Disproportion du cautionnement : éléments de la caution à prendre en compte dans le calcul du taux

Publié le Par Anthony Bem Vu 7 182 fois 4

Comment se calcul le taux de disproportion du cautionnement d’une caution ?

Disproportion du cautionnement : éléments de la caution à prendre en compte dans le calcul du taux

Le calcul du taux de disproportion du cautionnement dépend des éléments de la caution à prendre en compte dans l’équation des revenus et des charges.

Le 22 septembre 2015, la cour de cassation a jugé que la proportionnalité de l'engagement de la caution ne peut être appréciée au regard des revenus escomptés de l'opération garantie (Cour de cassation, chambre commerciale, 22 septembre 2015, N° de pourvoi: 14-22913). 

Les dirigeants de sociétés s'engagent quasi systématiquement auprès de leurs banques en qualité de caution du remboursement des crédits accordés à leurs sociétés. 

Leur qualité de caution couvre toutes les dettes bancaires de leurs sociétés.

Les dettes bancaires des sociétés concernent les remboursements de crédits ou les soldes débiteurs des comptes bancaires. 

En cas d'impayé, la caution est appelée à payer en lieu et place de la société débitrice.

Concrètement, le dirigeant caution s'engage sur ses deniers personnels et ceux de son épouse s'il est marié sous le régime de la communauté légale. 

Or, les sommes réclamées par les banques aux cautions peuvent atteindre quelques dizaines ou centaines de milliers d'euros, voir même quelques millions d'euros dans certains cas. 

Depuis plus de 10 ans, le contentieux du cautionnement a sensiblement évolué en faveur des cautions dirigeantes ou des dirigeants cautions. 

En effet, les cautions disposent de nombreux moyens de défense en cas d'assignation en justice par la banque. 

Ces litiges sont complexes en ce qu'ils font appellent tant à un savoir juridique, qu'à des calculs techniques ainsi qu'à un savoir particulier relevant de la stratégie judiciaire pour la demande de communication de certaines pièces auprès de la banque et la non de production volontaire de pièces par la caution. 

Ces contentieux sont aussi difficiles à vivre humainement dans la mesure où les cautions, qui subissent la liquidation judiciaire de leur société, font souvent l'objet de risque de saisie vente de leurs biens immobiliers. 

Or, trop souvent, les avocats qui ne sont pas spécialisés dans ce type de litige conseillent à leurs clients de trouver un accord amiable et de payer alors même que le cautionnement est nul ou inopposable, de sorte qu'il n'y aurait rien à payer en réalité. 

A titre d'exemple, parmi les moyens de défense, la disproportion du cautionnement est devenue depuis peu de temps un nouveau moyen de défense sérieux au profit de la caution.

En pratique, le cautionnement peut être annulé s'il est disproportionné. 

Le calcul de la disproportion du cautionnement se fait selon des informations financières précises et nombreuses sur la situation patrimoniale de la caution et en considération des renseignements communiquées par cette dernière à la banque au moment de la conclusion du cautionnement litigieux. 

Le calcul de la disproportion du cautionnement se fait donc en fonction de données qui sont parfois connues de la banque et exprimées par la caution mais aussi en prenant en compte des silences et carences inhérentes à l'obligation de se renseigner de la banque. 

Ce sont ces informations ou l'absence de communication de certaines informations par la banque lors de la procédure qui permettront stratégiquement à la caution de justifier de la disproportion de son cautionnement et de gagner le procès qui lui est intenté par la banque. 

Depuis une jurisprudence obtenue par le cabinet Bem, le 4 décembre 2013, les juges prennent pour référence un seuil limite de 33% d'endettement pour le calcul du taux de disproportion des cautions et, ce, même si ces personnes sont dirigeantes ou gérantes de sociétés. 

Depuis cette date, les notions de cautions profanes ou averties n'a véritablement plus lieu d'être, de sorte que l'argument des banques sur cette qualité est devenu hors sujet. 

L'équation mathématique permettant de calculer le taux de disproportion du cautionnement litigieux évolue notamment au grès des jurisprudences obtenues par le Cabinet Bem en ce qu'elles fixent les données déterminantes pour que le résultat de l'équation soit positif.   

Dans l'affaire jugée le 22 septembre 2015, la cour de cassation a considéré que le succès escompté de l'opération garantie n'est pas un élément à prendre en compte dans le calcul du taux de disproportion du cautionnement.

Cette décision confirme que l'équation de la disproportion du cautionnement ne peut pas valablement intégrer toutes les données.  

En l'espèce, une personne physique s'était portée caution solidaire de deux prêts consentis par le Crédit  Agricole à deux sociétés dont il était le gérant et placées par la suite en redressement puis liquidation judiciaire. 

Dans un premier temps, la cour d’appel a condamné la caution estimant que son endettement n’apparaissait pas manifestement disproportionné à ses revenus et patrimoine compte tenu du succès escompté de l’opération commerciale financée par la banque.

Cependant, le 22 septembre 2015, la chambre commerciale de la Cour de cassation a cassé et annulé l’arrêt rendu par la cour d’appel et fixé le principe selon lequel : le calcul de proportionnalité de l'engagement de la caution ne peut intégrer les revenus escomptés de l'opération garantie.

Cette décision est intéressante à plus d'un titre en ce que :

  • elle tend à établir une règle de calcul objective de la proportionnalité du cautionnement ; 

  • elle contraint les juges à un devoir de vérification des renseignements financiers indiqués en principe par la caution lors de la signature de son engagement. 

En effet, hors les cas où de manière curieuse et illégale, aucune fiche de renseignements n'est demandée par la banque à la caution s'agissant de ses revenus, engagements et patrimoine, les banques se prévalent de leur absence d'obligation de vérification des informations de la caution. 

Cette règle jurisprudentielle n'est pas juste ni justifiée. 

Elle n'est pas juste pour plusieurs raisons. 

Tout d'abord car certaines banques invitent les cautions à gonfler ou diminuer la valeur de certaines données financières pour prétendument  les "aider" à faire passer leurs dossiers de crédit. 

Ainsi, certaines cautions indiquent parfois dans leur formulaire de renseignement ce que la banque leur suggère d'écrire pour permettre un déblocage de fonds alors que la réalité est différente. 

Ce n'est pas juste non plus dans tous les cas où les informations à remplir par la caution dans le formulaire de renseignements sont trop sommaires et ne peuvent donc qu'être incomplètes pour permettre d'avoir une vision globale de la situation financière de la caution. 

De plus, cette absence d'obligation de vérification des informations financières et patrimoniales de la caution par les banques est injustifiée tant en droit qu'en pratique car ce faisant elle enlève de la substance à l'obligation de se renseigner à la charge des banques sur les situations financière et patrimoniale de la caution. 

L'obligation de se renseigner sur les situations financière et patrimoniale de la caution devrait imposer aux banques de vérifier la véracité et la justesse des informations renseignées par la caution, par le biais d'une demande de communication d'une liste exhaustive de pièces, comme elles ne manquent d'ailleurs pas de le faire lors de l'octroi de crédits immobiliers ou à la consommation.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?

Anthony BEM

249 € TTC

1333 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par cabenji
15/06/16 21:01

Bonjour,Maitre
le fait de signer un cautionnement plus de 1 mois, avant la création de l'entreprise cautionné. Fait il de nous obligatoirement une caution avertie ????
Puisque pas encore chef d'entreprise donc un devoir de mise en garde s'impose ????
cordialement

Publié par Maitre Anthony Bem
15/06/16 22:50

Bonjour cabenji,

Je vous confirme que le fait de signer un acte de cautionnement plus d'un mois avant la création de l'entreprise cautionnée ne fait pas de vous obligatoirement une caution avertie.

Ni même le simple fait d'être gérant ou associé d'une société formée d'ailleurs.

Ainsi, la banque doit toujours respecter un devoir de mise en garde à l'égard des cautions qu'ils soient chefs d'entreprise, gérants de société ou simples associés.

A défaut, la banque engage sa responsabilité et le cautionnement peut être annulé par la caution.

Vous trouverez sur mon blog de nombreux articles sur ce sujet en tapant le mot "caution" dans la barre de recherche.

Cordialement.

Publié par Visiteur
16/11/16 15:40

maitre bonjour

je pense faire partie des personnes dont le cautionnement était disproportionné lors de nos prêts
mais sans certitude, je n'ai plus les documents que j'ai fournis en 2007 et 2010 ; je ne sais qu'à peu près
Mais aujourd'hui j'ai 2 prêts dont nous sommes caution avec mon mari, nous n'avons pas fait de déclaration d'insaisissabilité,
nous devons à ce jour 480000 (prêtà la base de 650000 pour un immeuble mis en sci acheté avec un locataire mais qui est parti et ne pouvons donc plus payer l'emprunt) et 130000 (emprunt à la base de 150000 fait pour l'ouverture de notre entreprise qui est en liquidation), ce qui est énorme
nous avons négocié avec la banque jusqu'en avril un remboursement mensuel minime car sommes au smic à ce jour, et ce, jusqu'en avril)
avons nous nos chances sachant que nous n'avons jamais eu de gros revenus (2000 et 1400/ mois) à l'époque des prêts, mais nous avions notre maison estimée à environ 350000, et si oui à partir de quand devons nous tenter

par contre si l'on vendait notre maison en viager aujourd'hui , pensez que celle ci soit saisissable et est-ce possible si les acheteurs ont le même âge que nous?

désolée mais nous sommes tellement angoissés car nous avons encore une enfant en études

Publié par Maitre Anthony Bem
16/11/16 20:59

Bonjour sab,

Je pense en effet que la disproportion de votre cautionnement est susceptible de pouvoir être invoquée utilement afin de tenter d'échapper à vos obligations de paiement en qualité de caution.

Seul un audit sur pièces permet de déterminer le taux de disproportion de votre engagement de caution et donc de faire annuler le cautionnement.

Afin de me permettre de prendre connaissance de votre situation personnelle en détail et de disposer de toutes les informations nécessaires pour vous répondre, je vous propose de me contacter en privé pour une consultation.

A cet égard, je vous invite à choisir l'une de mes différentes modalités de consultation en cliquant sur "services" en haut de cette page.

Cordialement.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 2.700 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

 

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

 

+ 1300 avis clients positifs

 

Tel: 01.40.26.25.01 

 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1333 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles