Retour sur les pièges de la procédure de contestation des PV après la condamnation de la FRANCE par

Publié le 23/03/2012 Vu 155 926 fois 89
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les différentes pratiques abusives des officiers du ministère public ont été portées jusque devant la Cour européenne des droits de l’homme et la FRANCE a été condamnée. Cette jurisprudence nous permet de revenir sur des différentes difficultés que l’on rencontre dans le cadre d’une contestation classique de PV et les différents abus de l’OMP, ainsi que des conseils pratiques pour ne pas se laisser abuser par l’officier du ministère public.

Les différentes pratiques abusives des officiers du ministère public ont été portées jusque devant la Cou

Retour sur les pièges de la procédure de contestation des PV après la condamnation de la FRANCE par

Retour sur les pièges de la procédure de contestation des PV
après la condamnation de la FRANCE par la CEDH

Le 8 mars dernier, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la FRANCE pour sa procédure de contestation des PV, soulignant chacune des défaillances de l’administration dans le traitement des contestations de PV.

Les différentes pratiques abusives des officiers du ministère public ont été portées jusque devant la Cour européenne des droits de l’homme et la FRANCE a été condamnée.

Cette jurisprudence nous permet de revenir sur des différentes difficultés que l’on rencontre dans le cadre d’une contestation classique de PV et les différents abus de l’OMP, ainsi que des conseils pratiques pour ne pas se laisser abuser par l’officier du ministère public.

Rappel des grands principes

A réception de l’amende forfaitaire (le petit pavillon carton sur le pare-brise), le justiciable a la possibilité de contester le PV en adressant une lettre recommandée à l’officier du ministère public à l’adresse indiquée au recto du PV pour contester la régularité formelle du PV ou pour contester les faits sur le fond.

A réception de ce courrier en lettre recommandée, l’OMP a trois possibilités :

-        soit il rejette dans le cadre d’une irrecevabilité parce que le courrier n’aurait pas été envoyé en recommandé, par exemple ou parce que l’original du PV n’aurait pas été joint. Il s’agit d’un rejet pour des raisons de recevabilité dans la forme ;

-        soit il classe sans suite ;

-        soit il transmet le dossier à la juridiction de proximité.

En aucun cas, l’OMP ne peut décider lui-même de rejeter la demande s’il considère que les arguments de l’automobiliste ne sont pas pertinents. Cette appréciation relève du seul pouvoir du juge. Seul le juge est compétent pour constater la réalité d’une infraction.

C’est cet abus de pouvoir du ministère public qu’a sanctionné la Cour européenne des droits de l’homme avec des réponses types, bien souvent déstabilisantes, qui permettent à l’officier du ministère public de faire croire au justifiable qu’il a tranché le dossier, que le PV n’est pas contestable, qu’il est régulier dans la forme et que l’affaire est classée, que le paiement doit être effectué.

Le fondement de la jurisprudence de la CEDH est l’article 600 de la Convention européenne, c'est-à-dire que toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement par un tribunal impartial.

Quelles autres difficultés peut-on rencontrer dans le cadre d’une contestation ?

La contestation du PV se heurte également, souvent, à des problèmes d’adresse. Vous trouverez ci-après le récapitulatif des adresses précisément, en fonction de la nature du PV. Ne pas se tromper.

En la forme, il peut être également rejeté une contestation de PV parce qu’il n’a pas été joint la requête en exonération en original dans le cadre des contestations des radars flash.

Le défaut de réponse de l’OMP et l’émission d’une amende forfaitaire majorée

Autre cas qui pousse au découragement dans le cadre de la contestation, l’émission d’une amende forfaitaire majorée malgré une contestation de l’amende forfaitaire initiale. Dans ce cas-là, le justiciable pense que les voies de recours sont épuisées. Il règle l’amende forfaitaire majorée, d’autant plus qu’à l’émission de l’amende forfaitaire majorée, la perte de point est effective.

Il ne faut absolument pas se laisser impressionner par cette pratique. Il faut contester dans un délai de 30 jours l’amende forfaitaire majorée.

Il est essentiel de retenir qu’il existe deux délais de contestation d’un procès-verbal :

  •  dans un délai de 45 jours, première navette de contestation pour l’amende forfaitaire ;
  • dans un délai de 30 jours, deuxième navette de contestation après émission de l’amende forfaitaire majorée.

Que faire face aux réclamations enterrées ? Comment obtenir gain de cause ?

Le justiciable est en effet très souvent confronté au service administratif de RENNES, le Centre National Technique, appelé CNT, centre automatisé de contestation des infractions routières. Celui-ci ne répond pas de manière régulière aux réclamations. Les réflexes à avoir, dans le cadre des contestations silencieuses, consistent, d’une part, à ne pas baisser les bras. Il faut rédiger des courriers et utiliser la lettre recommandée indispensable pour entreprendre toute démarche.

Dans le cadre des radars flash, il convient, en cas de doute sur l’identité du conducteur, de demander le cliché et lorsque l’on ne reçoit pas la photo, il est possible de saisir la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) pour solliciter le respect de votre demande de communication de la photographie.

Défaut de réponse de l’OMP à la contestation de l’amende forfaitaire majorée

Dans le cadre de la politique de recouvrement des amendes à tout prix, l’OMP favorise l’émission de l’amende forfaitaire majorée. Aucune réponse sous un délai de deux mois de l’OMP signifie officiellement que la réponse est négative et non l’inverse.

Pour éviter l’amende forfaitaire majorée, il convient de réagir sans attendre, retourner un second courrier recommandé avec accusé de réception et, à défaut d’un classement sans suite, réclamer d’office une comparution au tribunal, de nouveau par lettre recommandée.

Que faire si l’on n’est pas cité à comparaître ?

Le passage au tribunal est souvent requis pour obtenir gain de cause. Certains OMP vous refuse cet accès au tribunal. Implicitement, il s’agit d’une violation de l’article 531 et d’un abus de pouvoir. Il convient, de nouveau, d’adresser une lettre recommandée, de saisir le procureur de la République du tribunal de police dont vous dépendez par lettre recommandée en lui demandant la comparution.

Devant un tribunal, il est utile, à ce stade de prendre un avocat qui débloquera la situation en adressant, lui-même, une demande de comparution volontaire devant la juridiction de proximité au tribunal de police.

Que faire face à l’opposition administrative diligentée par le trésor public ou par l’huissier alors que vous avez effectué une démarche de contestation ?

Les comptes bancaires sont bloqués à hauteur du montant de l’amende gonflée des frais. Cette procédure est de nouveau abusive.

Deux cas de figure peuvent se présenter : la saisie bancaire a été effectuée à votre insu, vous avez 30 jours pour saisir le tribunal compétent de proximité ou de police pour démontrer l’injustice et l’incohérence de l’affaire. L’huissier vous menace de saisie et vous incite à régler avant de contester, il ne faut surtout pas régler et ne pas céder à la pression des huissiers et solliciter par lettre recommandée, de nouveau et de préférence par l’intermédiaire d’un avocat, une comparution devant le tribunal.

Il est essentiel de retenir, dans le cadre du parcours du combattant des contestations des PV, la forme de la lettre recommandée et la demande de comparution volontaire auprès du procureur de la République, retenir le principe essentiel que, seul, un magistrat, un juge de proximité ou un président du tribunal de police est en droit de vous condamner.

En aucun cas, l’OMP n’a un quelconque pouvoir de décision.

Vous avez une question ?
Blog de Maitre Vanessa FITOUSSI

FITOUSSI VANESSA

75 € TTC

15 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
01/06/2012 10:33

bonjour, j'ai reçu ce blog par un ami suite à la réception d'un pv de 135 euros qui me semblait injuste (je roulais à 56 km/heure, soit 1km/h en trop sur un bd peu fréquenté !)est il possible de le contester ? merci

2 Publié par bachaud
02/11/2012 12:47

pourquoi 135€ ce montant est nettement supérieur au tarif appliqué pour 1km/d'excès..!

3 Publié par Visiteur
28/11/2012 12:06

Bonjour,
C'est l'avis de contravention (ACO) que l'automobiliste reçoit, pas le PV signé par l'agent de police.
L'avis de contravention n'a pas de valeur probante. Ce sont juste des renseignements.

4 Publié par Visiteur
13/04/2013 11:59

Bonjour,
Je suis traiteur et j'ai recu une amende pour stationnement sur une place de livraison de 35€. Je l'ai contesté et vient de recevoir le refus de l'OMP.
Sur le principe 35€, ce n'est rien, mais j'en reçois régulièrement !
Merci

5 Publié par Visiteur
25/06/2013 20:09

bonjour`
J'ai reçu un pv de 90e pour le non port de la ceinture alors que je n'etais pas controlé ,mais j'ai reconu le nom de la personne qui m'a verbalisé ,je l'ai contesté par lettre simple ,mais je n'ai pas reçu de réponse ,par contre j'ai reçu la majoration

6 Publié par Visiteur
04/07/2013 18:47

pv de 90 euros 4 pts pour un rouge alors quil eté orange sur la photo ma voiture et a demi engager au moment du flash j ai consignier 135e aujourdhui toujours pas de nouvelle

7 Publié par Visiteur
13/07/2013 08:40

Bonjour,
l'OMP rejette ma requête en exonération (je n'étais pas le conducteur) au motif que je ne l'ai pas envoyé en RAR alors que je l'ai bien envoyé en RAR. Il me donne pour renvoyer ma requête un délai de 45 jours à compter de l'avis de contravention qui était échu avant même que son courrier ne soit posté. quelle est la meilleure attitude à avoir pour rejet sur la base d'un tel mensonge aussi odieux? attaquer pour calomnie?

8 Publié par Visiteur
03/09/2013 18:56

Très bon article : clair, étayé et intelligible.
Merci Me.

9 Publié par Visiteur
26/09/2013 23:03

Bonjour,
J ai conteste le franchissement d une ligne continue car... c est impossible de le faire car il n y en a pas ! Le juge passe l amende de90 a 157 euros ! Je ne veux absolume nt pas reconnaître quelque chose de non faisable ! Que faire ? Les consequences ? Enjeux ?

10 Publié par Visiteur
09/10/2013 10:05

bonjour.jai conteste un pv 90 euro et 4 points pour un stop fait avec un courier de temoin ( dans mon vehicule).contestation refusé .je doit donc payé.ma question.je doit payé 90 euros ou 135

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.