RECOURS D'UNE MESURE D'ELOIGNEMENT: LES CONSEQUENCES

Publié le 10/10/2011 Vu 4 084 fois 3
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Après avoir abordé le recours contre une obligation de quitter le territoire français depuis la Loi besson, à travers deux précédents articles, je présenterai les conséquences d'un tel recours.

Après avoir abordé le recours contre une obligation de quitter le territoire français depuis la Loi besson,

RECOURS D'UNE MESURE D'ELOIGNEMENT: LES CONSEQUENCES

Après avoir abordé le recours contre une obligation de quitter le territoire français depuis la Loi besson, à travers deux précédents articles,

OQTF ET LOI SUR L’IMMIGRATION N°2011-672 du 16 juin 2011 dite « Besson »

RECOURS CONTRE L'OQTF DEPUIS LA LOI BESSON (II)

je présenterai les conséquences d'un tel recours.

I- La necessité d'une défense appropriée

La motivation en fait et en droit de la demande est essentielle, afin d’éviter l'irrecevabilité d'une requête mal argumentée qui se verra « triée " parmi d'autres  avant tout examen.

C'est pour cela qu'un avocat sera conseillé pour déposer un recours écrit suite à la notification.

A l'appui d'une analyse de la forme et du fond , il plaidera au regard de:

-- la loi nationale, recherchera l’erreur de fait, ou de droit, vérifiera que vous rentrez bien dans une catégorie d’étrangers susceptibles d’obtenir un titre de séjour de plein droit, plaidera le cas échéant à l’erreur manifeste d’appréciation...;

-- la  Convention Européenne de sauvegarde  des Droits de l’Homme, sera souvent évoquée au regard des dispositions de son article 3, lequel prohibe les traitements inhumains et dégradants en cas de danger lié au retour au pays, ou  de son article 8, lequel protège le respect de la privée et familiale, ou sur  la Convention des Droits de l'Enfant....;

-- des dernières jurisprudences applicables.

II- les conséquences liées à l’absence de recours ou de recours non abouti

L'obligation de quitter le territoire français ne peut faire l'objet d'une exécution d'office ni avant l'expiration du délai de départ volontaire ou, si aucun délai n'a été accordé, avant l'expiration d'un délai de quarante-huit heures suivant sa notification par voie administrative, ni avant que le tribunal administratif n'ait statué s'il a été saisi. L'étranger en est informé par la notification écrite de l'obligation de quitter le territoire français.

Article L 513-1 du CESEDA

I. ― L'obligation de quitter sans délai le territoire français, avec ou sans délais qui n'a pas été contestée devant le président du tribunal administratif dans le délai prévu ou qui n'a pas fait l'objet d'une annulation, peut être exécutée d'office.

L'étranger qui fait l'objet d'une mesure d'éloignement pourra être  éloigné :

1° A destination du pays dont il a la nationalité, sauf si l'Office français de protection des réfugiés et apatrides ou la Cour nationale du droit d'asile lui a reconnu le statut de réfugié ou lui a accordé le bénéfice de la protection subsidiaire ou s'il n'a pas encore été statué sur sa demande d'asile ;

2° Ou à destination du pays qui lui a délivré un document de voyage en cours de validité ;

3° Ou à destination d'un autre pays dans lequel il est légalement admissible.

Cependant un étranger ne peut être éloigné à destination d'un pays s'il établit que sa vie ou sa liberté y sont menacées ou qu'il y est exposé à des traitements contraires aux stipulations de l'article 3 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950.

Article L 513-3 du CESEDA

La décision fixant le pays de renvoi constitue une décision distincte de la mesure d'éloignement elle-même.

Le recours contentieux contre la décision fixant le pays de renvoi n'est suspensif d'exécution, , que s'il est présenté en même temps que le recours contre l'obligation de quitter le territoire français ou l'arrêté de reconduite à la frontière qu'elle vise à exécuter.

Article L 513-4 du CESEDA

L'étranger auquel un délai de départ volontaire a été accordé en application du II de l'article L. 511-1 peut, dès la notification de l'obligation de quitter le territoire français, être astreint à se présenter à l'autorité administrative ou aux services de police ou aux unités de gendarmerie pour y indiquer ses diligences dans la préparation de son départ.

Un décret en Conseil d'Etat prévoit les modalités d'application du présent article.

III- Les Conséquences liées à l’annulation d’une OQTF

Si l'obligation de quitter la France est annulée, la rétention prend fin et l'étranger est muni d'une autorisation provisoire de séjour jusqu'à ce que le préfet ait statué à nouveau sur son dossier.

Article L 512-4 du CESEDA

Il sera  immédiatement mis fin aux mesures de surveillance telles la rétention administrative, et l'étranger sera  muni d'une autorisation provisoire de séjour jusqu'à ce que l'autorité administrative ait à nouveau statué sur son cas.

L'annulation de la décision relative au séjour emporte abrogation de la décision d'interdiction de retour qui l'accompagne le cas échéant, y compris lorsque le recours dirigé contre celle-ci a été rejeté .

D) L'appel en cas de rejet du recours par le tribunal administratif, dans le mois  de la notification du jugement.

Il sera diligenté devant la cour administrative d'appel dont dépend le tribunal administratif qui a statué.

Cet appel n'est pas suspensif, ce qui signifie que  l'exécution de l'obligation de quitter la France peut être exécutée, même si la cour administrative d'appel n'a pas statué.

Demeurant à votre disposition pour toutes précisions.

Maître HADDAD Sabine

Avocate au barreau de Paris

Vous avez une question ?
Blog de Maître HADDAD Sabine

Sabine HADDAD

199 € TTC

2513 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
17/04/2013 04:05

Bonjour Maître,

Tout d'abord un grand merci pour ces fiches d'une grande limpidité.

Je vis officiellement avec mon ami Panaméen depuis janvier 2012. PACSES en mars 2012. Carte de séjour refusée RF par préfecture et décision identique au tribunal administratif puis en appel la même année. Il était évidemment trop tôt pour une telle demande. Soutenu par l'ARDHIS, nous avons monté un dossier pour une deuxième demande de carte de éjouir après plus d'un an de vie commune. Notre vie antérieure à janvier 2012 n'a pas été retenue, Nous sommes sur le point de déposer tout ceci sur le fondement de la circulaire Villepin non abrogée. Mes questions:
- L'ARDHIS nous invite à être optimiste car nous "rentrons" dans les cases... Notre avocate en stand bye est, elle, pessimiste au regard de la conjoncture actuelle. Qu'en pensez-vous?
- L'OQTF est terminée depuis 15 jours. En cas de réponse négative, une nouvelle OQTF peut-elle être déclarée? N'aurions-nous que 48 heures pour faire appel ou encore un mois?
-Si nous envisagions de nous marier, je lis que le mariage donne lieu systématiquement à l'octroi d'une carte de séjour Rapprochement Familial. Mon ami est entré légalement sur le territoire, nous pourrons justifier de plus de 6 mois de vie commune et le mariage civil serait prononcé en France évidemment. Peut-on nous empêcher de nous marier compte tenu de notre situation? Obtiendrait-il cette carte de séjour?

Je vous prie de m'excuser pour toutes ces questions. Il se fait tard et l'insomnie signe mon état de forte inquiétude.

Je vous remercie.

Cordialement,

Nicolas Gevaert. (Annemasse).

2 Publié par Visiteur
17/04/2013 04:12

Bonjour Maître,

Tout d'abord un grand merci pour ces fiches d'une grande limpidité.

Je vis officiellement avec mon ami Panaméen depuis janvier 2012. PACSES en mars 2012. Carte de séjour refusée RF par préfecture et décision identique au tribunal administratif puis en appel la même année. Il était évidemment trop tôt pour une telle demande. Soutenu par l'ARDHIS, nous avons monté un dossier pour une deuxième demande de carte de éjouir après plus d'un an de vie commune. Notre vie antérieure à janvier 2012 n'a pas été retenue, Nous sommes sur le point de déposer tout ceci sur le fondement de la circulaire Villepin non abrogée. Mes questions:
- L'ARDHIS nous invite à être optimiste car nous "rentrons" dans les cases... Notre avocate en stand bye est, elle, pessimiste au regard de la conjoncture actuelle. Qu'en pensez-vous?
- L'OQTF est terminée depuis 15 jours. En cas de réponse négative, une nouvelle OQTF peut-elle être déclarée? N'aurions-nous que 48 heures pour faire appel ou encore un mois?
-Si nous envisagions de nous marier, je lis que le mariage donne lieu systématiquement à l'octroi d'une carte de séjour Rapprochement Familial. Mon ami est entré légalement sur le territoire, nous pourrons justifier de plus de 6 mois de vie commune et le mariage civil serait prononcé en France évidemment. Peut-on nous empêcher de nous marier compte tenu de notre situation? Obtiendrait-il cette carte de séjour?

Je vous prie de m'excuser pour toutes ces questions. Il se fait tard et l'insomnie signe mon état de forte inquiétude.

Je vous remercie.

Cordialement.

3 Publié par Visiteur
25/12/2015 00:48

Bonjour Maître,

Je suis un tunisien je suis entré en france depuis 2010 et je suis en situation irreguliere j suis marié et j'ai deux enfants (5 ans et 3 ans) sachant que ma femme a une carte de 10 ans et mes enfants sont nés en France et ont leurs carte de circulation. J ai déposé une demande de titre de séjour le 10.12.2015 vpf le 24.12.2015 j ai reçu une oqtf. Que faire dans ce cas et mes chances pour annulation de cet oqtf devant le tribunal.

Je vous remercie d'avance

Cordialement,

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maître HADDAD Sabine

AVOCATE - ENSEIGNANTE

PLUS DE 3.000 PUBLICATIONS ET ARTICLES JURIDIQUES- VU SUR FRANCE2, M6, BFM TV, LE FIGARO , L'EXPRESS etc...

Je traite personnellement toutes vos questions.

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

199 € Ttc

Rép : 24h maximum

2513 évaluations positives

Note : (5/5)
Informations

 

L’Avocate vous fait Juge” Copyright Sabine HADDAD Première Edition : décembre 2013 ISBN: 978-1-291-48466-3 -330 pages

book_blue2.gif?20131216165508

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles