Effet de la faute lourde sur le droit du salarié à l’indemnité compensatrice de congés payés

Publié le 09/05/2016 Vu 2 576 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le salarié auteur d’une faute lourde, peut–il être privé d’une indemnité de congés payés ?

Le salarié auteur d’une faute lourde, peut–il être privé d’une indemnité de congés payés ?

Effet de la faute lourde sur le droit du salarié à l’indemnité compensatrice de congés payés

En droit du travail, les sanctions prononcées à l’encontre du salarié varient en fonction du degré de gravité de la faute commise par celui–ci.

Ainsi, l’article L. 3141-26 du code de travail le code du travail prévoyait ainsi une privation du droit à l’indemnité de congés payés à l’égard du salarié ayant commis une faute lourde.

Or, cet article précité a fait l’objet d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

En l’espèce, un salarié licencié a estimé que sa privation de droit à l’indemnité de congés payés portait une atteinte au droit de repos et au droit à la protection de la santé protégés constitutionnellement.

Certes, le conseil constitutionnel saisi de cette QPC a considéré que l’article L. 3141-26 du code de travail comme inconstitutionnels, mais pour d’autres motifs.

En effet, le conseil constitutionnel a relevé d’office une atteinte au principe d’égalité prévu à l’article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 selon lequel « la loi… doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ».

Afin de justifier l’atteinte au principe d’égalité, le conseil constitutionnel a estimé que cette disposition de l’article L. 3141-26 alinéa 2 du code travail ne vise qu’uniquement les situations dans lesquelles l’employeur est contraint d’adhérer à une caisse de congés payés.

Dès lors, le conseil constitutionnel en a déduit qu’il y avait une différence de traitement entre les salariés travaillant pour un employeur affilié à la caisse de congés payés (ceux–ci bénéficient d’une indemnité de congés payés en cas d’un licenciement pour faute lourde) et ceux travaillant pour un employeur non affilié à ladite caisse.

Aussi, le conseil constitutionnel constate que cette différence de traitement est sans rapport avec l’objet de la législation portant sur les caisses de congés payés ainsi que ceux relatifs à la privation de l’indemnité compensatrice de congés payés.

Désormais, la différence de traitement entre une faute lourde et une faute grave se situe uniquement au niveau de la réparation des préjudices subis.

Cette décision a pris effet à compter du 4 mars 2016 et est applicable dans toutes les instances déjà introduites à la date d’entrée en vigueur et n’ayant pas acquis une autorité de la chose jugée.

Concrètement, seuls les salariés ayant été licenciés pour faute lourde ainsi que ceux licenciés antérieurement à cette date et qui avaient déjà engagé une procédure contentieuse non définitivement close ou qui engageront une telle procédure pourront bénéficier de la règle issue de cette décision du conseil constitutionnel.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1423 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1423 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles