon patrimoine est cette maison occupee par une personne qui ne veux rien entendre NUL N'EST OBLIGE DE RESTER DANS L'INDIVISION dit la loi mais dans la realite c'est tout autre

Publié par Visiteur
15/10/13 03:12

Je n'arrive plus a payer les rentes viagères étant que mon époux
est décédé . J'ai demandé à la crédirentière d'employer l'article
de Réserve de Privilege clause résolutoire . Nous sommes dans
l'indivision , ma belle-fille bloque . Elle ne veut rien signer , mais
actes . A vous lire et Merci

Publié par Visiteur
18/06/14 11:35

nous sommes deux a avoir reçu par succession une maison après le deces de nos parents ,nous avons un acheteur mais ma soeur refuse de signer la vente,je voudrai sortir de l'indivision ,que dois-je faire ?

Publié par Visiteur
01/09/14 19:54

Je suis propriétaire de la moitié d'une maison, je désire vendre ma part à un tiers en accord avec l'autre propriétaire, quelles sont les démarches à faire

Publié par Visiteur
03/03/15 11:42

Je suis en procédure avec mon ex-compagne pour vendre une maison acquise en indivision. Un jugement qui ordonne la vente et la sortie de l'indivision a été rendu par le tribunal de Marseille en mai 2012.Mon ex-compagne qui habite toujours le bien sans payer d'indemnités d'occupations, fait obstruction et refuse de signer un mandat de vente. Comment puis-je faire pour vendre ce bien malgré son opposition.
Merci de votre attention et pour votre réponse à ma demande.

A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

187 € Ttc

Rép : 24h maximum

2423 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles