Dépôt de plainte pénale et constitution de partie civile par la victime d'infractions pénales

Publié le 12/10/2015 Vu 11 321 fois 14
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Comment la victime peut-elle déposer une plainte pénale et se constituer en tant que telle dans la procédure ?

Comment la victime peut-elle déposer une plainte pénale et se constituer en tant que telle dans la procédur

Dépôt de plainte pénale et constitution de partie civile par la victime d'infractions pénales

Le procès pénal comprend en réalité deux procédures parallèles :

- celle de la société qui, par le biais du "ministère public", physiquement représenté par le procureur de la république ou l'avocat général devant la Cour d'assises, requiert de la juridiction la condamnation pénale de l'auteur de l'infraction à une peine tels qu'une amende, un emprisonnement, etc ... On parle alors d'action publique ;

- celle de la victime qui sollicite de la juridiction la condamnation de l'auteur de l'infraction à lui payer des dommages et intérêts en indemnisation de ses préjudices subis subséquemment  à l'infraction. On parle alors d'action civile.  

Ainsi, de manière imagée, on peut considérer qu'une procédure pénale est une procédure "2 en 1". 

L'auteur de l'infraction pénale se trouve donc à avoir plusieurs adversaires aux demandes totalement distinctes, contre lesquels il doit se défendre. 

Toutefois, les victimes d'infractions pénales disposent de droits qui sont parfois violés par les services de police ou de gendarmerie nationale lorsque ces derniers refusent d'enregistrer leur plainte pénale. 

Chaque jour, de nombreuses personnes tentent vainement de déposer leur plainte pénale auprès des services de police ou de gendarmerie. 

Pour plusieurs raisons, la victime repart avec une déclaration de main courante qui n'entraîne aucune poursuite pénale contre l'auteur des faits ou pire se voit refuser le dépôt de la plainte, alors même qu'une infraction pénale existe et mériterait d'être poursuivie et sanctionnée. 

Or, il est important de retenir que Nicolas Sarkozy a instauré le principe du "guichet unique" en matière de dépôt de plainte pénale. 

L'article 15-3 du code de procédure pénale fait en effet obligation à la police et la gendarmerie nationales de recevoir les plaintes pénales des victimes d'infractions, quand bien même ces plaintes seraient déposées dans un service territorialement incompétent, celui-ci étant alors tenu de les transmettre au service ou à l'unité territorialement compétent.

Ainsi, dès lors qu'une victime fait connaître sa volonté de déposer une plainte pénale auprès des forces de l'ordre, les officiers ou agents de police judiciaire doivent toujours enregistrer la plainte en établissant matériellement un procès-verbal.

Le principal objectif du "guichet unique" est de simplifier les démarches procédurale des victimes. 

Cependant, sauf urgence ou situations particulières, les services de police pu de gendarmerie territorialement incompétent qui reçoivent la plainte pénale d'une victime n'est pas tenu de recueillir l'intégralité des déclarations de cette dernière précisant de façon détaillée les conditions de commission de l'infraction. 

Ces déclarations, destinées à permettre l'identification des auteurs des faits, devront être recueillies ultérieurement par le service qui sera chargé de l'enquête.

Par ailleurs, le service qui enregistre la plainte pénale devra en principe : 

- remettre à la victime le formulaire lui indiquant son droit à l'indemnisation de ses préjudices subis ;

- lui indiquer sa possibilité de saisir un service ou une association d'aide aux victimes ;

- l'informer de son droit de se constituer partie civile seule ou avec un avocat. 

La constitution de partie civile est très importante pour la victime, car elle permet concrètement, à  cette dernière de solliciter la condamnation de l'auteur de l'infraction au paiement de dommages-intérêts en indemnisation de ses préjudices subis, comme indiqué précédemment. 

La constitution de partie civile se fait par le biais d'une demande de dommages-intérêts. 

Elle peut se faire dès la phase de l'enquête judiciaire, si le parquet a mis en mouvement la procédure d'enquête (l'action publique). 

Si les montants des préjudices moral, physique et matériel à  indemniser doivent être expressément précisés, il est aussi nécessaire de produire des justificatifs s'agissant de ces deux derniers postes de préjudices. 

Pour certaines infractions pénales techniques (droit pénal des affaires ou cyber-criminalité par exemples) ou certains faits complexes, le recours à un avocat permettra à la victime de faire rédiger la plainte pénale sans passer par le poste de police ou de gendarmerie. 

En effet, l'avocat peut rédiger la plainte pénale pour la victime afin d'expliquer directement au procureur de la république les faits, caractériser les infractions pénales et motiver juridiquement la nécessité d'ouvrir une enquête. 

La victime doit savoir que les plaintes pénales adressées au procureur de la république sont classées sans suite de manière quasi systématique au nom du principe de l'"opportunité des poursuites" mais que la plainte adressées au Doyen des juges d'instruction entraîne automatiquement l'ouverture d'une enquête eu égard à la constitution de partie civile de la victime auprès de ce dernier. 

