Le recours à l'encontre d'une mesure d'éloignement n'est pas exclusif de la rétention administrative

Publié le 05/10/2010 Vu 6 595 fois 4
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Dans un précédent article, "Les deux options ouvertes à l'administration pour éloigner un étranger", je me suis penchée sur l'état actuel des options ouvertes à l'administration pour éloigner un étranger en situation irrégulière. L'arrêté de reconduite à la frontière ou l'Obligation de quitter le territoire. Dans cette publication, j'envisagerai les conséquences d'un recours à l'encontre d'un APRF ou d'une OQTF.

Dans un précédent article, "Les deux options ouvertes à l'administration pour éloigner un étranger", je

Le recours à l'encontre d'une mesure d'éloignement n'est pas exclusif de la rétention administrative

Dans un précédent article, "Les deux options ouvertes à l'administration pour éloigner un étranger." je me suis penchée sur l'état actuel des options ouvertes à l'administration pour éloigner un étranger en situation irrégulière: l'arrêté de reconduite à la frontière ou l'Obligation de quitter le territoire.

http://www.legavox.fr/blog/maitre-haddad-sabine/article/affiche-article.php?EXP_AFFICHER_PANNEAU=1&id_article=3389

Dans cette publication, j'envisagerai les conséquences d'un recours à l'encontre d'un APRF ou d'une OQTF.

I- Le recours suspensif de la mesure d'éoignement n'est pas exclusif d'un placement en rétention administrative.

L'étranger, ne pourra être éloigné tant que le tribunal administratif n'aura pas statué dans les trois mois, à compter de sa saisine.

Il pourra choisir , si  deux  ou plusieurs recours sont introduits à la fois contre le refus de séjour, l'OQTF et/ou  la décision fixant le pays de renvoi, qu'ils seront lenregistrés de façon unique et seront instruits de façon commune.

A) La prise d'un APRF fondement du placement en rétention administrative

La rétention doit permettre dans un temps strictement nécessaire à l’organisation du départ de l’étranger,  à l’administration de le faire auditionner par son consulat pen vue déterminer sa nationalité. Une fois reconnu,  d'obtenir un laissez-passer de son ambassade, d'autant  plus utile, lorsqu’aucun passeport ou titre émanant des autorités du pays n' aura été présenté.

Il appartient à l'administration d'effectuer toutes démarches utiles pour organiser le départ et d'en justifier...

Cependant, toute personne qui dissimulerait volontairement son identité s’exposerait aux sanctions pénales de l’article L 621-4 du CESEDA. (3 ans de prison et interdiction du territoire).

B) Le recours contre une OQTF ne fait pas obstacle au placement en rétention  administrative.

Seule sera suspendue la mesure d’éloignement, jusqu’à ce que le président du tribunal statue (environ trois mois).De la même façon tant que le président du Tribunal administratif ne statuera pas sur un APRF, la mesure est suspendue...

Autrement dit tout  recours à l’encontre d’une OQTF suspend l’exécution de l'obligation de quitter le territoire français sans pour autant faire obstacle au placement en rétention administrative...

Concrètement cela paraît contradictoire. Partir ou rester ?

La préfecture qui décidera de placer en rétention devra néanmoins en informer le tribunal administratif et patienter jusqu’à ce que le juge ait statué sur le recours avant de procéder à l’éloignement.

Dans ce cas précis, le tribunal administratif statuera seulement sur la légalité de l’OQTF, dans un délai de 72 heures, soit avant même la sortie de l’étranger de rétention qui peut y être maintenu jusqu’à 32 jours.

Si l’OQTF date de plus d’un an, elle est toujours exécutable mais la préfecture ne pourra plus légalement placer l’étranger en rétention administrative.

L’appel de la décision devant la Cour administrative d’appel est de UN  MOIS. Il n’est pas suspensif, ce qui implique qu’une mesure d’éloignement pourra être exécutée...

II- L'impossibilité de l'éloignement dans des circonstances légales précises


A) Sans prise d'un APRF ou d'une OQTF, pas d'éloignement.


B) A défaut d’avoir pu organiser le départ, à l’issue des 32 jours de rétention, la préfecture devra relâcher la personne .

Ainsi, en cas d’absence de laissez-passer, malgré les relances administratives  ou de vol disponible susceptible de reconduite.

Il appartiendrait alors à la personne relâchée de quitter le territoire par ses  propres moyens car elle demeurera toujours irrégulière, susceptible d’être contrôlée de nouveau et de se voir placer en rétention administrative.

Même situation pour une  personne, assignée à résidence pour avoir justifié de garanties de représentation (passeport en cours de validité remis à un service de police ou de gendarmerie, adresse...) à qui il appartiendra de partir contre remise du passeport au départ.

En pratique, cela est un leurre puisque la très grande majorité d'étrangers  restera sur le territoire...(situation dramatique pour ceux qui auront une famille en France )

C) Une personne non reconductible au sens de l’article L 511-4 du CESEDA ne pourra être contrainte à partir...

Le juge administratif chargé du contentieux des étrangers, ne manquerait pas de sanctionner une mesure (OQTF, APRF) visant les personnes visées dans l’article L 511-4 du CESEDA.

C’est pour cela que sa saisine dans le délai légal de UN MOIS reste essentielle pour obtenir l’annulation d’une telle mesure sur laquelle il sera statué dans un délai en général de TROIS mois, mais qui au regard de l’engorgement des tribunaux pourrait être allongé. Ainsi :

Il résulte de l’article L 511-4 du CESEDA qu’une catégorie de personnes ne peuvent faire l'objet d'une obligation de quitter le territoire français ou d'une mesure de reconduite à la frontière. Ce texte fondement de la saisine du Tribunal administratif sera rappelé in extenso :

« 1° L'étranger mineur de dix-huit ans ;

2° L'étranger qui justifie par tous moyens résider habituellement en France depuis qu'il a atteint au plus l'âge de treize ans ;

3° (Abrogé) ;

L'étranger qui réside régulièrement en France depuis plus de dix ans, sauf s'il a été, pendant toute cette période, titulaire d'une carte de séjour temporaire portant la mention "étudiant"

L'étranger qui réside régulièrement en France depuis plus de vingt ans ;

6° L'étranger ne vivant pas en état de polygamie qui est père ou mère d'un enfant français mineur résidant en France, à condition qu'il établisse contribuer effectivement à l'entretien et à l'éducation de l'enfant dans les conditions prévues par l'article 371-2 du code civil depuis la naissance de celui-ci ou depuis au moins deux ans ;

L'étranger marié depuis au moins trois ans avec un conjoint de nationalité française, à condition que la communauté de vie n'ait pas cessé depuis le mariage et que le conjoint ait conservé la nationalité française ;8

8° L'étranger qui réside régulièrement en France depuis plus de dix ans et qui, ne vivant pas en état de polygamie, est marié depuis au moins trois ans avec un ressortissant étranger relevant du 2°, à condition que la communauté de vie n'ait pas cessé depuis le mariage ;

9° L'étranger titulaire d'une rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle servie par un organisme français et dont le taux d'incapacité permanente est égal ou supérieur à 20 % ;1

10° L'étranger résidant habituellement en France dont l'état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait entraîner pour lui des conséquences d'une exceptionnelle gravité, sous réserve qu'il ne puisse effectivement bénéficier d'un traitement approprié dans le pays de renvoi ;

11° Le ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne, d'un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ou de la Confédération suisse, ainsi que les membres de sa famille, qui bénéficient du droit au séjour permanent prévu par l'article L. 122-1. En outre, ne peut faire l'objet d'une mesure de reconduite à la frontière pour l'un des motifs prévus aux 1°, 2° et 4° du II de l'article L. 511-1 l'étranger ressortissant d'un pays tiers qui est membre, tel que défini à l'article L. 121-3, de la famille d'un ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne, d'un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ou de la Confédération suisse.

Conclusion :

Toute  personne, qui  réclamera sa régularisation à l'appui de pièces de situation, doit savoir qu’elle pourra être exposée, en cas de rejet, à une OQTF portant mesure d’éloignement et à une expulsion par le biais d’une rétention administrative.

Action et réaction sans  perdre de temps  s'imposeront dans ces types de  procédures liées à l'urgence du départ.

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions complémentaires.

Me HADDAD Sabine

Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

199 € TTC

2565 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
05/10/2010 13:40

Bonsoir
je viens de voir votre forum je suis très intéréssé j'ai une question à vous poser pour un mariage mixte une africaine épouse un français un an après le mariage le français décède il se sont marié un an seulement qu'elle est l'avenir de cette africaine après son décès.
surtout au sujet du renouvellement de on titre de séjour.
merci de me répondre

2 Publié par thawenza75
27/10/2010 17:42

Bonjour Maître. Moi-même, j'ai reçu l'Oqtf depuis fin juin et j'ai obtenu de sagace un code pour suivre mon dossier via le net.
Ma question: si je rentre en algérie, aurai-je la possibilité de revenir m'installer en espagne(je pourrai décrocher un cdi en espagne) ou le visa me sera refusé pendant 5 ans sur tout le territoire schengen comme on m'a informé?
Merci Maître et daignez recevoir mes sentiments les plus déférents.

3 Publié par deleglod
28/11/2010 23:21

Bonsoir Maître.
Ce qui nous derange le plus , cet le manque d'informations claire et précise au moment ou l'on a besoin , de la part de nos administrations d'une part .
Le mariage-mixte est ! des plus complexe , déjà pour le Français ordinaire , normal .
Nombre demandent mariage , mais abandonnent vu , les embrouilles .Et voire se ruinent .

4 Publié par Visiteur
26/05/2011 14:58

j'ai une question a vs poser maitre
j'ai eu les mesures d'eloignement oqtf et je veut revenir m'installer en france.kes je devais fair et es y'aura des obstacle pour un autre visa pour la france

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

199 € Ttc

Rép : 24h maximum

2565 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles