Une circulaire sur le tirage au sort à l'université potentiellement illégale

Publié le 19/05/2017 Vu 1 502 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le tirage au sort comme mode de sélection avait été censuré par la juridiction administrative, il est curieux que le gouvernement cherche à l'institutionnaliser.

Le tirage au sort comme mode de sélection avait été censuré par la juridiction administrative, il est curi

Une circulaire sur le tirage au sort à l'université potentiellement illégale

Afin de canaliser le flux des étudiants dans les filières saturées de l’enseignement supérieur, l’article L.612-3 du code de l’éducation a prévu, en cas d’insuffisance de capacité d’accueil,  d’investir le ministre de l’enseignement supérieur du soin d’organiser les modalités d’inscription des étudiants.

C’est sans doute pour se conformer à ce texte et combler un vide juridique que le ministère de l’Education Nationale a édicté la circulaire du 24 avril 2017 (1).

Celle-ci, dans les points 1, 2 et 3 reprend les critères énoncés par loi pour les expliciter.

L’article L.612-3 précisant que les règles d’inscription devront prendre en considération la situation de famille du candidat, son domicile et les préférences qu’il a pu exprimer, la circulaire décline les différents critères prévus par le texte législatif pour opérer un classement des candidats et les départager en cas d’égalité.

La circulaire hiérarchise cependant ces critères alors que le texte de l’article L.612-3, leur attribuait une valeur équivalente.

Ainsi, la circulaire du 24 avril 2017, dans une première phase, privilégie les candidats résidant ou ayant obtenu le baccalauréat dans l’académie du siège de l’établissement supérieur qui dispense la formation qu’ils souhaitent intégrer.

Ces candidats sont ensuite classés en fonction de la priorité qu’ils ont donnée dans l’ensemble de leurs voeux à la formation qu’ils entendent suivre en première année de licence.

Les candidats sont ensuite départagés en fonction de la priorité qu’ils ont donnée à la formation désirée en fonction de l’ensemble des vœux formulés lors de la procédure de préinscription.

S’il subsiste entre les candidats des situations d’égalité, la circulaire met en œuvre les critères relevant de la situation de famille en privilégiant les candidats mariés, pacsés, vivant en situation de concubinage, ou ayant des personnes à charge.

Si l’ordre des critères choisis par la circulaire répond à une certaine logique d’efficacité, il reste que le texte de loi ne privilégiant aucun des critères pour décider de l’inscription des candidats, on peut se demander si, sur ce point, la circulaire ne serait pas entachée d’erreur de droit.

En tout état de cause, le point qui fait véritablement problème dans le texte de la circulaire concerne le recours à la méthode du tirage au sort pour départager définitivement les candidats qui se trouveraient encore à égalité après le passage au filtre des différents critères.

Cette méthode, qui avait déjà fait l’objet de critiques de la part de la juridiction administrative (2) laquelle avait censuré une décision de sélection d’étudiants recourant à ce procédé, est reprise par la circulaire qui semble vouloir l’instituer comme un mode normal d’accès à l’enseignement supérieur.

Nul doute que le Conseil d’Etat qui a été saisi d’un recours direct contre la circulaire ne manquera pas de censurer les dispositions sur le tirage au sort.

En effet, le texte instaurant le tirage au sort, est entaché du vice d’incompétence de son auteur dès lors que l’administration, en instituant le tirage au sort, a ajouté une modalité de sélection qui n’était pas prévue par le code de l’éducation.

 Pour les étudiants qui seraient sélectionnés par tirage au sort, il n’est pas nécessaire, d’ailleurs, d’attendre l’issue du contentieux du Conseil d’Etat pour faire valoir leurs droits.

Dès maintenant, l’illégalité de la circulaire leur ouvre la perspective de faire annuler tout refus d’inscription fondé sur cette méthode, en invoquant l’illégalité de la décision du président d’université par la voie de l’exception d’illégalité de la circulaire.

Jean-Yves TRENNEC.

Notes :

  1. Circulaire n°2017-077 du 24 avril 2017 publié au Bulletin Officiel n°17 de l’éducation nationale le 27 avril 2017.

  1. Tribunal administratif de Bordeaux, 16 juin 2016, req. n°1504236.

Vous avez une question ?
Blog de SCP Arents-Trennec avocats

JEAN-YVES TRENNEC

99 € TTC

1 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de SCP Arents-Trennec avocats

Bienvenue sur le blog de SCP Arents-Trennec avocats

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

99 € Ttc

Rép : 24/48h max.

1 évaluations positives

Note : (5/5)
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Mes liens
Informations

La SCP ARENTS TRENNEC est un cabinet d'avocats composé de spécialistes .

Vous pouvez nous joindre au 

01 64 33 66 46 ou

01 49 63 19 91

mail : contact@scp-arents-trennec.com

consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles