L'HERITAGE DU CONJOINT SURVIVANT PEUT ETRE REDUIT EN PEAU DE CHAGRIN...

Publié le Modifié le 16/02/2017 Vu 56 664 fois 18
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le défunt ne pourra donc disposer que des 3/4 de son patrimoine, s'il laisse un conjoint survivant sans descendants, ce qui signifie qu’en l'absence d’enfants, le conjoint se voit certain de recevoir au moins le quart de la succession et ne peut être déshérité, alors qu'en présence de descendants, il sera toujours possible, de priver son conjoint de tout droit à sa succession en rédigeant un testament... Comment et Quand les droits du conjoints seront limités ?

Le défunt ne pourra donc disposer que des 3/4 de son patrimoine, s'il laisse un conjoint survivant sans desce

L'HERITAGE  DU CONJOINT SURVIVANT  PEUT ETRE  REDUIT EN PEAU DE CHAGRIN...

La loi n° 2001-1135 du 3 décembre 2001 relative aux droits du conjoint survivant et des enfants adultérins (JO le 4 décembre 2001, ) et la loi n° 2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions, ( JO le 24 juin 2006), applicable depuis le 1 er janvier 2007 ont modifié le statut du conjoint survivant dans les successions, en faisant  de lui un héritier à part entière.

La réserve héréditaire des parents, a été supprimée, si bien qu’un couple sans enfant peut maintenant prévoir, qu'en cas de décès, le survivant héritera de la totalité des biens.

Le défunt ne pourra donc disposer que des 3/4 de son patrimoine, s'il laisse un conjoint survivant sans descendants, ce qui signifie qu’en l'absence d’enfants, le conjoint se voit certain de recevoir au moins le quart de la succession et ne peut être déshérité, alors qu'en présence de descendants, il sera toujours possible, de priver son conjoint de tout droit à sa succession en rédigeant un testament...

Comment et Quand les droits du conjoints seront limités ?

I- La présence d'héritiers réservataires interdit de deshériter ses descendants sur une partie de son héritage

Certains héritiers, ont un droit à réserve, part de la succession dont on ne peut les priver. ( ex descendants)

La réserve légale est de 1/2 en présence d'un enfant,2/3 en présence de deux enfants et 3/4 à partir de 3 enfants et au delà.

Les droits du conjoint survivant ne peuvent venir limiter ou supprimer l'application de ce principe de protection légale.( étant rappelé que ce dernier pourrait être gratifié par une donation au dernier vivant,mais tel n'est pas le sujet de l'article.)

Seule « quotité disponible » constitue la part du patrimoine dont le défunt peut transmettre librement à la personne de son choix.

La quotité disonible étant de 1/2 en présence d'un enfant,1/3 en présence de deux enfants et 1/4 à partir de 3 enfants et au delà.

II-  La volonté du défunt exprimée par testament sur la quotité disponible

A) Privation du conjoint sur la quotité sauf en ce qui concerne le droit d'usage temporaire de un an sur le logement conjugal

En présence d'enfants, le conjoint peut être deshérité de toute la quotité disponible.

B) Privation sur le droit d'usage et d'habitation du conjoint sur le logement conjugal

article 764 du code civil

"Sauf volonté contraire du défunt exprimée dans les conditions de l'article 971, le conjoint successible qui occupait effectivement, à l'époque du décès, à titre d'habitation principale, un logement appartenant aux époux ou dépendant totalement de la succession, a sur ce logement, jusqu'à son décès, un droit d'habitation et un droit d'usage sur le mobilier, compris dans la succession, le garnissant.

La privation de ces droits d'habitation et d'usage exprimée par le défunt dans les conditions mentionnées au premier alinéa est sans incidence sur les droits d'usufruit que le conjoint recueille en vertu de la loi ou d'une libéralité, qui continuent à obéir à leurs règles propres...."

Article 971 du code civil
.

"Le testament par acte public est reçu par deux notaires ou par un notaire assisté de deux témoins."

1ère Civ 15 décembre 2010, pourvoi N°09-68.076

Un testament notarié peut priver le conjoint de son droit d'usage et d'habitation, mais sous respect d'un formalisme...

aux visas des articles 764 et 971 du code civil ( second moyen) nous rappelle qu’il  résulte de ces deux textes que le conjoint survivant ne peut être privé du droit d’habitation du logement servant d’habitation principale et d’usage du mobilier le garnissant que par la volonté du défunt exprimée dans un testament authentique reçu par deux notaires ou par un notaire assisté de deux témoins.

III- Le droit de retour des biens de famille reçus par succession ou donation

A) aux ascendants (parents) lorsqu'ils sont en vie et en l'absence de descendants directs

Les parents qui auront donné un bien à leur enfant décédé et sans descendances, pourront faire jouer ce droit légal de retour.

1°- un droit de retour légal et automatique

Ce principe a été posé pour éviter qu'un bien de famille  donné à un enfant par ses parents ne soit attribué à un étranger ou au conjoint de cet enfant défunt, et puisse retourner chez le donateur.

2°-... qui s'exerce en priorité en nature.

Il autorise chacun des parents à demander le retour du quart des biens donnés.soit la moitié pour les deux parents), prioritairement en nature, contraignant ainsi le conjoint ou le légataire à restituer les biens.

Cependant si le bien a été cédé ou ne peut être facilement partageable, le retour se fera alors en valeur (valeur du bien ou prix de vente en cas de cession ), dans la limite de l'actif successoral,laquelle  s'imputera en priorité sur les droits successoraux du ou des parents.

3°-dans les donations de parents à enfants : le retour conventionnel peut être envisagé.

Afin d'éviter que  le bien donné soit cédé, une clause d'interdiction de ceder le bien peut être envisagée à charge du donataire, justement pour mermettre le retour facile dudit bien aux donateurs.

B) aux frères et soeurs Lorsque le conjoint hérite de de la totalité de la succession du fait de l'absence des pères et mères

S'il se trouve  dans la succession des biens que le défunt avait reçu par succession ou par donation de ses ascendants, le conjoint survivant qui a eu vocation à l'intégralité de la succession doit faire retour desdits biens aux frères et soeurs du défunt ou aux descendants de ces derniers.

C) aux frères et soeurs de la ligne du parent prédécédé lorsque le conjoint survivant recueille les trois-quarts de la succession du fait du prédécès de la mère ou du père

S'il se trouve dans la succession des biens que le défunt avait reçu par succession ou par donation d'ascendants appartenant à la ligne du père ou de la mère prédécédé(e), le conjoint survivant doit faire retour aux frères et soeurs du défunt appartenant à la ligne du père ou de la mère prédécédé(e), ou à leurs descendants, desdits biens.

IV- La créance alimentaire des ascendants du défunt autres que les parents lorsque le conjoint survivant a vocation à hériter de la totalité de la succession

Les ascendants du défunt autres que le père ou la mère disposent, lorsque le conjoint survivant a vocation à hériter de la totalité de la succession, en cas de prédécès du père et de la mère, ou des trois-quarts de la succession, en cas de prédécès du père ou de la mère, d'une créance d'aliments sur la succession du défunt.

A) en cas de prédécès de l’un ou des deux parents

Cette créance d’aliment sur la succession du défunt, se concevra  en cas de prédécès des deux parents,lorsque le conjoint récupère toute la succession , ou de l’un des parents, lorsqu’il recevra les 3/4 de la succession.

B)  sauf volonté contraire du défunt ( voir II-)

Toutes les dispositions sont applicables en l'absence de volonté contraire du défunt, à l'exception de la jouissance temporaire du logement, qui est une disposition d'ordre public.

En effet, le conjoint survivant, bien que promu au rang d'héritier, n'est pas réservataire. Le défunt peut donc, de son vivant, prendre des décisions ou des actes ayant pour effet de le priver de sa vocation héréditaire.

C) une créance à réclamer dans l’année du décès, ou, en cas d'indivision, jusqu'à l'achèvement du partage.

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

Avocate au barreau de Paris



Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

189 € TTC

2581 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par nounoune
10/12/2011 21:02

bonsoir Maître!
J'ai hérité ainsi que mes 4 autres frères de la moitié de la maison de mon 6 ème frère décédé. Il vivait avec son amie que l'on concidère comme notre belle soeur malgré qu'il n'y ais aucun papier de fait à part la constuction de leur maison qui est à leur deux noms.notre belle soeur de coeur se voit donc obligé de nous racheter la moitié de cette maison qui à été estimé à 160 000 €. nous aimerions lui céder chaqu'un notre part pour ce que l'on appel l'euro symbolique, est ce possible ?

2 Publié par Visiteur
05/01/2012 00:34

Dans une famille où le père est décédé, et il y a l’épouse et ses enfants qui sont encore vivants. Le père a laissé des biens avec actes notariés. Donc, la mère et les enfants sont les seuls héritiers. Aucun vendeur dans ces biens n’est de la famille proche (cousins), ni des ayant-droits dans ces actes
Dans un tel scénario hors du commun, mais qui est véridique :
Si un frère héritier, mais jamais mandaté par les autres membres de sa famille, partage ces biens avec actes notariés avec un cousin non héritier, ni ayant aucun droit dans ces actes, il y a eu partage juridiquement de ces biens entre ce dit-frère et le dit-cousin, il y a eu un jugement.
Ce jugement est-il valable ? Ce partage est-il valable ? Et quelles sont les raisons juridiques ? sinon que peut-on faire pour annuler ce jugement ? et sur quelle base juridique peut-on l’annuler ?

3 Publié par Visiteur
21/10/2013 17:44

bonjour

mon pere etant décédé en1994 je n'ai pas perçu la part me revenant de droit . j'ai appris que ma mere m'avais deshérité sur sa propre part puis-je demander la part de mon pére au notaire qui gere la succession .
cordialement

4 Publié par Visiteur
10/09/2014 07:49

Bonjour,
Nous sommes mariés sous le régime de la communauté. Mon mari est parti vivre avec une autre femme depuis quatre ans. J'ai deux enfants adultes. S' il décède et si il a signé un testament... qu'est ce qui me revient ?

5 Publié par Visiteur
28/11/2014 15:42

unique devient la part du conjoint survivant desherité par testament sans que le decédé ait pour autant désigné un bénéficiaire? quel sera le régime fiscal applicable à cette partie du patrimoine

6 Publié par Visiteur
05/12/2014 15:29

Peut-on supprimer par testament le droit de retour de biens reçus par donation des parents aux frères et sœurs?

7 Publié par Visiteur
29/09/2015 12:00

bonjour,
mon frère (célibataire sans enfant)décédé en novembre 2014, a fait un testament devant notaire en faveur de notre mère sur tous ses biens.
Notre père (marié sous régime de séparation de biens réduits aux acquêts) a fait donation d'une maison (maison provenant de l'héritage de ses parents) à mon frère avec droit de retour si mon frère venait à décéder avant lui. (moi je n'ai rien eu, aucune compensation.)
Le droit de retour peut-il être contesté, voir annulé, du fait de la présence de ce testament?

8 Publié par Visiteur
31/05/2016 09:33

Par jalousie de tout ma belle fille demande à son père de faire un testament pour me déshérité en totalité. Il a obéi ai je droits à quelque chose quand même ?

9 Publié par Visiteur
04/06/2016 19:03

Bonsoir, ma grande tante est décédée en 1968 ayant elle même héritée de tout le patrimoine de ses frères, son mari légataire universel est décédé en 1975 et n'a pas laissé de descendant. Un héritier du côté de son mari s'est fait connaître en 2001 et a récupéré les actifs restant. Le patrimoine venant de ma branche , cet héritier étant totalement étranger à celui ci, ayant appris la situation récemment, puis je faire quelque chose?

10 Publié par Visiteur
10/07/2016 16:52

BONJOUR
J AI 72 ANS MARIE SOUS REGIME DE COMMUNAUTE SANS ENFANT
JE SUIS TOMBE SUR UN TESTAMENT QUE MON MARI A FAIT A MON INSSU .IL LEGUE TOUT A SON FRERE ET SOEURS MOI J AI JUSTE LA MAISON OU NOUS HABITONS ET RIEN D AUTRE IL CACHE TOUS NOS REVENUS QUE VA T IL SE PASSER SI AUSSI BIEN MOI QUE LUI DECEDE MOI J AVAIS EU 2 ENFANTS D UN PREMIER MARIAGE
MERCI DE VOTRE AIDE CAR LES COMPTES JE N AI PAS D ACCES

A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

189 € Ttc

Rép : 24h maximum

2581 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles