La demande de mainlevée d'une mesure de soins psychiatriques

Publié le Par Anthony Bem Vu 8 263 fois 4

Le Code de la santé publique organise et encadre les demandes de mainlevée d'une mesure de soins psychiatriques.

La demande de mainlevée d'une mesure de soins psychiatriques

Le juge des libertés et de la détention dans le ressort duquel se situe l'établissement d'accueil peut être saisi, à tout moment, aux fins d'ordonner, à bref délai, la mainlevée immédiate d'une mesure de soins psychiatriques non consentie.

La saisine peut être formée par :

1° La personne faisant l'objet des soins ;

2° Les titulaires de l'autorité parentale ou le tuteur si la personne est mineure ;

3° La personne chargée de sa protection si, majeure, elle a été placée en tutelle ou en curatelle ;

4° Son conjoint, son concubin, la personne avec laquelle elle est liée par un pacte civil de solidarité ;

5° La personne qui a formulé la demande de soins ;

6° Un parent ou une personne susceptible d'agir dans l'intérêt de la personne faisant l'objet des soins ;

7° Le procureur de la République.

Le juge des libertés et de la détention peut également se saisir d'office, à tout moment.

A cette fin, toute personne intéressée peut porter à sa connaissance les informations qu'elle estime utiles sur la situation d'une personne faisant l'objet d'une telle mesure.

Lorsque la personne fait l'objet d'une mesure de soins non consentie, le juge des libertés et de la détention ne peut statuer qu'après avoir recueilli l'avis du collège composé de trois membres appartenant au personnel de l'établissement : un psychiatre participant à la prise en charge du patient, un psychiatre ne participant pas à la prise en charge du patient, un représentant de l'équipe pluridisciplinaire participant à la prise en charge du patient.

Le juge ne peut, en outre, décider la mainlevée de la mesure qu'après avoir recueilli deux expertises établies par les psychiatres.

Le juge fixe les délais dans lesquels l'avis du collège et les deux expertises doivent être produits.

Le juge des libertés et de la détention ordonne, s'il y a lieu, la mainlevée de la mesure d'hospitalisation complète.

Lorsqu'il ordonne cette mainlevée, il peut, au vu des éléments du dossier et par décision motivée, décider que la mainlevée prend effet dans un délai maximal de vingt-quatre heures.

Lorsqu'il est saisi, le juge, après débat contradictoire, statue publiquement.

A l'audience, la personne faisant l'objet de soins psychiatriques est entendue, le cas échéant assistée de son avocat ou représentée par celui-ci.

Si, au vu d'un avis médical, des motifs médicaux font obstacle, dans son intérêt, à son audition, la personne est représentée par un avocat choisi ou, à défaut, commis d'office.

L'ordonnance du juge des libertés et de la détention est susceptible d'appel devant le premier président de la cour d'appel ou son délégué.

L'appel formé à l'encontre de l'ordonnance n'est pas suspensif.

Le premier président de la cour d'appel ou son délégué statue alors à bref délai.

Toutefois, lorsque le juge des libertés et de la détention ordonne la mainlevée d'une mesure de soins psychiatriques sous la forme d'une hospitalisation complète ou constate la mainlevée de cette mesure, le procureur de la République peut demander au premier président de la cour d'appel ou à son délégué de déclarer le recours suspensif en cas de risque grave d'atteinte à l'intégrité du malade ou d'autrui.

Dans ce cas, l'appel, accompagné de la demande faisant état du risque grave d'atteinte à l'intégrité du malade ou d'autrui, est formé dans un délai de six heures à compter de la notification de l'ordonnance à l'auteur de la saisine et transmis au premier président de la cour d'appel ou à son délégué.

Celui-ci décide, sans délai, s'il y a lieu de donner à cet appel un effet suspensif en fonction du risque grave d'atteinte à l'intégrité du malade ou d'autrui.

Il statue par une ordonnance motivée qui n'est pas susceptible de recours.

Le patient est maintenu en hospitalisation complète jusqu'à ce que cette ordonnance soit rendue et, si elle donne un effet suspensif à l'appel, jusqu'à ce qu'il soit statué sur le fond, sauf s'il est mis fin à l'hospitalisation complète.

Lorsqu'il a été donné un effet suspensif à l'appel, le premier président de la cour d'appel ou son délégué se prononce sur la demande en appel dans un délai de trois jours à compter de la déclaration d'appel.

Toutefois, par une ordonnance qui peut être prise sans audience préalable, il peut, avant l'expiration de ce délai, ordonner une expertise.

Il se prononce alors dans un délai de quatorze jours à compter de la date de cette ordonnance.

En l'absence de décision à l'issue de l'un ou l'autre de ces délais, la mainlevée est acquise.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
01 40 26 25 01

abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Une question sur cet article ?

Anthony BEM

249 € TTC

1281 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par Visiteur
28/01/18 13:21

Bonjour, je suis en hospitalisation sous contrainte depuis 15 jours et je n'ai pas été vu par le juge des libertés, cela veut dire que la main levée est acquise ? Merci

Publié par Maitre Anthony Bem
28/01/18 14:12

Bonjour HadrienB,

Vous auriez dû voir le juge des libertés et de la détention au bout de 12 jours.

A défaut, cela ne veut pas dire que la main levée de la mesure d’hospitalisation est acquise.

Au contraire, cela signifierai que le juge a décidé de votre maintien en hospitalisation sous contrainte et en votre absence.

Je vous recommande donc de demander et obtenir en urgence votre dossier complet pour vérification et analyse.

Cordialement.

Publié par Maitre Anthony Bem
08/03/18 10:29

Bonjour diablesse,

Votre ami peut ressaisir le juge de la liberté et de la détention autant qu’il le souhaite de demandes de main levée de la mesure d’hospitalisation sous contrainte, par voie de requête déposée idéalement par un avocat pour appuyer et formuler la demande.

Cordialement.

Publié par Visiteur
13/06/18 17:30

Bonjour,
Le psy qui a participé à la demande d'une SPDT validée par le JDL, est-il en droit de la lever, alors que la patiente a dû été transférée dans un centre compétent distant, qu'il ne l'a voit plus depuis +3 mois et que l’équipe multidisciplinaire qui la suit depuis lors y est opposée ? Et, est-il vrai que le JLD qui a émis la SPDT n'a plus pouvoir à intervenir ?
Cordialement

Commenter cet article
Votre commentaire :
Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 2.600 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1250 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1281 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles