La sévérité de la répression de la conduite sous stupéfiants

Publié le 10/10/2011 Vu 4 539 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L’arrêt du 8 juin 2011 de la chambre criminelle de la Cour de cassation a attiré l’attention des spécialistes du droit de l’automobile, marquant de nouveau un durcissement de la chambre criminelle en matière de répression de la conduite sous l’empire de stupéfiants pour les raisons suivantes

L’arrêt du 8 juin 2011 de la chambre criminelle de la Cour de cassation a attiré l’attention des spécia

La sévérité de la répression de la conduite sous stupéfiants

REFLEXION SUR L’ARRET DU 8 JUIN 2011 : LA CONDUITE SOUS L’EMPIRE DE STUPEFIANTS

 

L’arrêt du 8 juin 2011 de la chambre criminelle de la Cour de cassation a attiré l’attention des spécialistes du droit de l’automobile, marquant de nouveau un durcissement de la chambre criminelle en matière de répression de la conduite sous l’empire de stupéfiants pour les raisons suivantes :

« Attendu que l'article L. 235-1 du code de la route incrimine le seul fait de conduire un véhicule après avoir fait usage de stupéfiants dès lors que cet usage résulte d'une analyse sanguine ;

Attendu que, pour relaxer le prévenu du chef de conduite d'un véhicule par conducteur ayant fait usage de stupéfiants, l'arrêt retient qu'il résulte d'un consensus national de la société française de toxicologie analytique que la seule présence d'acide tétrahydrocannabinol - carboxylique (THC-COOH ) dans le sang à un taux inférieur à 20 ng/ml de sang, comme en l'espèce, révèle que l'intéressé a fait usage de cannabis plus de six heures avant le contrôle, ce dont il se déduit qu'il n'était pas sous l'influence du cannabis lors dudit contrôle ;

Mais attendu qu'en statuant ainsi, par des motifs inopérants, la cour d'appel a méconnu le sens et la portée du texte susvisé et du principe ci-dessus énoncé ; 

D'où il suit que la cassation est encourue de ce chef ;

Par ces motifs :

CASSE et ANNULE l'arrêt susvisé de la cour d'appel d'Angers, en date du 22 février 2011, mais en ses seules dispositions relatives à la conduite d'un véhicule par conducteur ayant fait usage de stupéfiants, toutes autres dispositions étant expressément maintenues ;
»

 

La position des juges du fond dans ce dossier était pourtant intéressante, elle faisait une distinction entre la conduite sous l’empire de stupéfiants et le fait de relever dans le sang la présence du marqueur du cannabis, à savoir le THC.

 

L’article L 235-1 du Code de la route incrimine le seul fait de conduire un véhicule après avoir fait usage de stupéfiants dès lors qu’il résulte d’une analyse sanguine des traces de stupéfiants et ce, même si au moment où on est interpelé, le conducteur n’est absolument pas perturbé par la consommation du cannabis lors de sa conduite.

 

Le résultat pratique en clair est simple, la consommation d’un peu de cannabis, même des semaines avant l’interpellation, peut-entraîner la sanction d’une conduite sous l’empire de stupéfiants.

 

Cette application stricte et à la lettre de l’article L 235-1 du Code de la route marque la volonté de la chambre criminelle de sanctionner ce comportement de manière sévère, de sanctionner, par la conduite sous l’empire de stupéfiants, également de manière indirecte la consommation de stupéfiants et ce, au mépris de la réalité pratique et de la vocation de ce texte : à savoir se préserver de la dangerosité du comportement du conducteur.

 

En effet, si le conducteur n’est pas sous l’influence de stupéfiants au moment où il est interpelé, en quoi son discernement est-il affecté ? En quoi est-il plus dangereux qu’un conducteur  qui ne fuma jamais de cannabis? En quoi son comportement est-il dangereux pour les autres automobilistes ? En quoi y a-t-il un impératif de sécurité routière à sanctionner une personne dont le comportement n’est pas troublé par la consommation du produit dont les traces ont été retrouvées dans le sang ?

 

Nous ne sommes pas dans la problématique de l’alcool qui altère immédiatement le discernement et sur une durée très brève mais sur la problématique de l’absorption du marqueur THC dans le sang.

 

Cette décision, quelques soit la position que l’on peut avoir sur la consommation du cannabis est en matière de conduite au volant parfaitement incohérent selon nous.

 

Est-ce à dire qu’après cette décision, il n’est pas possible de se défendre contre une incrimination injuste de conduite sous l’empire d’un état alcoolique ?

D’une part, il est tout à fait possible de faire observer au moment de la plaidoirie en défense le caractère dérisoire du taux, et l’absence de dangerosité au volant dès lors que le discernement n’a pas été altéré, ce qui pourra inciter le juge à plus de clémence.

De même, les juges du fond peuvent aller jusqu’à retenir l’absence d’infraction, ils l’ont d’ailleurs fait dans l’affaire qui a abouti à l’arrêt du 8 juin 2011.

 

D’autre part, il est essentiel de vérifier dans ce délit le respect de la procédure, à savoir le dépistage par une prise de sang et la notification des résultats de la prise de sang pour pouvoir demander par la suite une mesure de contrôle, c’est à dire une nouvel expertise de la prise de sang en cas de consommation de médicaments ou alcool pouvant fausser les résultats.

C’est donc bien dans cette optique que l’avocat peut intervenir, d’une part pour plaider sur le fond de l’incohérence de ce texte et d’autre part, pour plaider sur la forme et avant tout le non-respect de la procédure et aboutir à une décision de relaxe devant une incrimination d’une particulière sévérité….

 

 

Vous avez une question ?
Blog de Maitre Vanessa FITOUSSI

FITOUSSI Vanessa

75 € TTC

14 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
30/05/2012 19:11

super super je suis tout a fait d accord avec vous a savoir que pour etre toujourd sous l emprise il faut avoir fumer dans les 4 heures au maximum avant le controle sinon pour moi présenter une personne au tribunal alors qu'il a fumer un joint tranquillement chez lui 3 jours avant c est abérant,est lui retirer en plus sont permis qui sans suis travail et bien sur salaire le mettre dans la misère pour un joint fumer 3 jours avant c est affolant imaginer la personne n'a commis aucune infractions il n est meme plus sous l emprise et pour un simple controle abusif il se retrouve comme un hors la lois et sa vie peut basculer vite vite sauver ses pauvres gens de cet injustice qui est pour moi invraissemblable.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.