Peut-on conserver la bague après la rupture des fiançailles ?

Publié le Modifié le 07/10/2018 Vu 57 607 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La jurisprudence en matière de rupture de fiançailles a été abondante dans les années 1960/1980 et en matière de restitution de la bague de fiançailles. Dans un article précédent , j'avais pu rappeler ce point " Rupture de fiançailles: cœurs "solitaires", à qui jeter la pierre ? Qu'en est-il de la restitution der la bague ? On a coutume de distinguer les cadeaux d'usages et les bijoux de famille...En réalité, au delà de cette distinction, dans certaines situations établies et avérées, pas de restitution !

La jurisprudence en matière de rupture de fiançailles a été abondante dans les années 1960/1980 et en ma

Peut-on conserver la bague après la rupture des fiançailles ?

La jurisprudence en matière de rupture de fiançailles a été abondante  dans les années 1960/1980 et en matière de restitution de la bague de fiançailles.

Dans un article précédent , j'avais pu rappeler ce point " Rupture de fiançailles: cœurs "solitaires", à qui jeter la pierre ?

http://www.legavox.fr/blog/maitre-haddad-sabine/article/affiche-article.php?EXP_AFFICHER_PANNEAU=1&id_article=1499

Qu'en est-il de la restitution der la bague  de fiançailles après  rupture ?

On a coutume de distinguer les cadeaux d'usage et les bijoux de famille...En réalité, au delà de cette distinction, dans certaines situations établies et avérées, pas de restitution !

Cet article aurait pu s'intituler le carat ou la cata...

I- Pas de  restitution pour une bague de "faible valeur" assimilée à un cadeau d'usage

Ce don restera donc  acquis et irrévocable, au même titre que d'autres petits cadeaux...

Cela vaudra  aussi pour la bague de fiançailles, assimilée à un présent d’usage.  (sauf B)

Ce  principe a été rappelé par la cour de cassation.

- 1ère Civ 19 décembre 1979, pourvoi n° 78-13.346 :

« Justifie légalement sa décision rejetant la demande de restitution de la bague de  fiançailles formée par la mari à la suite du divorce des époux la Cour d'appel qui, après avoir exclu le caractère de souvenir de famille du bijou litigieux, estime souverainement que la remise de la bague à la fiancée constituait en l'espèce, compte tenu des facultés respectives des époux et de leurs familles un présent d'usage, qui ne pouvait comme tel, donner lieu à restitution »

La jurisprudence se penchera sur la valeur des présents, les facultés respectives des époux et de leur famille, ou la notion de bijou de famille pour retenir l’exception en autorisant la restitution.

II- La restitution de la bague de fiançailles  envisageable pour trois motifs.

La fiancée devra ôter sa bague  de l'annulaire gauche pour restituer cet anneau orné  d'un solitaire en diamant ou d'une pierre précieuse, dans certaines circonstances....

A)  Si le présent représente une valeur importante et disproportionnée par rapport à la fortune du donateur

Dans ces conditions,les juges du fond apprécieront au cas par cas, au regard de la fortune du donateur,  de son train de vie,  si le présent sera à restituer.

Ex : une bague qui aurait coûté 6 mois de salaires au donateur.

Qui a dit qu'on ne pouvait pas reprendre un cadeau, facture à l'appui, ?

Qui nous a appris dès l'enfance que donner c'est donner, reprendre, c'est voler ?

La morale de l'histoire permet ainsi à la fiancée delaissée de légitimer toute absence de restitution du verre solitaire, de la pierre impure, emplie de crapauds, de son zirconium...qu'elle découvrira  être sans aucune valeur avant le mariage !

Double choc pour la fiancée, au coeur solitaire.

Imaginez sa déception, lorsqu'elle  découvrira  qu'elle porte au doigt une bague de désunion en pacotille  et vient de perdre un fiancé qu'elle considérait comme son " trésor"?

Un bijou sans grande valeur, tout comme le fiancé, qui  abandonnerait juste avant le mariage pour convoler avec une autre...

Nous ne sommes pas loin du lancé de caillou ; parfois après expertise ,oui mais voilà aux frais de qui  ?

Article 953 du code civil : « La donation entre vifs ne pourra être révoquée que pour cause d'inexécution des conditions sous lesquelles elle aura été faite, pour cause d'ingratitude, et pour cause de survenance d'enfants. »

Article  1088 du code civil « toute donation faite en faveur du mariage sera caduque si le mariage ne s'ensuit pas."

On pourrait dire que les donations sont ici faites sous condition résolutoire de non célébration du mariage. La condition liée au mariage défallante, rendra caduque le don.

B) Si la rupture est fautive

Si l’initiative de la rupture fautive vient de la jeune femme, elle devra rendre la bague qui lui a été offerte.

Si au contraire, la rupture vient du jeune homme, il ne pourra demander à la récupérer sauf s’il s’agit d’un bijou de famille ; auquel cas la fiancée devra consentir à cette restitution.

C)  Si la bague est un bijou de famille

La  jurisprudence affirme, de manière constante, que les souvenirs de famille doivent être restitués quelles que soient les circonstances de la rupture  1ère Civ. 23 mars 1983, dalloz. 1984, p. 81). Ils doivent être conservés dans la famille, d’autant plus s’ils sont une tradition qui se transmet de génération en génération.

Question, à quelle moment la fiancée sera considérée comme étant rentrée, et acceptée comme telle  au sein de la famille  lorsqu'on sait que , même lors  d'un divorce, plusieurs années après, une bague de fiançailles pourrait être réclamée...

-1ère Civ 30 octobre 2007, pourvoi n°05-14-258, confirme l'indisponibilité des bijoux de famille, lesquels ne peuvent être donnés à un tiers (concubin, épouse, partenaire pacsé, ou fiancé),maiis seulement remis à charge de restitution. Ces derniers ne pourront venir soutenir qu'il s'agit d'un don manuel.

De ce point de vue, la bague sera considérée comme un prêt à charge de restitution au sens de l’article 1875 du code civil qui dispose : « Le prêt à usage est un contrat par lequel l'une des parties livre une chose à l'autre pour s'en servir, à la charge par le preneur de la rendre après s'en être servi. »

- Cour d'Appel de VERSAILLES, 10 mars 2005,pourvoi n° 04/1388

Dans la cadre d’une liquidation de régime matrimonial après divorce, »... La cour observe que monsieur X... sollicite la confirmation du jugement en ce qu'il a ordonné la restitution de biens propres mobiliers lui appartenant sous astreinte en possession de madame Y..., à savoir une bague de fiançailles, un fusil de chasse, une collection de pièces en argent, les objets se trouvant dans un coffre et des biens mobiliers se trouvant dans la propriété de Z, alors qu'il a été débouté de sa demande en ce qu'elle portait sur la bague de fiançailles et autres objets indéterminés ; qu'il conviendra qu'il s'explique sur ce point ... »

La  preuve du bijou de famille se fera par tous moyens.

Ex: photographies de la bague portée dans une soirée de famille par un membre de famille, témoignages, facture détaillée d’achat au nom d’un membre de la famille, ou  de réparation d’un bijoutier ...

Ainsi, quelque soit l’occasion, si les cadeaux d’anniversaire, de mariage  ou de naissance peuvent être conservés à titre de don manuel, la caractéristique de bijou de famille, suffira à elle seule à légitimiser une demande en restitution des années plus tard...Une sorte de prêt à usage, mais aussi à l'usure qui ne s'avèrera pas viager...!

Pour la bague de fiançailles, l’écueil est double puisque la parade à la restitution  plongera les tribunaux dans une appréciation du niveau social du donateur, necessairement dévoilée à la barre et du prix du cadeau ! La bague de la désunion au coeur des débats ...

Cher... la contribution aux charges des fiançailles !

Ici encore, ne nous a t-on pas enseigné qu'un cadeau n'a pas de prix, que son prix ne se communique jamais , que seul le geste compte ?

Il est clair qu’offrir une bague, rentrant dans le patrimoine des bijoux  de sa  famille, au surplus ayant une valeur onéreuse, constitueront deux bonnes raisons pour venir arguer de la restitution des années plus tard après une rupture plus ou moins fautive.

Cela permettra au fiancé, du coup de repartir  avec tous ses "bijoux de famille" sous le bras !

Vous l’aurez compris, finalement pour être certain de ne jamais se voir réclamer la bague, une valeur de pacotille sera suffisante, laissant à penser qu'un petit carat vaudrait mieux qu'une grande  cata ! Piètre valeur....!

Le beau et le cher ont un prix particulier ici, un goût amer aussi !

Mais le prix le plus cher à payer n’est-il pas celui de la rupture et de la douleur du délaissé ?

Nous ne sommes pas  très loin de toucher au coeur d'un contentieux de la bassesse et de la mesquinerie au moment des restitutions...

Une pensée, aussi pour celui ou celle qui rentrera  dans une période de doute et de depression...Cependant, ne faut-il pas se dire que la belle l'aura échappée belle ?

En y réfléchissant bien, mieux vaut que tout cela se déroule avant l'union, sans formalités contraignantes, parce-que la découverte de la valeur de l'autre a aussi un prix...

Il est vrai qu’aujourd’hui, les fiançailles ont tendance à tomber en désuétude. Mais certaines familles traditionnelles, demeurent attachées à cet usage...

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

Avocat au Barreau de Paris

Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

189 € TTC

2581 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
27/08/2011 09:57

LE DELAI ENTRE LE PRET A USAGE D'une bague de fiancaille constituée par un bijou de famille et sa demande officielle de restitution est-il toujours laissé a la libre appréciation du juge, ou bien un délai de prescrition de 10 ans est-il applicable

2 Publié par sbb89
25/04/2012 14:00

Bonjour Maître,

Mon ex-mari ma offert avant notre mariage et lors de sa demande de m'épouser, une bague de fiancailles (provisoire en attendant une "vraie" qu'il m'offrirait) ayant appartenue à sa mère. Il m'a demandé à plusieurs reprises de lui rendre car c'était un bijou de famille. Il l'avait fait expertiser comme tous les objets qu'il possède.
En quel honneur devrais-je lui rendre un cadeau offert de bon coeur pour s'ymboliser notre projet d'union?
Merci de votre réponse.

A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

189 € Ttc

Rép : 24h maximum

2581 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles