Condamnation de la banque HSBC pour délit de pratique commerciale trompeuse

Publié le 02/06/2016 Vu 4 119 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Une banque peut-elle être poursuivie et condamner pour délit de pratique commerciale trompeuse ?

Une banque peut-elle être poursuivie et condamner pour délit de pratique commerciale trompeuse ?

Condamnation de la banque HSBC pour délit de pratique commerciale trompeuse

Les relations entre les professionnel et consommateur donnent souvent lieu à un déséquilibre en défaveur du consommateur.

Dans le but de protéger le consommateur, il a été établi des restrictions à la liberté de commerce et d’industrie notamment au travers du délit de pratique commerciale trompeuse.

Le délit de pratique commerciale trompeuse n’est pas défini par le code de la consommation mais la directive communautaire du 11 mai 2005 comme : 

« Toute action, omission, conduite, démarche ou communication commerciale, y compris la publicité et le marketing, de la part d’un professionnel, en relation directe avec la promotion, la vente ou la fourniture d’un produit au consommateur »

Pour rappel, le consommateur se définit comme toute personne physique qui agit à des fins qui n’entrent pas dans son activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale.

La qualité de professionnel est quant à elle attribuée à toute personne physique ou morale qui, agit à des fins qui entrent dans le cadre de son activité, commerciale, industrielle, artisanale ou libérale ou à toute personne agissant au nom ou pour le compte d’un professionnel.

Le 13 janvier 2016 la chambre criminelle de la cour de cassation a fait une application de l’article L. 121-1, I-2° du code de la consommation selon lequel une pratique commerciale est trompeuse si elle est commise, lorsqu'elle repose sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur et portant sur l'un ou plusieurs des éléments suivants :

- L'existence, la disponibilité ou la nature du bien ou du service ;

- Les caractéristiques essentielles du bien ou du service, à savoir : ses qualités substantielles, sa composition, ses accessoires, son origine, sa quantité, son mode et sa date de fabrication, les conditions de son utilisation et son aptitude à l'usage, ses propriétés et les résultats attendus de son utilisation, ainsi que les résultats et les principales caractéristiques des tests et contrôles effectués sur le bien ou le service.

A cet égard, le 13 janvier 2016, la chambre criminelle de la cour de cassation a condamné une banque pour pratique commerciale trompeuse à défaut d'avoir respecté ses engagements pris dans le cadre de sa campagne publicitaire (chambre criminelle de la cour de cassation, 13 janvier 2016, N° 14-88136).

En l’espèce, en 2009, la banque HSBC a lancé dans la presse écrite et sur son site internet une campagne publicitaire.

Cette campagne avait pour but d’offrir aux souscripteurs d’un compte appelé « compte épargne direct » de bénéficier d’une rémunération de leur apport à un taux de 6% pendant six mois pour un montant plafonné à 100.000 euros, puis ensuite au taux de 3,75%.

Le délai de souscription à cette offre était fixé du 20 janvier 2009 au 31 mars 2009.

Toutefois, la banque a décidé d’interrompre de manière anticipée cette possibilité de souscription dès le 19 février et a remplacé sur son site le taux de 6% par celui de 3,75%.

En réaction à cette pratique, des consommateurs ont saisi le tribunal correctionnel afin que la banque HSBC soit condamnée pour pratique commerciale trompeuse.

Les juges de première instance comme d'appel ont constaté qu’en acceptant de traiter les souscriptions alors qu’elle n’appliquait plus le taux offert initialement sans que le souscripteur en soit avisé, la banque HSBC avait manifestement trompé le consentement d’un consommateur normalement attentif et avisé sur les qualités essentielles du contrat souscrit et la portée de l’engagement.

Dès lors, les juges ont condamné la banque HSBC pour délit de pratique commerciale trompeuse au paiement d'une amende de 187.500 €.

Sur le fondement de l’article L. 121-1, I-2° du code de la consommation précitée, la chambre criminelle de la cour de cassation a confirmé la position des premiers juges.

Il résulte notamment de cette décision qu'à chaque fois qu'un consommateur est conduit à prendre une décision qu’il n’aurait pas prise s'il avait bénéficié de toutes les informations de la part du professionnel, il est droit de déposer une plainte pénale du chef de pratique commerciale trompeuse contre ce dernier afin d'obtenir sa condamnation pénale et une indemnisation des préjudices subis.

Pour mémoire, le délit de pratique commerciale trompeuse est puni d'une peine d'emprisonnement de 2 ans et d'une amende de 300.000 euros.

Le montant de l’amende peut être porté, de manière proportionnée aux avantages tirés du manquement, à 10 % du chiffre d’affaires moyen annuel, calculé sur les trois derniers chiffres d’affaires annuels connus à la date des faits, ou à 50 % des dépenses engagées pour la réalisation de la publicité ou de la pratique constituant le délit.

Les personnes morales déclarées responsables pénalement encourent une amende de 1.500.000 euros.

En cas de condamnation, le tribunal peut ordonner l’affichage ou la diffusion de la décision.

 Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1402 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1402 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles