La différence entre le délit pénal d'usage et celui de détention de produits stupéfiants

Publié le 19/04/2017 Vu 70 479 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les infractions pénales de consommation et de détention de stupéfiants sont-elles exclusives l'une de l'autre ?

Les infractions pénales de consommation et de détention de stupéfiants sont-elles exclusives l'une de l'aut

La différence entre le délit pénal d'usage et celui de détention de produits stupéfiants

Le consommateur de produits stupéfiants n'est pas pénalement sanctionné comme un délinquant selon le code pénal. 

Ainsi, le 14 mars 2017, la cour de cassation a jugé que la qualification d’usage illicite de produits stupéfiants exclut celle de détention de tels produits si les substances détenues étaient exclusivement destinées à la consommation personnelle du prévenu (Cass. Crim. 14 mars 2017, n° 16-81805)

En l'espèce, une personne a été interpellée à l’occasion de la conduite d’un véhicule pour mise en danger de la vie d’autrui 

De plus, le conducteur avait été trouvé en possession de trois grammes de cannabis pour sa consommation quotidienne personnelle. 

Le tribunal correctionnel et la cour d'appel l'ont donc condamné pour mise en danger de la vie d’autrui et détention de stupéfiants. 

Or, pour mémoire, la loi distingue l'usage de stupéfiants de leur détention.  

En effet, l'article L. 3421-1 du code de la santé publique dispose que l'usage illicite de stupéfiants est puni d'un an d'emprisonnement, tandis que l'article 222-37 du code pénal réprime le transport, la détention, l'offre, la cession, l'acquisition ou l'emploi illicites de stupéfiants par une peine de dix ans d'emprisonnement et de 7.500.000 euros d'amende. 

L'article 222-37 du code pénal réprime une forme de participation directe à un tel trafic, en incriminant le transport, la détention, l’offre, la cession et l’acquisition ainsi que l’emploi de produits stupéfiants, en d’autres termes la distribution de ces produits, par opposition à l’importation et à l’exportation visées à l’article 222-36 et à la vente au détail incriminée à l’article 222-39. 

A cet égard, la cour de cassation a rappelé que :

« en réprimant spécifiquement l'usage illicite de stupéfiants, pour consommation personnelle, le législateur a entendu ne pas sanctionner lesdits usagers pour les délits de l'article 222-37 du code pénal sur le trafic de stupéfiants dès lors que tout consommateur est nécessairement tenu d'acquérir et de transporter ces stupéfiants ». 

De plus, la Haute Cour a posé le principe selon lequel : 

« les dispositions spéciales du premier de ces textes [l'article L. 3421-1 du code de la santé publique], incriminant l'usage illicite de produits stupéfiants, excluent l'application du second [l'article 222-37 du code pénal], incriminant la détention de tels produits, si les substances détenues étaient exclusivement destinées à la consommation personnelle du prévenu ». 

Ainsi, la cour de cassation a cassé et annulé l'arrêt rendu par la cour d'appel en ce qu'elle a déclaré le prévenu coupable de détention de stupéfiant car elle aurait dû constater si cette détention correspondait ou non à sa consommation personnelle.

Par conséquent, la cour de cassation impose aux juges de caractériser les faits de détention de stupéfiants indépendamment de la consommation personnelle du prévenu pour pouvoir valablement sanctionné sur le fondement de la détention.  

Certains prétendront que l'on joue sur les mots mais le droit pénal est d'interprétation stricte et les peines pénales sont différentes entre ces deux infractions à la philosophie différente. 

La jurisprudence de la Cour de cassation réserve l’application du délit de l’article 222-37 du Code pénal aux seules hypothèses dans lesquelles la détention s’inscrit dans le cadre d’un trafic de stupéfiants, comme le laisse d'ailleurs supposer la place de ce texte dans la section du code pénal consacrée au trafic de stupéfiants. 

La détention visée correspond au stockage de produits stupéfiants. 

Le but est d’atteindre les transporteurs, grossistes, semi-grossistes et  transformateurs qui permettent au traffic de se développer. 

Dès lors, pour pouvoir retenir cette qualification, il faut pouvoir établir que le produit était destiné à autrui et non uniquement à son détenteur. 

La  détention illicite de stupéfiants ne peut être réprimée que si elle s’inscrit dans un trafic. 

Faute d’avoir rapporté la preuve d’une détention indépendante de la consommation du prévenu, les juges du fond, ne peuvent opter pour l’infraction la plus sévèrement réprimée. 

Pour conclure, la dualité de fondements juridiques permet, le cas échéant, comme en l'espèce, de faire annuler la poursuite pénale pour vice de procédure. 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01

Email : abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1395 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
23/02/2018 18:04

bonjour,
j'ai été condamner en 1989 apres avoir ete arreter pour cause que j'avait en ma possesion (dans ma poche) une demi barette de canabis,puis apres perquisition a mon domicille d'une quantité total de 50g de canabis a une peine d'emprisonnement de 12 mois de prison.les fait qui m'etait reprocher:detention,usage,transport (un demi barette dans ma poche).je vous serais reconnaissant de m'expliquer le pourquoi de la severité de la peine alors que je n'etait pas accuser de trafique.je vous remerci.

2 Publié par Fredo45
21/09/2020 23:40

Bonjour, j'ai été controlé (au facies, pour changer) il y a 1 an et on a retrouvé sur moi 0,8g de cannabis dans le fond d'une poche. J'ai été emmené au commissariat et convoqué le lendemain pour une prise d'empreintes et un rdv chez le délégué du procureur. Tout ceci s'est soldé par une ouverture de casier judiciaire avec empreintes digitales et photos comme si j'étais un criminel.

Dans le procès que je n'ai relu qu'après le rdv, il est écrit que j'ai été interpelé en flagrant délit de consommation or c'est totalement faux, je ne savais même pas que j'avais ce petit morceau sur moi !!

Ma question est, est ce qu'il y a un recours pour faire supprimer mon casier (avec les photos et les empreintes) quand on sait que j'ai été "jugé" pour flagrant délit de consommation alors que j'ai réellement été emmené au poste pour la détention d'une quantité ridicule (équivalent a 1 joint) lors d'un contrôle au faciès.

Merci d'avance, cordialement

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1390 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1395 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles