Revue d’actualité jurisprudentielle : sur la contestation du procès-verbal pour excès de vitesse

Publié le 28/06/2012 Vu 11 338 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Jurisprudence sur les moyens de contestation des excès de vitesse constatée par jumelle ou radar mobile nullité de forme et défense fond : actu

Jurisprudence sur les moyens de contestation des excès de vitesse constatée par jumelle ou radar mobile null

Revue d’actualité jurisprudentielle : sur la contestation du procès-verbal  pour excès de vitesse

Revue d’actualité jurisprudentielle : sur la contestation du procès-verbal  pour excès de vitesse :

Nous nous plaçons dans les cas de figure des excès de vitesse constatés par des radars non automatiques faisant suite à des interpellations : radar jumelle, radar laser nécessitant l’intervention conjointe d’un opérateur au cinémomètre et, quelques mètres plus loin, d’un agent interpellateur.

La régularité de ce type de procédure nécessite une opération commune entre un agent qui met en œuvre le cinémomètre et celui qui est placé à une certaine distance et qui reçoit les consignes et les indications du premier pour procéder à l’interpellation.

Les moyens traditionnels relatifs aux mentions obligatoires des indications qui sont données entre le premier et le deuxième restent tout à fait efficaces et aboutissent, sur le fondement des articles 429 et 537 du Code de procédure pénale, à l’annulation du procès-verbal.

Par contre, une décision de la Chambre criminelle du 13 mars 2012 n°11 83 745 vient confirmer les difficultés de soulever l’irrégularité du procès-verbal lorsqu’il manque une signature.

En effet, il a été jugé, et ceci de manière constante depuis quelques années, que sont considérés comme « rédacteurs communs » du procès-verbal, même si l’un d’entre eux est le signataire, aussi bien l’agent qui met en œuvre le cinémomètre que celui qui est placé à une certaine distance et qui reçoit les consignes et les indications du premier.

 

Lorsqu’une seule signature figure sur le procès-verbal alors que l’opération de constatation a été effectuée par plusieurs agents, la Cour de cassation considère, avec la fiction des rédacteurs communs, que la procédure est régulière.

Cette décision nous paraît contraire à la lettre de l’article 429 qui nécessite une constatation personnelle de l’infraction par l’agent verbalisateur. En l’espèce, celui qui interpelle, n’étant pas opérateur au cinémomètre, n’est pas en mesure de constater personnellement l’excès de vitesse. Il y a donc une incohérence. Néanmoins, la Cour de cassation confirme  cette jurisprudence.

Il y a lieu de soulever des nullités différentes pour contester ce type de procès-verbal et notamment de s’orienter, le cas échéant, sur une défense au fond en démontrant le doute sur la fiabilité du relevé de vitesse compte tenu des circonstances de faits et de la configuration des lieux.

  1. Constatation du procès verbal : conditions de forme

Nouvel arrêt de la Chambre criminelle le 13 mars 2012 n°11 84 892 qui considère que le prévenu qui conteste le constat de l’officier de police judiciaire relaté dans le procès-verbal et répondant aux conditions essentielles de sa validité doit rapporter la preuve contraire dans les formes prévues à l’article 537.

Cet arrêt permet de rappeler qu’il est toujours possible de faire valoir une défense sur le fond lorsque l’on produit des attestations régulières en la forme telles que visées à l’article 537. On peut venir contredire ce qui a été constaté par l’agent de police judiciaire, qui fait foi sauf preuve contraire et la preuve contraire peut être rapportée.

Il convient dès lors, lorsqu’il est possible de faire citer des témoins ou de produire des attestations qui viennent contredire les affirmations quelquefois erronées des agents de police judiciaire. Ne pas se laisser désarmer par la présomption de bonne foi des policiers qui est réfragable… ;

  1. La recherche de la preuve contraire en matière d’excès de vitesse

Il est possible de venir remettre en cause l’appréciation souveraine des juges du fond des faits et circonstances de la cause en apportant la preuve contraire aux énonciations du procès-verbal de l’infraction et ce dans les formes de l’article 537.

La défense sur le fond dans le cadre des excès de vitesse est donc possible lorsque des témoins viennent relater les circonstances dans lesquelles le véhicule a circulé, des éléments de faits extérieurs, comme un régulateur de vitesse ou l’état du véhicule rendant impossible la commission d’infraction, peuvent être évoqués et apportés par témoignage. C’est ce que confirme la Cour de cassation dans un arrêt du 20 mars 2012 en rappelant que l’on peut venir contester une appréciation souveraine des juges du fond et la constatation des forces de police sur fondement de l’article 737 dans le cadre d’une défense au fond.

  1. En conclusion, la constatation du procès-verbal d’excès de vitesse peut se faire par deux voies. L’une relativement efficace sur le principe de la régularité de forme. On analyse :

-      le procès-verbal avec toutes ses mentions ;

-      la fiabilité de l’appareil cinémomètre relevant l’excès de vitesse ;

-      les signatures de chacun des agents opérateurs à l’interpellation au relevé de vitesse et

-      on plaide sur le fondement de l’article 429 une éventuelle irrégularité du procès-verbal, dès lors, une absence de force probante.

 2.     Le deuxième axe de défense est une défense sur le fond. On vient contredire, sur le fondement de l’article 537 du Code de procédure pénale, les observations et les constatations de la police en se défendant avec force sur la base d’attestation de fait et en discutant des circonstances de la cause en apportant la preuve contraire aux énonciations du procès-verbal de constatation de l’infraction.

L’excès de vitesse constaté n’est donc pas définitif. Il convient de s’organiser dans le cadre d’une défense au fond et sur la forme rigoureuse et motivée.

Vous avez une question ?
Blog de Maitre Vanessa FITOUSSI

FITOUSSI Vanessa

75 € TTC

13 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
18/05/2015 00:32

Ce jour 17 mai 2015, j'ai été "contrôlé" par la gendarmerie sur l'A 89 par un radar jumelles. Conduit par deux motards de la gendarmerie vers une sortie extérieure à l'autoroute, un agent est venu m'annoncer que j'avais été contrôlé à 170 km/h par un agent muni de radar jumelles. Je me demande comment la vitesse pouvait être à 170 km/h vu que mon véhicule ne peut aller à cette vitesse (Ford B Max Diesel)etalors que mon compteur de vitesse et mon Coyote indiquait une vitesse maximum de 160 kms/h. Serait-ce comme on le soupçonne à juste raison, pour faire du fric, pour l'Etat à tout prix. De plus, je n'ai eu aucun reçu papier de PV et j'ai du "signer" sur une espèce de smarphone, en plein soleil qui se reflétait sur le petit écran et par conséquent je ne distinguais rien de ce qui était indiqué sur ce petit écran pas plus grand que celui d'un téléphone portable ordinaire? Comment "à l'aveugle", peut-on ainsi contrôler si les signatures des agents verbalisateurs et de celui en poste aux jumelles sont valides. Comment savoir si le radar jumelles est bien homologué et bien étalonné ? Il m'a été dit que je recevrai d'ici une semaine une lettre pour payer l'amende minorée de 90 € (si payée dans les 15 jours dès la réception) sans rien me dire du retrait de points et si les renseignements relatifs aux agents verbalisateurs et en poste au radar seraient mentionnés sur ledit courrier. Tout cela est-il parfaitement légal, sans reçu immédiat sur papier le jour de l'immobilisation par les gendarmes , avec cette méthode dite électronique sur smartphone ou assimilé quelque peu floue ou "enfumeuse"? Est-ce "jouable" de contester ce PV sous cette forme de liaison"électonique", au cours de laquelle on ne peut rien contester; ce que je n'ai pas fait d'ailleurs, peut-être à tort, en y pensant a posteriori et ne sachant pas comment répondre au procédé expéditif des gendarmes "chasseurs" de gibiers non pas de potence, mais des "cochons de payeurs" à plumer ou racketter "légalement"? Lol

2 Publié par Visiteur
01/06/2015 22:44

Aujourd'hui lundi 1 Juin, je me fait arrêter par un fourgon de gendarmerie a un rond point au bout d'une nationale
première impression l'agent me dit que mon assurance n'est plus valable alors quelle vas jusqu'en septembre
il relis une deuxième fois et me dit qu'en fait c'est bon, puis m'annonce que ma vitesse étais de 124km/h au lieux de 90 (soit 117 retenu)
impossible de savoir dans quel secteur se situer le radar mobile et impossible de voir l'appareil qui a controlé la vitesse indiquée par l'agent, j'ai donc contesté vue que je roulais au régulateur ! Y a t'il un vice de forme ou de procédure ?

Publier un commentaire
Votre commentaire :