PAS D'INDEMNITE D'OCCUPATION SANS INDIVISION POUR L'USUFRUITIER : 1ERE CIV,15 MAI 2013

Publié le 05/06/2013 Vu 9 477 fois 3
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'indemnité d'occupation suppose une jouissance exclusive dans l' indivision lorsqu'elle est réclamée entre cohéritiers. Elle trouve sa source dans les termes de l'article 815-9 du code civil et est due à l'indivision. "L'indivisaire qui use ou jouit privativement de la chose indivise est, sauf convention contraire, redevable d'une indemnité". A contrario, cette indemnité ne sera pas due à défaut d'indivision par l'épouse à la fille du défunt de ce fait. C'est cette situation qui devra être recherchée et analysée par les juges du fond. C'est ce que 1 ere Civ,15 mai 2013 pourvois N° 11-24-217 et 11 27306 a rappelé.

L'indemnité d'occupation suppose une jouissance exclusive dans l' indivision lorsqu'elle est réclamée entre

PAS D'INDEMNITE D'OCCUPATION SANS INDIVISION POUR L'USUFRUITIER : 1ERE CIV,15 MAI 2013

L'indemnité d'occupation suppose une jouissance exclusive dans l' indivision lorsqu'elle est réclamée entre cohéritiers.

Elle trouve sa source dans les termes de l'article 815-9 du code civil et est due à l'indivision.

"L'indivisaire qui use ou jouit privativement de la chose indivise est, sauf convention contraire, redevable d'une indemnité".

C'est cette situation d'indivision qui devra être recherchée et analysée par les juges du fond.

C'est aussi ce que 1 ere Civ,15 mai 2013 pourvois  N° 11-24-217 et 11 27306 a rappelé. en refusant de voir une situation d'indivision entre la fille issue d'un premier lit et la nouvelle conjointe survivante, dans le cadre d'une option en partie de l'usufruit

Le lecteur pourra se référer à mon article consacré à ce thème  L'INDEMNITE D'OCCUPATION JUSQU'AU JOUR DU PARTAGE !

En l'éspèce des époux , marié en séparation de biens, 'étaient consent une donation réciproque de l'universalité des biens composant leur succession,

Ils avaient fait spécifier  qu'en présence de descendants, la donation serait réduite, au choix exclusif du conjoint survivant, à l'une des quotités disponibles permises entre époux.

Suite au décès du mari, sa fille née d'un premier mariage est venue en conflit avec la conjonte survivante  dans la liquidation et le partage de la succession.

Le 5 juillet 2011,appel de Riom après avoir relevé que l'épouse a opté pour  le quart des biens en pleine propriété et les trois quarts en usufruit a mis à sa charge le paiement d'une indemnité pour l'occupation privative d'un immeuble au profit de la fille, sur le fondement de  l'article 815-9 du code civil, dès lors que n'était pas remise en cause son attribution préférentielle de ce bien maintenu de son fait pendant plusieurs années en indivision.

Censure de la Cour de cassation le 15 mai 2013, au motif qu'après  le décès du , sa conjointe , donataire de la plus large quotité disponible entre époux, ayant opté pour le quart des biens en pleine propriété et les trois quarts en usufruit, il n'existait aucune indivision en jouissance entre elle et Mme Y., de sorte qu'aucune indemnité d'occupation ne pouvait être mise à sa charge.

L'usufruit excluait cette indemnité.

Présentation de 1ère Civ,15 mai 2013, pourvois N° 11-24.217  et 11-27.306

 

LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Vu leur connexité, joint les pourvois n° A 11-24. 217 et G 11-27. 306 ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que Louis X... est décédé le 2 décembre 2003, laissant pour lui succéder sa fille née d'un premier mariage, Mme Sylvie X..., épouse Y..., et son épouse séparée de biens, Mme Z... ; que par acte notarié, les époux X... s'étaient consenti une donation réciproque de l'universalité des biens composant leur succession, dans lequel il était précisé qu'en présence de descendants, la donation serait réduite, au choix exclusif du conjoint survivant, à l'une des quotités disponibles permises entre époux ; que des difficultés étant nées pour la liquidation et le partage de la succession, l'arrêt a, notamment, dit que Mme Z... avait opté pour le quart des biens en pleine propriété et les trois quarts en usufruit et confirmé le jugement ayant mis à sa charge le paiement d'une indemnité pour l'occupation privative d'un immeuble ;

Sur les moyens du pourvoi n° A 11-24. 217, formé par Mme Y... :

Attendu que ces moyens ne sont pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

Mais sur le premier moyen du pourvoi n° G 11-27. 306, formé par Mme Z..., qui est recevable :

Vu l'article 815 du code civil ;

Attendu que, pour condamner Mme Z... à payer à Mme Y... une indemnité d'occupation, la cour d'appel retient que l'intéressée y est tenue en vertu de l'article 815-9 du code civil , dès lors que n'est pas remise en cause son attribution préférentielle de ce bien maintenu de son fait pendant plusieurs années en indivision ;

Qu'en statuant ainsi, après avoir constaté qu'après le décès de son époux, Mme Z..., donataire de la plus large quotité disponible entre époux, avait opté pour le quart des biens en pleine propriété et les trois quarts en usufruit, ce dont il résultait qu'il n'existait aucune indivision en jouissance entre elle et Mme Y..., de sorte qu'aucune indemnité d'occupation ne pouvait être mise à sa charge, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

Et attendu que la cassation à intervenir entraîne, par voie de conséquence, l'annulation du chef de l'arrêt ayant condamné Mme Z... à payer des dommages-intérêts à Mme Y... ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi n° A 11-24. 217, formé par Mme Y... ;

CASSE ET ANNULE, mais seulement en sa disposition relative à l'indemnité d'occupation réclamée par Mme Y... à Mme Z..., veuve X..., et en sa disposition condamnant celle-ci à payer à Mme Y... la somme de 3 000 euros à titre de dommages-intérêts, l'arrêt rendu le 5 juillet 2011, entre les parties, par la cour d'appel de Riom ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Limoges ;

Condamne Mme Y... aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, rejette les demandes ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt partiellement cassé ;

Demeurant à votre entière disposition pour toutes précisions en cliquant sur I C I

Sabine HADDAD

Avocate au barreau de Paris

Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

209 € TTC

2666 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
08/06/2013 18:53

Je trouve cette solution étrange. Voir un arrêt donnant une solution radicalement opposée : Cass. 1ère civ., 12 janv. 2011, n° 09-17.298 : JurisData n° 2011-000144 où la Cour de Cassation décide que puisque le droit en pleine propriété de la veuve ne portait que sur une quote-part de l'universalité des biens de la communauté et que le fils était nu-proprié¬taire du surplus, il existait bien une indivision entre les intéressés quant à la propriété des biens.

2 Publié par Jibi7
10/06/2013 17:16

Voila afterall qui n'eclaircit pas ma lanterne!!
Maître ,
Je croyais que l’indivision entre usufruitiers , co propriétaires etc ..avait les mêmes effets quelque soit leur relation. Cet arrêt me pose un problème pour l’appliquer au cas qui m’intéresse.
2 époux ont fait donation a l’un de leurs enfants de la nue propriété d’une petite bicoque à la montagne inoccupée depuis des années. Un seul en assume les charges, taxes et entretien minimum sans pouvoir occuper, louer ou quoique ce soit (pour rentrer dans ses frais) faute de pouvoir faire les travaux nécessaires . Ni vendre d’ailleurs vu le marché, son attachement affectif etc..
18 ans après , devenus ex, le 2e réclame au 1er rachat de sa part de l’usufruit, (env. 10 000€) et prétend y rajouter une indemnité d’occupation « saisonnière » etc..pour une maison devenue insalubre, quasi inhabitable (merule , sans chauffage..) .Doit on considérer que c’est le fils nu-propriétaire qui la doit et donc qu’il serait en indivision avec son père ? Ou que le co-usufruitier la devrait étant toujours considéré comme indivis pour les taxes qu’il paye seul ?

Si vous arrivez vous ou afterall, à extraire la paille dans le fenil du grenier....Merci!

3 Publié par Visiteur
22/07/2013 21:43

Même la Cour de Cassation s'y perd. Vous comprendrez vite que les notaires font ce qu'ils veulent de vos biens. Les enfants attention, ne vous laissez pas considérer comme les assistants sociaux des seconds mariages.........

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

209 € Ttc

Rép : 24h max.

2666 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles