Généralisation des capteurs d’empreinte digitale et risques d’atteintes à la vie privée

Publié le Modifié le 28/10/2013 Vu 8 254 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Comme en témoigne le système d’authentification par empreinte digitale intégré dans le dernier téléphone d’Apple : l’Iphone 5S, la reconnaissance des empreintes digitales est devenue une technique en passe de se généraliser qui soulève des questions d’ordre juridique, en raison notamment des risques éventuels d’atteintes à la vie privée et à la protection des données à caractère personnel et d’usurpation d’identité.

Comme en témoigne le système d’authentification par empreinte digitale intégré dans le dernier télépho

Généralisation des capteurs d’empreinte digitale et risques d’atteintes à la vie privée

Pour mémoire, une empreinte digitale correspond à la trace laissée par le bout d’un doigt sur un support et dont le dessin résulte des fins plissements présents sur la peau du doigt et appelés crêtes papillaires.

Les empreintes digitales se forment très tôt chez l’embryon, restent inchangées durant toute la vie et sont différentes chez chacun d'entre nous et donc uniques, même chez les vrais jumeaux.

Ainsi, en 1892, le scientifique Francis Galton a estimé qu’il y a 1 chance sur 64 milliards pour que deux personnes aient les mêmes empreintes digitales.

Ce caractère unique des empreintes digitales explique le rôle particulier que jouent ces dernières dans le domaine de l’identification des personnes en général.

En effet, depuis longtemps, dans le cadre d’enquêtes criminelles, la comparaison des empreintes digitales prélevées sur un lieu avec celles stockées dans une base de données permet d’établir la présence sur ce lieu d’une certaine personne.

Les empreintes digitales sont également utilisées pour vérifier l’authenticité d’un passeport et l’identité de son titulaire, dans le but de limiter les risques de falsification.

Mais, si au départ l’empreinte digitale n’était utilisée que par la police scientifique ou l’administration, aujourd’hui elle s’est généralisée.

Les systèmes de reconnaissance par empreinte digitale s’invitent en effet de plus en plus dans notre quotidien.

On les trouve déjà dans les aéroports, dans certaines entreprises et même dans des supermarchés.

En outre, de plus en plus d’appareils électroniques tels que les ordinateurs et les téléphones portables intègrent un dispositif de reconnaissance par empreinte digitale.

En témoigne l’Iphone 5S d’Apple qui intègre un système de reconnaissance par empreinte digitale baptisé Touch ID.

Le tout nouveau appareil téléphonique HTC « One Max » comporte également un lecteur d’empreintes digitales capable de déverrouiller l’appareil sans code de sécurité et de lancer automatiquement jusqu'à trois actions distinctes en attribuant une empreinte de doigt différente à chacune d’elles.

Les capteurs d’empreinte digitale offrent des avantages en termes de facilité, de confort, de sécurité et de rapidité de l’identification d’une personne.

Ainsi, il n’est plus besoin de retenir un mot de passe ou de transporter des clés ou des cartes de paiement lorsque l’on peut utiliser son propre doigt pour accéder aux locaux de certaines entreprises par exemple ou procéder à un paiement dans certains supermarchés. 

Cependant, force est de constater que la généralisation des systèmes de reconnaissance par empreinte digitale n’est pas sans poser des questions d’ordre juridique.

En effet, parce que l’empreinte digitale est une donnée personnelle, la généralisation de son utilisation engendre des risques d’atteintes aux droits au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel.

Ces risques sont d’autant plus élevés que près de 45% de la population française utilise un smartphone et qu’en l’état actuel des choses, l’intégration de systèmes de reconnaissance par empreinte digitale dans des téléphones portables n’est pas soumise à la loi Informatique et Libertés qui exige l’autorisation de la CNIL.

Pour mémoire, la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 est applicable dès lors qu’il existe un traitement par un tiers des informations personnelles relatives à des personnes physiques.

Autrement dit, il faut en principe que deux conditions soient remplies pour que cette loi s’applique : d’une part, des données à caractère personnel ; d’autre part, un traitement de ces données par un tiers.

S’agissant de la première condition, elle est satisfaite par les empreintes digitales, dans la mesure où ces dernières constituent des données à caractère personnel.

Une donnée à caractère personnel est définie comme une information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée par référence à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres.

Ces éléments concernent donc aussi bien les informations directement nominatives telles que le nom et le prénom, que les éléments du corps humain tels que l’empreinte digitale.   

Comme l’a affirmé la Cour européenne des droits de l’homme, les empreintes digitales constituent des données à caractère personnel car elles se rapportent à des individus identifiés ou identifiables. (CEDH, 4 décembre 2008, requêtes n° 30562/04 et 30566/04, Affaire S. et Marper c/ Royaume-Uni).  

Dans le même sens, la Cour de justice de l’Union Européenne a récemment considéré que :

« Le respect du droit à la vie privée à l’égard du traitement des données à caractère personnel se rapporte à toute information concernant une personne physique identifiée ou identifiable.

Les empreintes digitales relèvent de cette notion dès lors qu’elles contiennent objectivement des informations uniques sur des personnes physiques et permettent leur identification précise » (CJUE, 17 octobre 2013, n° C-291/12, Michael Schwarz c/ Stadt Bochum)

Ainsi, les empreintes digitales constituent sans nul doute des données à caractère personnel et remplissent donc la première condition d’application de la loi Informatique et Libertés.

Cependant, s’agissant de la deuxième condition relative au traitement des données par un tiers, elle fait défaut dans le cas précis de l’intégration de système de reconnaissance par empreinte digitale dans l’Iphone 5S.

En effet, constitue un traitement de données à caractère personnel toute opération appliquée par un tiers à ces données, telle que leur collecte, leur enregistrement, leur conservation, leur consultation ou leur utilisation.

En l’occurrence, concernant l’Iphone 5S, Apple déclare que les scans des empreintes digitales ne sont pas confiés à un tiers mais sont conservées au sein même du téléphone, lequel demeure la possession exclusive de son propriétaire.

L’un des responsables d’Apple, Dan Riccio, a en effet précisé que « toutes les informations sont encryptées au cœur du téléphone, dans l’enclave sécurisée de la puce A7, seulement accessible par Touch ID et ne seront jamais disponibles à d’autres logiciels, jamais stockées sur les serveurs d’Apple ni sauvegardées sur iCloud ».

Dans ces conditions, on ne saurait parler de traitement par un tiers à propos du capteur d’empreintes digitales intégré dans l’Iphone 5S, dans la mesure où les scans des empreintes digitales sont cryptés et conservés sur la puce du téléphone exclusivement détenu par la personne concernée qui a ainsi la maîtrise de sa donnée biométrique.

De ce fait, l’empreinte digitale reste sous la responsabilité du propriétaire de l’Iphone 5S et ne peut pas être utilisée pour l’identifier à son insu, de sorte que l’autorisation de la CNIL n’est pas nécessaire.

Cependant, si les scans d’empreintes digitales ne devaient plus être conservés sur la puce de l’Iphone 5S mais sur des serveurs distants ou s’ils venaient à faire l’objet d’un traitement automatisé par des logiciels, cela pourrait multiplier les risques de violation de la vie privée et dans un tel cas l’intervention de la CNIL serait nécessaire.

Pour le moment, le fait que les scans d’empreintes digitales soient stockés sur un support individuel, à savoir la puce du téléphone, atténue donc les risques d’atteintes à la protection des données à caractère personnel, car celles-ci échappent au traitement par un tiers.

De nombreuses autres questions restent néanmoins en suspens, notamment sur le niveau de sécurité du système de reconnaissance par empreinte digitale.  

En effet, comme nous le verrons dans un prochain article, ces systèmes d’identification ne sont pas à l’abri de piratage et n’excluent pas les risques d’usurpation d’identité.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01

Email :
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1358 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
12/08/2016 09:53

Cette technologie est loin d'être maîtrisée bien que fort utilisée sur les applications bancaires notamment ! http://www.coppernic.fr/

2 Publié par Visiteur
05/04/2017 03:58

Bonjour, Je vous adresse ce message pour vous annoncer que ma vie privée est diffusé partout sur Surveillance, quelqu'un a profiter de mettre ma vie privée pour que un terroriste viens me tuer un jour. Imaginez que je monte dans une voiture Ferrari tous le monde me voir. Si toute fois je suis dehors ils peut venir me tuer, si je suis chez moi il me voit il peut venir m'attaquer.
Qui sera le responsable de tous ça, l'état, Surveillance, Internet.

Les technologie c'est quelque chose chose dangereux quelqu'un peut profiter pour faire terroristes avec ma photo

Après quand il y a un accident il sera trop tard pour corriger le problème c'est pour ça il faut y aller maintenant avant que l'accident m'arrive, il faut que l'état corrige le danger comme c'est quelqu'un qui voulait me tuer.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1350 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1358 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles