ALCOOL AU VOLANT :interdiction de conduire sans Antidémarrage avec éthylotest

Publié le 08/11/2011 Vu 3 644 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Depuis le décret n° 2011-1048 du 5 septembre 2011 relatif à la conduite sous l’influence de l’alcool, la conduite sous l’empire d’un état alcoolique est sanctionnée d’une nouvelle peine complémentaire offerte au magistrat, à savoir l’interdiction de conduire un véhicule ne comportant pas un dispositif d’anti démarrage par éthylotest électronique. Cette sanction peut être également prise dans le cadre d’une composition pénale et elle est réservée aux auteurs des délits de conduite en état alcoolique ou en état d’ivresse manifeste, des délits d’homicide ou de blessures involontaires par conducteur sous l’empire d’un état alcoolique. En pratique, à ce jour, cette infraction est encore soumise à quelques décrets d’application, notamment sur les modalités pratiques d’installation de cet antidémarrage.

Depuis le décret n° 2011-1048 du 5 septembre 2011 relatif à la conduite sous l’influence de l’alcool, l

ALCOOL AU VOLANT :interdiction de conduire sans Antidémarrage avec éthylotest

ALCOOL AU VOLANT : Une nouvelle sanction, interdiction de conduire sans Antidémarrage avec éthylotest.

Depuis le décret n° 2011-1048 du 5 septembre 2011 relatif à la conduite sous l’influence de l’alcool, la conduite sous l’empire d’un état alcoolique est sanctionnée d’une nouvelle peine complémentaire offerte au magistrat, à savoir l’interdiction de conduire un véhicule ne comportant pas un dispositif d’anti démarrage par éthylotest électronique.

Cette sanction peut être également prise dans le cadre d’une composition pénale et elle est réservée aux auteurs des délits de conduite en état alcoolique ou en état d’ivresse manifeste, des délits d’homicide ou de blessures involontaires par conducteur sous l’empire d’un état alcoolique.

En pratique, à ce jour, cette infraction est encore soumise à quelques décrets d’application, notamment sur les modalités pratiques d’installation de cet antidémarrage.

Sur le fond, elle semble placer le contentieux de l’alcool au volant dans une logique plus responsable.

Une peine complémentaire nouvelle et sensée

Le principe est le suivant : la conduite sous l’empire  d’un état alcoolique peut être constatée lors de l’interpellation par les forces de police, au moyen d’un éthylotest. Cet éthylotest oblige par la suite les forces de police à procéder à une mesure de contrôle. Seule la mesure de contrôle permet d’établir avec certitude l’état alcoolique.

L’antidémarrage avec éthylotest permettra au conducteur qui ne se sent pas en état de conduire, de se voir matériellement dans l’impossibilité de démarrer son véhicule, puisque si l’éthylotest est positif, le véhicule ne démarre pas.

Il ne s’agit donc pas d’une mesure de répression mais bien d’une mesure de prévention combinée à une sanction qui sera offerte au magistrat.

Jusqu’à ce jour, dans le cadre du contentieux de l’alcool au volant, nous sommes confrontés en tant qu’avocats spécialistes, notamment dans le cadre des récidives, à une marge de manœuvre de défense extrêmement restreinte, puisque la récidive entraîne l’annulation judiciaire de plein droit du permis de conduire.

Le récidiviste peut aussi être condamné  à une peine de prison avec sursis ou une interdiction de conduire pour une durée qui peut être extrêmement longue.

Cette peine nouvelle complémentaire ouvre une nouvelle alternative, à savoir plaider la responsabilisation du conducteur, demander à ce qu’il soit de lui-même vigilant et, aider en cela par la technologie de l’anti démarrage.

Fragilité du dispositif et la naïveté du législateur ?

Le dispositif oblige le conducteur à utiliser l’éthylotest électronique avant de pouvoir démarrer le véhicule. Le démarrage ne peut avoir lieu que si l’éthylotest met en évidence l’absence d’état alcoolique, donc on peut faire souffler un tiers sobre et prendre le volant ?

Le décret d’application prévoit que la personne qui a fait l’objet de cette interdiction prononcée par l’autorité judiciaire se verra remettre un certificat à la place de son permis de conduire, précisant qu’elle ne peut pas conduire un véhicule non équipé d’un tel dispositif.

Lors du contrôle, les forces de police vérifieront le certificat et la mise en place du dispositif. Elles ne pourront pas bien sûr vérifier si un tiers a soufflé à la place du conducteur. C’est donc un dispositif de bonne foi qui est mis en place ; un système qui ne peut fonctionner que si la personne n’a pas l’intention de frauder.

Le décret prévoit des poursuites pour la personne qui aura utilisé de façon frauduleuse le dispositif afin de faire démarrer le véhicule par un tiers malgré un état alcoolique, la sanction pouvant aller jusqu’à la confiscation du véhicule.

Donc on peut être poursuivi pour récidive de conduite en CEA, conduite malgré une interdiction, et sans permis parce qu’annulé judiciaire en ayant en plus fait démarrer frauduleusement son véhicule, ce cas de figure arrivera (sauf à trouver un jour un moyen d’interdire l’accès à sa voiture d’une personne souffrant d’alcoolisme…).

Il est fort à parier que lorsque nous plaiderons pour des récidivistes de conduite sous l’empire  d’un état alcoolique, et qu’il leur sera proposée l’alternative d’une peine de prison avec sursis ou de se voir imposer un dispositif d’éthylotest au démarrage, ceux-ci préfèreront l’éthylotest au démarrage qui est au demeurant bien plus satisfaisant sur le plan démagogique.

Comme beaucoup de spécialistes de droit pénal routier, nous nous féliciterons donc de cette nouvelle infraction ; une fois n’est pas coutume, la loi LOPSSI II  a vu juste sur la volonté de responsabiliser le conducteur, mais encore faudra t'il pour que cela fonctionne, que ce monde ne soit peuplé que de conducteurs bien alcoolisés peut être... mais de bonne foi….

Vous avez une question ?
Blog de Maitre Vanessa FITOUSSI

FITOUSSI Vanessa

75 € TTC

14 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.