stop aux passe-droits à l'avancement pour les syndicalistes policiers

Publié le 07/10/2020 Vu 568 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'administration de la police favorise les syndicalistes pour leur avancement en ne respectant pas les règles de droit. Le tribunal administratif de Paris a décidé de censurer cette pratique contestable.

L'administration de la police favorise les syndicalistes pour leur avancement en ne respectant pas les règles

stop aux passe-droits à l'avancement pour les syndicalistes policiers

Dans un jugement en date du 17 septembre 2020, le tribunal administratif de Paris a annulé, outre le tableau d’avancement au grade de major au titre de l’année 2018, les nominations de trois syndicalistes à ce grade (1). Cette décision juridictionnelle met en lumière une pratique trop répandue dans l’administration policière qui consiste à avantager indûment, pour l’avancement, les policiers bénéficiant d’un mandat syndical.

 

En droit, le régime d’avancement des syndicalistes est dérogatoire aux règles du droit commun.

L’article 23 bis de la loi du 13 juillet 1983 détermine les règles particulières de l’avancement des policiers syndicalistes.

Ce régime est caractérisé par le fait que, contrairement aux autres policiers, la notation n’entre pas en ligne de compte dans l’appréciation de leurs mérites : le fonctionnaire de police syndicaliste est en effet inscrit de plein droit au tableau d’avancement dès lors qu’il satisfait aux prescriptions fixées par le statut particulier de son corps.

Le syndicaliste doit seulement satisfaire à une seule condition pour être promu : avoir atteint l’ancienneté dans son grade lequel doit correspondre à l’ancienneté moyenne des fonctionnaires titulaires du même grade ayant accédé au tableau d’avancement l’année précédente.

 

Les règles du jeu de l’avancement sont donc assez simples pour cette catégorie de policiers. Il suffit pour l’administration qui détient l’ensemble des données relatives à ses personnels de ne permette l’inscription au tableau d’avancement que des seuls syndicalistes qui respectent l’ancienneté requise par les statistiques relatives au tableau d’avancement de l’année précédente.

 

Le fait que cette règle simple ne soit pas respectée par l’administration ne peut donc être mise sur le compte de la difficulté de la mise en œuvre du critère imposé par la loi.

 

Il y a lieu, par suite, de considérer que le non-respect des dispositions législatives procède d’une volonté assumée par l’administration d’avantager illégalement les policiers syndicalistes.

 

Cet avancement irrégulier est particulièrement préjudiciable en ce que non seulement il est illégal mais, plus encore, il crée chez les policiers un sentiment d’amertume en laissant entendre qu’une classe de fonctionnaires privilégiés est susceptible de bénéficier d’un déroulement de carrière fulgurant en s’affranchissant des règles de droit.

 

Ce jugement est également intéressant en ce qu’il attire l’attention sur la place occupée par le médiateur interne de la police nationale. Le médiateur peut être saisi par tout policier pour être éclairé sur une décision de sa hiérarchie. Dans l’affaire commentée, en l’absence de réaction de l’administration sur le point de contestation relatif à l’ancienneté moyenne de la promotion précédente, le juge n’hésite pas à s’appuyer sur le rapport particulier du médiateur pour forger sa conviction.

 

De façon plus classique, on relèvera que si la nature du contrôle exercé sur les mérites respectifs des fonctionnaires pour être inscrits sur un tableau d’avancement est celui de l’erreur manifeste d’appréciation, celui-ci peut se révéler néanmoins relativement approfondi.

Ici, le juge n’hésite pas à s’appesantir sur les notations chiffrées, les appréciations littérales, les observations des supérieurs hiérarchiques du requérant pour les comparer avec celles d’un de ses concurrents.

Les mérites inférieurs du fonctionnaire inscrit au tableau sont alors suffisants pour entraîner inéluctablement l’annulation de l’arrêté portant tableau d’avancement ainsi que l’annulation de l’ensemble des arrêtés de nomination contestés.

 

Jean-Yves TRENNEC 

 

1. Jugement du tribunal administratif de Paris en date du 17 septembre 2020. https://urlz.fr/dWVu

Vous avez une question ?
Blog de SCP Arents-Trennec avocats

JEAN-YVES TRENNEC

99 € TTC

1 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.