L'évaluation des récompenses au moment de la liquidation du régime de communauté

Publié le Modifié le 06/10/2014 Vu 165 835 fois 14
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Dans 2 précédents articles, j’ai pu définir et envisager la preuve des récompenses qui intéresse la liquidation des régimes de communauté.Une fois le principe de la récompense admis ou acquis par les tribunaux, restera à l’évaluer. Son calcul devra prendre en compte la nature de chaque dépense, et l’écoulement du temps passé entre la dépense initiale et la récompense… Dans la majorité des situations, la récompense sera égale à la plus faible des deux sommes que représentent, la dépense faite et le profit subsistant (à savoir la plus-value). Comment se fera leur évaluation ? Et quelle sera la base de leur calcul concrètement ? La réponse est donnée par l'article 1369 du code civil.

Dans 2 précédents articles, j’ai pu définir et envisager la preuve des récompenses qui intéresse la l

L'évaluation des récompenses au moment de la liquidation du régime de communauté

Dans deux précédents articles, j’ai pu  définir et envisager la preuve des récompenses qui intéresse la liquidation des régimes de communauté http://www.legavox.fr/blog/maitre-haddad-sabine/recompenses-point-mauvais-ticket-pour-1562.htm et http://www.legavox.fr/blog/maitre-haddad-sabine/preuve-recompenses-1569.htm.

Une fois le principe de la récompense admis ou acquis par les tribunaux, restera à l’évaluer. Son calcul devra  prendre en compte la nature de chaque dépense, et l’écoulement du temps passé entre la dépense initiale et la récompense…

Dans la majorité des situations, la récompense sera égale à la plus faible des deux sommes que représentent, la dépense faite et le profit subsistant (à savoir la plus-value).
Comment se fera leur évaluation ?  Et quelle sera la base de leur calcul concrètement ? La réponse est donnée par l'article 1369 du code civil.

Ce domaine étant complexe, je m’en tiendrai donc uniquement aux grandes lignes et prie le lecteur avisé de bien vouloir m'en excuser car chaque situation est un cas pratique et d'étude.

L’article 1469 du code civil dispose :

« La récompense est, en général, égale à la plus faible des deux sommes que représentent la dépense faite et le profit subsistant ( c'est-à-dire la plus-value)

Elle ne peut, toutefois, être moindre que la dépense faite quand celle-ci était nécessaire.

Elle ne peut être moindre que le profit subsistant, quand la valeur empruntée a servi à acquérir, à conserver ou à améliorer un bien qui se retrouve, au jour de la liquidation de la communauté, dans le patrimoine emprunteur.

Si le bien acquis, conservé ou amélioré a été aliéné avant la liquidation, le profit est évalué au jour de l'aliénation ;

si un nouveau bien a été subrogé au bien aliéné, le profit est évalué sur ce nouveau bien. »

Un compte ou « balance » de toutes les récompenses admises comme telles  sera établi dans un deuxième  temps.

Chaque soldes des récompenses se compensera entre, à savoir ceux dus au profit de la communauté et ceux dus par celle-ci à un époux.

Article 1470 du code civil

« Si, balance faite, le compte présente un solde en faveur de la communauté, l'époux en rapporte le montant à la masse commune.
S'il présente un solde en faveur de l'époux, celui-ci a le choix ou d'en exiger le paiement ou de prélever des biens communs jusqu'à due concurrence. »

Mais les situations seront à envisager dans le temps.

I- La règle  de principe : un calcul classique

A chaque fois qu’une somme a été prise sur la communauté pour payer une dépense qui incombe à un époux au titre d’un bien qui lui est propre ( ex montant payé pour une soulte, paiement de frais, fraction en capital d’un prêt remboursé, ….), il convient  d’appliquer l’opération suivante :

A)  Quand la dépense a servi à acquérir, conserver ou améliorer un bien propre, la récompense est égale à la plus-value acquise par ce bien au jour du partage.

Somme prise sur la communauté X valeur de la maison au jour du partage / valeur de la maison au moment où la somme a été dépensée

Ex des époux procèdent à des travaux d’entretien et d’agrandissement d’un logement, propriété  de l’un d’eux. Ce dernier devra alors une récompense égale à la plus-value résultant de cet agrandissement.

Imaginons, que la communauté rembourse  en 2010 un emprunt de 200.000 euros  souscrit en 1980 portant sur un bien propre d’une valeur initiale de 300.000 euros, actualisée 20 ans plus tard à 500.000 euros

Sans l'intervention de la communauté, le conjoint ne serait propriétaire que de la partie payée avant l’union.

Le profit subsistant est égal à la quote-part payée par la communauté du bien.

Or cette valeur de bien ayant augmenté avec les années et l’inflation, c’est à la date de la liquidation qu'elle sera appréciée.

La récompense au regard du profit subsistant = part emprunté sur la communauté  / valeur initiale x valeur actuelle du bien :

200.000 / 300.000  x 500.000 euros = 333.333 euros

B) Les intérêts d’emprunts de propres n’ouvrent pas droit à récompense

Ils  sont à la charge de la communauté 1 ère Civ, 31 octobre 1992, pourvoi n° 90-17212.

La communauté, à laquelle sont affectés les fruits et revenus des biens propres, doit supporter les dettes qui sont à la charge de la jouissance de ces biens.

Cependant l'époux qui aurait acquitté les annuités d’un emprunt propre avec des fonds qui lui sont propres disposera  d'une créance contre son époux sur la fraction du capital (puisque  les masses propres sont visées ici).

II- La récompense ne peut être inférieure à la dépense initiale quand celle-ci était nécessaire à la vie quotidienne.

Imaginons un époux qui financera avec des fonds propres la réfection ou l’entretien de la chaudière, se trouvant dans le domicile conjugal  le montant de la dépense sera à  récupérer dans la mesure où il n’y aura pas de plus-value.

1ère Civ,  25 janvier  2000, pourvoi, n° 98-10.747

Attendu qu'ayant constaté que les travaux litigieux n'avaient laissé aucun profit subsistant, c'est par une appréciation souveraine que la cour d'appel a retenu qu'ils avaient été rendus nécessaires pour assurer l'habitabilité de l'immeuble ; qu'elle en a exactement déduit que la récompense  ne pouvait être inférieure au montant de la dépense faite

Si l’époux a financé 3000 euros de ses deniers propres, la communauté lui devra cette somme à titre de récompense.

Celle-ci sera répartie par moitié entre les époux…

III- L’acquisition d’un bien en échange d’un propre

article 1407 du code civil :

Le bien acquis en échange d'un bien qui appartenait en propre à l'un des époux est lui-même propre, sauf la récompense due à la communauté ou par elle, s'il y a soulte.

Mais attention, si la soulte mise à la charge de la communauté est supérieure à la valeur du bien cédé, le bien acquis en échange tombe dans la masse commune, sauf récompense au profit du cédant.

IV- l’accession par un époux, titulaire de parts indivises propres, qui acquiert d’autres parts indivises.

Dans ce cas, Lesdites parts acquises resteront propres ; en outre, si cette acquisition met fin à l’indivision, le bien acquis est propre.
cependant, ces biens peuvent donner lieu à récompense s’ils ont été financés par la communauté.

Cette hypothèse particulière est consacrée dans l'article  1408 du code civil :

L'acquisition faite, à titre de licitation ou autrement, de portion d'un bien dont l'un des époux était propriétaire par indivis,ne forme pas un acquêt, sauf la récompense due à la communauté pour la somme qu'elle a pu fournir.

Demeurant à votre disposition.

Sabine HADDAD

Avocat au Barreau de Paris

 




Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

186 € TTC

2497 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
25/12/2013 15:12

BONJOUR MAITRE ,
JE VOUDRAIS SAVOIR SI IL EST POSSIBLE QUUE VOUS EXPLIQUER VOTRE PARAGRAPHE SUR LA SOULTE , COMMENT LA communauté peut-elle payer une soulte supérieure au montant du bien cédé ? a ce moment il y aura excèdent de prix non ?

2 Publié par Visiteur
05/08/2014 12:17

Bonjour Maître,
vos réponses sont très pertinentes. Et je vous en remercie. Toutefois, quand on se marie, on partage tout l'un finance ceci, l'autre finance cela. Et on peut vite se retrouver dans des comptes d'apothicaires.
Pour que la liquidation de la communauté soit le plus simple possible, peut-on envisager d'inscrire dans un compromis d'achat puis dans l'acte d'achat définitif d'un bien immobilier que, quelque soit l'origine des fonds, le bien acheté entre dans la communauté et qu'il sera partagé en deux parts égales sans récompense ultérieure? Cordialement. Gaston

3 Publié par Visiteur
31/08/2014 13:51

Bonjour Maître
Il est toujours intéressant de lire vos sujet.
Mille fois merci,
toutefois mon co-héritier conteste les récompenses qui ont été calculées par rapport au biens propres de mon père (ventes 5 appts reçu en héritage)mon co-héritier est le fils de ma mère,d'un mariage précédent mon père, pas reconnu.
Le notaire n'a pas indexé les montants pour ne pas qu'il y ait constatation.
le notaire du co-héritier avait approuvé le travail du mien. Mais son avocat (partage judiciaire, après décès de ma mère & liquidation de la communauté) conteste les récompenses et demande un notaire judiciaire,
qui va payer ce notaire ?
Que peut-il contester ?(il dit que mon père a pu donner son argent des ventes, alors qu'il a caché un compte bancaire au décès de mon père, c'est lui que ma mère a choisi pour la gestion, ce compte pour ma part, je l'ignorais ) !!!!!!
je n'ai rien eu de mon père
Merci, Merci, Merci de me répondre
,

4 Publié par Visiteur
06/10/2014 05:52

Bien propre: capital remboursé en commun = 13000€ :emprunt 162000€. somme de l'emprunt dépensée 158000€. évaluation 135000€ donc perte :quelle sera la récompense

A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

186 € Ttc

Rép : 24h maximum

2497 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles