Le positionnement des radars peut -il etre critiqué en justice?

Publié le Vu 13 010 fois 5
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le positionnement des radars peut -il etre critiqué en justice?

Un article du Figaro* remet en cause la validité des formulaires remplis par les OPJ lors de la constation d'un excés de vitesse.

Or, le probléme en matiére de contestation de la visée du radar est un peu plus complexe qu'un simple probléme de forme des formulaires, l'argumentaire en défense différe selon le modéle de radar, fixe ou mobile, et lieu d'interpellation, ainsi pour éxemple en matiére de radar mobile plus que le probléme d'orientation de la visée du radar, il est dés fois plus utile de contester la régularité formelle du PV imprécis sur les modalités d'identification du véhicule.

Pour mémoire sur un radar fixe la Cour de cassation dans son arrêt du 18 mars 2009, semble avoir condamné l’argumentation sur l’obligation de respecter le positionnement du radar par les forces de polices.

Pour délivrer une mesure fiable le radar doit respecter un angle de 25 degrés par rapport à l'axe de la route. Tout décalage de quelques degrés est susceptible de conduire à une majoration sensible de la vitesse mesurée et donc à un doute sur la commission de l’infraction.

Or, la Cour Cassation malgré le doute sur le bon positionnent du radar dans une affaire retient que « le bon fonctionnement du cinémomètre était suffisamment établi par son homologation et sa vérification annuelle, la juridiction de proximité a méconnu le sens et la portée des textes susvisés ».

La Cour estime donc qu’un radar mal positionné ou dans des conditions contraires aux normes du constructeur, avec un angle de visée qui ne garantit pas un relevé de la vitesse sérieux et probant « fonctionne bien » parce qu’un jour, l’année dernière, il a été vérifié et homologué?

Avec un tel raisonnement, la théorie de l’angle de visée à 25° semble vouée à disparaitre des prétoires. Ce moyen de contestation était opportunément invoqué ces derniers mois notamment depuis le rapport officiel du Secrétariat Général de l'Administration de la Police publié par « Auto plus » en octobre 2007 mettant en cause les agents opérateurs au cinémomètre.

Il faudra donc rester vigilant sur les effets de cette jurisprudence et continuer à exiger des forces de police qu’ils positionnent bien leurs radars, cet arrêt ne concerne qu’un radar fixe et une question de nullité, donc rien n’est perdu sur le fond et face à des radars mobiles mal positionnés, un justiciable doit pouvoir exiger des autorités d’être sanctionné d’un excès de vitesse valablement relevé.

C'est ce genre de nullité du Pv dont fait état le Figaro à juste titre...

Pour gérer vos points contestez vos PV à l'aide d'un spécialiste : www.fitoussi-avocat.com

*http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/07/28/01016-20090728ARTFIG00439-des-juges-preferent-relaxer-des-conducteurs-flashes-.php

Trackbacks

Vous avez une question ?
Blog de Maitre Vanessa FITOUSSI

FITOUSSI Vanessa

75 € TTC

17 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par razor2

Modérateur

20/08/2009 10:50

Bonjour, la Cour de Cassation considère plutôt qu'il ne suffit pas de décréter qu'un radar était mal positionné, il faut le prouver, et la preuve bien sur, revient au contrevenant. Faute de preuve contraire, le pv, comme vous le savez, fait foi (article 537 du CPP) et le radar est censé avoir été installé correctement par les agents, donc avec le bon angle...
De plus, juste une précision technique: les radars "mobiles", ne sont plus en fonction en France à ma connaissance, sachant qu'un radar "mobile" est un radar positionné dans un véhicule roulant au moment du contrôle, type MULTANOVA. Tout le reste, cabines automatiques, jumelles laser, mesta, "hiboux", sont des radars "fixes".
La précision est utile, car réglementairement, les radars "fixes", bénéficient d'une marge technique de 5km/h pour une vitesse relevée inférieure à 100km/h et de 5% au delà, alos que les anciens mobiles bénéficiaient d'une réduction de 10km/h en dessous de 100km/h et de 10% au delà.
Sachons aussi que sur les avis de contravention/pv apparait deux cases, "mobile", et "fixe", et que bien sur, c'est donc toujours la case fixe de cochée, ce qui peut induire en erreur certains contrevenants qui viennent alors me demander si ils peuvent contester leur pv parceque la case "fixe" était cochée alors qu'ils se sont fait par exemple prendre aux jumelles....

2 Publié par Visiteur
05/08/2016 11:47

est-il normal que les radars fixes puissent être positionnés dans des virages et de surcroit en forte descente ?

3 Publié par Visiteur
18/12/2017 17:23

je viens d’être flaché par un radar mobile sur un véhicule en stationnement en retrait de la route non visible caché derrière une haie aise légale ?

4 Publié par Vanavocat
18/12/2017 17:48

merci de poser vos question sur le site partenaire de Maitre FITOUSSI
www.e-consult-avocats.com

5 Publié par thierry.d
27/11/2020 17:20

bonjour je viens de me faire arrêter par la gendarmerie j'ai été contrôlé a 121 km/h je il m'on annoncé que recrèverai le procès électronique par courrier le radar que l'on ne vois pas de la route étais sur un pont mas vitesse a été prise par derrière celui ci est il autorisé.
salutations.
thierry.D

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.