Mariage « blanc » ou « gris » : un risque d'avenir noir .

Publié le Modifié le 21/12/2013 Vu 56 465 fois 31
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Ce que l’on qualifie de mariage « blanc » est un mariage de complaisance conclu, pour permettre souvent à une personne de nationalité étrangère d’être régularisée par obtention d’un titre de séjour es-qualité de conjoint de Français, ( article L 313-11-4 du CESEDA) ou pour permettre l’acquisition de la nationalité française, mais pas seulement. Ce mariage de connivence permet aussi de bénéficier de droits favorables envisagés pour tout conjoint ( exemple maintien dans les lieux suite à abandon ou décès en matière de logement ; sécurité sociale, droits à vocation successorale …). Il suppose deux personnes complices, mais lorsqu’une seule personne sera trompée, on parlera de mariage « gris ». Dans les deux cas, le risque n’est pas négligeable, puisque il entraînera des conséquences néfastes d’un point de vue civil, pénal ou administratif. C'est ce que j'aborderai dans cet article : Les 3 types de sanctions...

Ce que l’on qualifie de mariage « blanc » est un mariage de complaisance conclu, pour permettre souvent

Mariage « blanc » ou « gris » :  un risque d'avenir noir .

Se marier est un droit essentiel  qui  protégé par les articles 2 et 4 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août  1789, reprise par les constitutions des IVème et de la Vème  République du 4 octobre 1958.

Régi par les articles 144 et suivants du Code civil et reste une  liberté fondamentale, à tel point  qu’il a été rappelé qu’un étranger même en  situation irrégulière peut se marier  (Conseil constitutionnel, n° 2003-484 DC du 20 nov. 2003).

Ce que l’on qualifie de mariage «  blanc » est un mariage de complaisance  conclu, pour permettre souvent à une personne de nationalité étrangère d’être régularisée par obtention d’un titre de séjour es qualité de conjoint de Français, (article L 313-11-4 du CESEDA) ou pour permettre l’acquisition de la nationalité française.

Ce mariage de connivence  peut permettre aussi de bénéficier de droits favorables envisagés pour tout  conjoint ( exemple maintien dans les lieux suite à abandon ou décès en matière de logement ; sécurité sociale, droits à vocation successorale …)

Il suppose deux personnes complices, et lorsqu’une seule personne sera trompée, on parlera de mariage « gris ».

Un tel acte,  détourné de son  but  légitime représente un consentement tronqué ( sorte de dévoiement du  fondement de la famille, de l’union et de sa solennité…)

Dans les deux cas, le risque n’est pas négligeable, puisque il entraînera des conséquences  d’un point de vue civil, pénal ou administratif.

Dans ce cas il conviendra d’aborder les divers types de sanctions.

En effet si au-delà de la sanction pénale, liée au  trouble à l’ordre public , tout titre de séjour peut être remis en cause s’il est découvert par la simple déclaration à la préfecture du conjoint trompé, l’annulation du mariage est aussi concevable.

Le dispositif de lutte contre les mariages de complaisance issu de la loi 93-1417 du 30 décembre 1993 portant diverses dispositions relatives à la maîtrise de l'immigration a été renforcé par la loi n° 2003-1119 du 26 novembre 2003 relative à l'immigration, au séjour des étrangers en France et à la nationalité.

I- La sanction pénale pour fraude

L'article L 623-1 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile CESEDA sanctionne les  mariages simulés, de pure complaisances ou « blancs » en ces termes.

« Le fait de contracter un mariage ou de reconnaître un enfant aux seules fins d'obtenir, ou de faire obtenir, un titre de séjour ou le bénéfice d'une protection contre l'éloignement, ou aux seules fins d'acquérir, ou de faire acquérir, la nationalité française est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 15 000 Euros d'amende. »

Au delà du délit de mariage de complaisance, l'organisation ou la participation à un mariage de complaisance,  pourait faire encourir  5 ans de prison et 30 000 euros d'amende.

II- La sanction civile  préalable au mariage : Pas de mariage sans consentement réel .

Le consentement doit être donné librement et en toute connaissance de cause. De plus, Il ne peut y avoir de tromperie sur l’identité ou la personnalité de son conjoint.

Donc il n'y aura pas de mariage lorsqu'il n'y aura  point de consentement.

A)  Le mariage blanc suspecté avant le mariage

1°- Le Rôle du maire : un rôle d’alerte du parquet

Le maire ne peut pas s'opposer au mariage, ni vérifier lui-même la situation des époux.

Il peut procéder à l'audition des futurs époux  et le cas échéant alerter le procureur de la République s'il a des présomptions de soupçonner une absence d’ intention réelle de communauté de vie, preuve extrêmement  difficile.

En cas de situation irrégulière, il agira de la sorte.

Article 175-2 du code civil

Lorsqu'il existe des indices sérieux laissant présumer, le cas échéant au vu de l'audition … que le mariage envisagé est susceptible d'être annulé … l'officier de l'état civil peut saisir sans délai le procureur de la République. Il en informe les intéressés. (Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2003-484 DC du 20 novembre 2003.)

2°- Le pouvoir du procureur de la république

Le procureur de la République aura un pouvoir d’enquête. Il sera est tenu, dans les quinze jours de sa saisine,

-soit de laisser procéder au mariage,

-soit de faire opposition à celui-ci, par acte d’huissier visé par le maire qui sera  signifiée au domicile

- soit de décider qu'il sera sursis à sa célébration, dans l'attente des résultats de l'enquête à laquelle il fait procéder.

Il fera alors  connaître sa décision motivée à l'officier de l'état civil et aux intéressés (Conseil constitutionnel n° 2003-484 DC du 20 novembre 2003).

La durée du sursis décidé par le procureur de la République ne peut excéder un mois renouvelable une fois par décision spécialement motivée.

A l'expiration du sursis, le procureur de la République fait connaître par une décision motivée à l'officier de l'état civil, s'il laisse procéder au mariage ou s'il s'oppose à sa célébration.

Par exemple  pour défaut de consentement ; mariage "blanc",  fraude à la loi de nature à faire prononcer l'annulation du mariage.

Cependant, si en théorie, le maire ne  pourra jamais s’opposer au mariage, d’un étranger en situation irrégulière., cela ne sera qu'une brève consolation, théorique, lorsqu’on sait que le procureur peut procéder à des poursuites pénales .

Il sera saisi systématiquement par les maires, pour des personnes en situations irrégulières. de ce fait, il  informera la préfecture qui prendra un APRF, arrêté de reconduite à la frontière, jusque dans l’année du mariage, voir une OQTF , obligation de quitter le territoire français dans le mois.

La  soustraction  à la mesure d'éloignement, fera courir un emprisonnement de UN an de prison et 3750 euros d’amende outre un risque d’e se voir  interdire le territoire une durée de 3 ans !

3°- Le contrôle a priori des mariages mixtes.

L'officier d'état civil doit, avant de procéder à la publication des bans, s’entretenir  avec les futurs époux ou  séparément avec l'un ou l'autre afin de vérifier  « l'authenticité de l'intention matrimoniale ».

Lorsque des indices sérieux laissent présumer que le mariage envisagé encourt la nullité, l'autorité diplomatique ou consulaire saisit sans délai le procureur de la République compétent et en informe les intéressés. Article 171-4  du code civil

L'instruction générale relative à l'état civil ainsi que l'article 175-2 du Code civil prévoient que l'officier d'état civil peut saisir le procureur de la République lorsqu'il y a des « indices sérieux » (retards dans la constitution du dossier, traces de coups, interprète entre les époux…) de « mariage blanc » (c'est-à-dire un mariage sans le consentement nécessaire des époux).

Le procureur de la République peut, dans le délai de deux mois à compter de la saisine, faire connaître par une décision motivée, à l'autorité diplomatique ou consulaire du lieu où la célébration du mariage est envisagée et aux intéressés, qu'il s'oppose à cette célébration. La mainlevée de l'opposition peut être demandée, à tout moment, devant le tribunal de grande instance par les futurs époux, même mineurs.

Les futurs époux sont informés des règles prévues au premier alinéa à l'occasion de la délivrance du certificat de capacité à mariage.