Un délai de 3 mois doit être respecté entre l'envoi de la plainte "simple" auprès du procureur de la république et l'envoi de la "plainte avec constitution de partie civile" auprès du Doyen des juges. 

De plus, la constitution de partie civile peut se faire jusqu'au jour de l'audience. 

Si l'intervention d'un avocat n'est pas obligatoire pour que la victime se constitue partie civile et demande l'indemnisation de ses préjudices subis devant la juridiction, l'assistance d'un avocat est vivement recommandée dans la mesure où, a priori, seul un homme de l'art connaîtra les indemnités susceptibles de pouvoir être sollicitées et obtenues. 

Toutefois, les juges peuvent ne pas statuer sur l'indemnisation de la victime et décider de renvoyer l'affaire à une audience ultérieure uniquement sur l'action civile pour permettre à celle-ci d'apporter les justificatifs de ses demandes indemnitaires ou de faire réaliser une expertise pour déterminer l'ensemble des préjudices subis. 

En effet, dans l'intérêt de la victime et en cas d'insuffisance de pièces justificatives, tels que des rapports ou expertises médicales, le tribunal doit d'office renvoyer sa décision sur les intérêts civils à une audience ultérieure sur cette seule question. 

La constitution de partie civile n'est donc pas toujours qu'une simple formalité procédurale, elle permet aussi et surtout à la victime d'obtenir l'indemnisation de ses préjudices subis dans les meilleures conditions.

Je suis à votre disposition pour toute information ou action.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01

Email : abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1402 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par serge74
13/10/2015 20:07

bonjour,
une plainte pénale en gendarmerie aura-t-elle plus de chance d'être examinée qu'une plainte par lettre à un procureur ?

2 Publié par Maitre Anthony Bem
13/10/2015 21:19

Bonjour serge74,

Tout dépend de la qualité des deux plaintes.

C'est au cas par cas.

Cordialement.

3 Publié par serge74
13/10/2015 21:33

le texte de la plainte est le même dans les 2 cas.

mais peut-être ai-je mal compris :
"La victime doit savoir que les plaintes pénales adressées au procureur de la république sont classées sans suite de manière quasi systématique au nom du principe de l'"opportunité des poursuites""
et que dans le cas de la plainte par lettre, cela arrive à un procureur, dans le cas d'une plainte en gendarmerie, cela arrive aussi à un procureur, qui ne fait pas de différence.

4 Publié par Maitre Anthony Bem
13/10/2015 22:09

Bonjour serge74,

Dans ce cas, une plainte pénale en gendarmerie aura autant de "chance" d'être examinée qu'une plainte adressée au procureur de la république car ce dernier pratique le même filtre de l'opportunité des poursuites dans les deux cas.

Seule la plainte avec constitution de partie civile adressée au doyen des juges d'instruction permettra réellement à la victime de faire qu'une enquête soit initiée et de solliciter des demandes d'actes d'instruction le cas échéant.

Cordialement.

5 Publié par Visiteur
09/12/2016 15:41

Bonjour maître,
ou dois-je écrire pour saisir le doyen des juges d'instruction dans le VAR .
Merci pour votre aide et toutes vos informations
via le net
Cordialement
Philippe DERENNE
derenne.phil@orange.fr

6 Publié par Maitre Anthony Bem
10/12/2016 09:28

Bonjour Phil,

Dans le Var, le doyen des juges d'instruction est au Tribunal de grande instance de Toulon.

Cordialement.

7 Publié par Visiteur
12/02/2017 21:03

Bonsoir Maître,
Je vous ai interrogé par courrier sur un cas de double bailleur pour une location en Vendée et l'éventualité d'une plainte avec CPC pour escroquerie.
Si cette plainte a une chance de prospérer j'avais sollicité votre aide et dans un premier temps le montant de vos honoraires.
En l'absence de réponse , je crains d'avoir omis quelque chose d'essentiel prévu dans votre traitement des demandes .
A vous lire
Cordialement

8 Publié par Maitre Anthony Bem
12/02/2017 21:35

Bonjour nico,

Je crains de ne pas avoir reçu votre courrier.

Merci de cliquer sur "services" pour prendre connaissance de mes modalités de consultation préalable avant toute action judiciaire éventuelle.

Cordialement.

9 Publié par Visiteur
13/02/2017 08:05

Bonjour Maître,
Merci de votre réponse
Je serai demain mardi 14-2 à Paris pour la journée .
Puis-je avoir un rdvs en fin de matinée 11H ou 11h30 ?
A vous lire
Cordialement

10 Publié par Maitre Anthony Bem
13/02/2017 08:10

Bonjour nico,

Je suis disponible le 14-2 à 11H.

Appelez moi pour confirmation au 0140262501.

Cordialement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1402 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles