La nullité du controle d'alcoolémie

Publié le Modifié le 16/10/2018 Vu 17 357 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Faut-il continuer à plaider l’exigence d’homologation de l’éthylomètre de marque Seres 679 E ?

Faut-il continuer à plaider l’exigence d’homologation de l’éthylomètre de marque Seres 679 E ?

La nullité du controle d'alcoolémie

Faut-il continuer à plaider l’exigence d’homologation de l’éthylomètre de marque Seres 679 E ?

Une vague de jurisprudences des juges du fond importante avait conduit tous les avocats spécialistes en droit pénal routier à soulever à juste titre la nullité des contrôles opérés au moyen des éthylomètres modèles Seres 679 E, dont il avait été rapporté la preuve, et notamment par nos confrères de l’association de l’Automobile Club Des Avocats, du défaut de certificat d’homologation qui n’était plus valable depuis le 17 mai 2009.

L’éthylomètre Seres avait fait l’objet d’un certificat d’examen prononcé en application du décret numéro 2001-387 du 3 mai 2001 et du décret du 31 décembre 1985.

L’éthylomètre Seres 679 E faisait l’objet d’une décision d’approbation du 25 octobre 2000 et a été valable jusqu’au 19 mai 2009. De 1999 à 2009, c’est-à-dire pendant ces dix ans, l’éthylomètre Seres était donc valablement homologué.

Par la suite, il n’a pas fait l’objet d’un renouvellement et il a été plaidé, à juste titre, la nullité des contrôles opérés au moyen de cet éthylomètre.

La jurisprudence est venue freiner les ardeurs de ce moyen de nullité avec notamment un arrêt très décevant du 12 juin 2013 de la Cour de cassation qui est venu valider, les contrôles d’alcoolémie par éthylomètres ayant dépassé la durée de leur homologation initiale.

Cet arrêt est venu rappeler les conditions cumulatives à la validation des contrôles d’alcoolémie par éthylomètre.

1.     L’appareil de mesure d’éthylomètre pour l’alcool ou le cinémomètre pour la vitesse doit être homologué, c’est-à-dire qu’il doit avoir reçu la délivrance d’un certificat d’examen de type et ce quand bien même la durée de ce certificat serait dépassée depuis plusieurs années.

2.     L’appareil doit également et surtout avoir subi une vérification du bon fonctionnement depuis moins d’un an à la date du contrôle.

Il y a donc deux exigences de conditions cumulatives qui permettent de valider un contrôle d’alcoolémie ou un relevé d’excès de vitesse au moyen d’un cinémomètre devant faire l’objet d’un certificat d’homologation : le certificat d’homologation en lui-même et l’étalonnage c’est-à-dire la vérification depuis moins d’un an de la fiabilité de l’appareil.

Au regard de cette jurisprudence, il a donc été démontré que même si l’homologation d’un éthylomètre est dépassée, ce qui est le cas du Seres 679 E ou du Dräger 7110 FP depuis plusieurs années, celui-ci peut toujours continuer à être utilisé et à fonder des poursuites judiciaires pour des faits qualifiés de conduite en état alcoolique dès lors que son bon fonctionnement continue à être régulièrement vérifié et ce au moins une fois tous les ans.

Est-ce à dire que depuis cette jurisprudence, il y a lieu d’abandonner les exigences du certificat d’homologation ?

Notre cabinet ne procède pas de la sorte et nous avons obtenu des décisions de nullité devant les juges du fond car il convient de demander l’application de la hiérarchie des normes à savoir que l’on ne peut pas exiger, aux termes de l’article 234-4 du Code de la route, que l’éthylomètre utilisé pour les contrôles routiers et d’alcoolémie soit conforme à un « type homologué » et en même temps, accepter sur la base d’un décret, et notamment l’article 6 du décret du 3 mai, que la validité d’un certificat d’examen peut être prorogé pour des périodes n’excédant pas dix ans.

Il y a donc une contradiction claire entre les termes du décret du 3 mai 2001 en son l’article 6 et l’article 234-4.

Or, la hiérarchie des normes fait primer la loi sur le décret et nous pouvons plaider valablement cette contradiction en première instance.

Il convient d’étudier dès lors, dans le cadre d’un contrôle d’alcoolémie sur la fiabilité de l’éthylomètre, tous les éléments exigés par les textes pour rapporter la preuve de la fiabilité du contrôle et l’homologation en fait tout naturellement partie.

Sans préjuger de la décision qui sera rendue, bien souvent lorsqu’une carence est relevée dans une procédure, elle ne réside pas uniquement sur l’absence d’homologation. Quelquefois la vérification périodique annuelle fait défaut, quelquefois la prorogation de dix ans de l’homologation sur le certificat d’examen fait défaut et, en toute hypothèse, la hiérarchie des normes impose l’application de l’article 234-4 et il est toujours possible de le plaider devant les juges du fond. Certains juges du fond en contradiction avec la jurisprudence de juin 2013 appliquent l’annulation des procédures pour les éthylomètres dont la durée d’homologation a expiré.

Ce moyen de nullité est donc toujours valable et il convient d’examiner avec attention chaque procédure sur la fiabilité du relevé d’alcoolémie pour tenter les nullités de procédure.

Me. Vanessa Fitoussi, avocat acool au volant

Vous avez une question ?
Blog de Maitre Vanessa FITOUSSI

FITOUSSI VANESSA

75 € TTC

15 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
22/09/2014 17:48

Je viens de contester un PV pour alcoolémie car le "Drager 7110 FP" avait une date de dernière vérification supérieure à un an lors du contrôle. Or, on vient de me répondre que l'article 13 de l'arrêté ministériel du 8 juillet 2003 introduit une exception concernant notamment le DRAGER 7110FP qui ne sont astreints qu'à une vérification tous les deux ans...
Qu'en est il ? car je ne retrouve cette information nulle part. Merci

2 Publié par Visiteur
21/10/2014 23:38

Bonjour je fais l'objet d'une suspension de permis pour deux mois et demie ce qui me pénalise énormément tant professionnellement que personnellement. Étant commercial et ayant deux bébés à transporter maintenant à la force de mes bras pour les déposer chez les deux nounous car une seule pas possible du fait de leur âges très rapproche (1an à peine ). Pour ensuite conduire ma voiturette sans permis pour des trajets hors autoroute qui me prennent un temps fou et dans mon métier le temps c'est de l'argent donc je vous fait pas un dessin.
Je souhaite contester mon PV car l'ethylomètre était le SERES 679E en date primitive du 12/04/2000. Ce qui au regard de l'homologation ne serai pas recevable en nullité, en revanche la date de dernière vérification remonte au 16/11/2011 valable jusqu'au 05/11/2014 alors que l'infraction enfin si on considère cela comme une infraction date du 12/10/2014.

Pouvez vous me dire si j'ai une chance de ne pas perdre mes points même si j'en ai encore dix ce qui de nos jours pour quelqu'un qui fait en moyenne 50000kms par an est énorme mais plus que 4 points ça fait peur. Et si je peux éviter de dépenser mon argent en amende alors que j'ai une famille a nourrir ça m'arrangerai aussi!
Je pense que je ne vais pas gagner du temps mais enfin ça sera déjà ça en moins car deux mois et demis de suspension pour 0,5mg/litre d'air expiré c'est quand même cher payé, alors que j'étais 15mn avant ce second taux à 0,59mg/litre d'air expiré. Ce qui fait une perte de 0,09 en très peur de temps. D'ailleurs est ce également un motif d'annulation de la procédure?

Je reste en attente de votre réponse qui je l'espère positive.

Très cordialement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.