La demande de transcription est faite auprès de l'autorité consulaire ou diplomatique compétente au regard du lieu de célébration du mariage

B) Le recours des époux

L'un ou l'autre des futurs époux, même mineur, peut contester la décision de sursis ou son renouvellement devant le président du tribunal de grande instance, qui statue dans les dix jours. La décision du président du tribunal de grande instance peut être déférée à la cour d'appel qui statue dans le même délai.

Un recours devant  le juge des référés pour voie de fait, atteinte  discriminatoire   à la liberté des étrangers pourrait s'envisager ...…

Articles 177 et 178 du code civil

III- La sanction civile postérieure au mariage : L’annulation

Le mariage blanc, est un cas de nullité absolue assimilé à l’absence de consentement qui permet à toute personne qui y a intérêt peut de demander  la nullité dans un délai de 30 ans  à compter de sa célébration. (article 184 du code civil)

Article 146 du code civil : Il n'y a pas de mariage lorsqu'il n'y a point de consentement.

Cette nullité absolue, doit être opposée aux cas de nullités relatives ou de protection telles que le mariage célébré en fraude à la loi, vice du consentement, qui permet uniquement au procureur de la république ou à l’époux trompé et de bonne foi d’en demander l'annulation dans les 5 ans à compter du mariage.

Article 180  du code civil :

Le mariage qui a été contracté sans le consentement libre des deux époux, ou de l'un d'eux, ne peut être attaqué que par les époux, ou par celui des deux dont le consentement n'a pas été libre, ou par le ministère public.

L'exercice d'une contrainte sur les époux ou l'un d'eux, y compris par crainte révérencielle envers un ascendant, constitue un cas de nullité du mariage.

S'il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage.

De la même façon,le mariage contracté en pays étranger entre Français, ou entre un Français et un étranger, est valable s'il a été célébré dans les formes usitées dans le pays de célébration et pourvu que le ou les Français n'aient point contrevenu aux dispositions contenues au chapitre Ier du présent titre. Il en est de même du mariage célébré par les autorités diplomatiques ou consulaires françaises, conformément aux lois françaises.

Toutefois, ces autorités ne peuvent procéder à la célébration du mariage entre un Français et un étranger que dans les pays qui sont désignés par décret.

IV- la sanction administrative

L’étranger dont la fraude avérée à l’obtention du titre serait démontrée  ( exemple  mariage blanc annulé, production de faux documents…sera sanctionné a priori par la prise d’un arrêté préfectorale de reconduite à la frontière  APRF, voir plus avant par la perte de son titre de séjour et prise d'une OQTF.

Le  titre de séjour vie privée et familiale, la  carte de résident... sont susceptibles d’être retirés aux étrangers qui ne se conforment pas au respect de l’Ordre public Français ou aux principes d’octroi et de maintien de leur catégorie de titre portées dans le Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers ou CESEDA…

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

Avocate au barreau de Paris

Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

187 € TTC

2470 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
23/06/2010 20:38

j'espère que justice sera rendu pour moi car j'ai été abuser par de faux sentiments ce que je souhaite que je pourrais annuler ce mariage a but migratoir des peuves j'en ai,mais ma vie est devenu un cauchemar je m'en veut tout les jour de m'être laissé abusée.Ses voyoux des sentiments connaissent toutes les lois qui les protègent, il faut faire la part des choses entre les étangers honnâtes, et les malhonnête ceux qui faut punir sévèrement, il y a bien des mariages mixte qui réussisent moi personnellement j'en ai pas mal autour de moi et je suis ravi pour eux de les voir s'épanouir, mais pour les pas de chance qui veulent a tout prix gagner l'Eldorado, mais qu'ils oublient ils laissent derrière eux des personnes anéanti a jamais, ce que je déplore le plus c'est l'indifférence des préfectures, des juges, il faut apporter des preuves auquels on s'y attendait pas,l'arnaqueur ne vous dit pas qu'il vous épouse pour vous abuser, donc nous les victimes nous avons tous le même point commun après l'obtention du titre de 10ans là!!! le calvaire commence donc a nos responsable pitié de la sévérité dans les lois
merci de me lire

2 Publié par rosanita
24/06/2010 09:50

Il y a beaucoup d'étrangers qui séduisent des femmes françaises et leur content fleurette dans le but d'obtenir un titre de séjour

3 Publié par diplomatie
21/07/2010 15:44

je suis en train de subir un mariage gris.

4 Publié par Visiteur
16/08/2010 00:19

moi aussi je suis victime d'un mariage gris je m'en suis rendu compte car j'ai subi des violence conjugale sans raison j'ai porté plainte et j'ai demandé l'annulation je ne comprend pas pourquoi il n'y a pas de loi qui protége les victimes de mariage gris qui dénoncé ces fraudeur

5 Publié par Visiteur
30/08/2010 18:58

moi aussi je suis victime d'un mariage gris je viens de m'en rendre compte après que le soit disant mari est obtenu sa régulation et l'optantion de la nationalité,j'apprend qu'il vivait avec sa deuxième femme depuis notre mariage et j'en déduit qu'il a toujours été polygamme;je souhaite que la justice soit rendu mais je ne sais quoi faire.

6 Publié par AICHA29
01/09/2010 16:31

Bonjour,
Moi j'ai débuté une procédure de divorce mais c'est mon avocate qui m'a ouvert les yeux, en me disant qu'il s'est marié pour les papiers, je lui ai dit que je ne sais pas en tout cas, on n'est marié que sur papier et qu'il n'a jamais cherché un emploi. Il est diplômé en France mais pour moi, il avait ses papiers mais c'est du provisoire car c'est carte étudiant et qu'il faut payer le directeur. De plus, on s'est marié avec le récépissé de son titre de séjour étudiant, ensuite il a eu sa carte de séjour mention étudiant, et il a attendu quelques mois avant de faire la demande vpf, ce qui s'explique qu'on n'avait pas de logement mais lui me dit que non j'aurai voulu les papiers j'aurai de suite déposer la demande de carte vpf, mais bon je crois aussi qu'il devait attendre l'expiration de sa carte étudiant pour effectuer un changement de situation en vpf. Tout ça pour dire que je n'ai rien vu, et je ne crois tjrs pas qu'il s'est marié juste pour les papiers.On n'a jamais vécu ensemble,il le souhaitait car lui logeait dans un logement insalubre et qui payait pas les loyers, bref, il aurait voulu vraiment sa carte de 10ans, il aurait travaillé pour qu'on vit ensemble ect..En tout cas, si c'est pour les papiers qu'il s'est marié et qu'au fond il ne m'aimait pas vraiment, il vas bien le payer, mais là je doute tjrs, car il m'embrassait ect..
S'il veut pas divorcer à l'amiable,je divorcerai pour faute, mais il faut des preuves.

7 Publié par AICHA29
01/09/2010 16:32

Là mon mari est en situation irrégulière,peut-il être expulsé?
Si oui, pourrai-je continuer ma procédure de divorce sans lui?

8 Publié par Visiteur
25/04/2011 21:35

Bonsoir,
je viens vers vous pour une femme qui se mari après ce dernier décède comment se passera t'elle pour ses papiers il se connaissait à peine

9 Publié par Visiteur
16/10/2011 12:01

je suis la nouvelle de ce forum ,en parlant mariage blanc. dont ces que j'ai une amie sourde et qui s'est fait avoir par son copain qui venais de congo ,il a fini profiter de prendre son argent ,battu ,et viens davoir son enfant ,et le papa qui n'es jamais la et ni vit pas avec elle . dont elle attend son reultat de justice mais quand meme c'est urgence ,elle es en danger . je ne comprend pas ,elle parle a des gens qu'elle voit diapasom alors ils ne fou rien de les proteger vu battu ,tout . que faire pour qu'elle soit en securiter avec son enfant? !!!

10 Publié par Visiteur
02/02/2012 16:17

Bonjour je suis victime de se qu'on appel un mariage gris après lui avoir validé une première demande mon mari n'a obtenue (par chance pour moi )un titre de séjour que de 1 an il pensai qu'il allait obtenir les 10 ans aujourdhui je m oppose à son renouvellement que puis je faire pour pas que sa carte de séjour ne soit renouvelé ?? merci de m aider

A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

187 € Ttc

Rép : 24h maximum

2470 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles