Le harcèlement moral au travail d’un salarié par des tiers à l'entreprise

Publié le 13/08/2015 Vu 11 493 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Un salarié peut-il être victime de harcèlement moral au travail de la part de tiers à l'entreprise ?

Un salarié peut-il être victime de harcèlement moral au travail de la part de tiers à l'entreprise ?

Le harcèlement moral au travail d’un salarié par des tiers à l'entreprise

Il est légitime de penser que le harcèlement moral au travail d'un salarié provienne de personnes qui, en principe, font partie des effectifs de la société : supérieur hiérarchique ou collègue de travail. 

Néanmoins, en matière de harcèlement moral au travail, la règle est que l'absence de faute de l'employeur ne l'exonère pas de sa responsabilité. 

Il en découle que les auteurs d'un harcèlement moral au travail peuvent donc aussi être des personnes extérieures à l’entreprise, à condition qu’elles exercent une autorité de fait ou de droit, sur les employés, tels que des prestataires, des fournisseurs ou des proches de la direction. 

Ainsi, la Cour de cassation a condamné une société à payer des dommages et intérêts à une de ses employés qui avait été licenciée alors qu'elle était victime d’harcèlement moral de la part d’un tiers qui avait « une autorité de fait sur les employés » puisque « chargé par l'employeur de mettre en place de nouveaux outils de gestion » et de former l’ensemble du personnel dans le but de donner un second souffle à l’entreprise. (Cour de cassation, chambre sociale, 1er mars 2011, n° de pourvoi : 09-69616). 

Il découle de cette décision que le comportement fautif d’une personne non-salariée de l’entreprise, mais à qui a été concédée une certaine autorité dont serait victime l’un des employés de cette entreprise, entraîne la mise en jeu de la responsabilité de l’employeur de celle-ci.  

Pour mémoire, conformément à l’article L1152-1 du code du travail, pour être sanctionné, le harcèlement moral suppose :

- des agissements répétés ;

- des actes qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail ;

- susceptibles de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

La responsabilité systématique de l’employeur, même de tiers à la société, s'explique par l'obligation de sécurité de résultat dont est tenu l'employeur envers ses salariés. 

Le code du travail impose en effet  toute une série de mesures qui doivent être mises en œuvre sur le fondement des "principes généraux de prévention", à savoir  :

- Eviter les risques ;

- Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ;

- Combattre les risques à la source ;

- Adapter le travail à l'homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé ;

- Tenir compte de l'état d'évolution de la technique ;

- Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ;

- Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral ;

- Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ;

- Donner les instructions appropriées aux travailleurs. 

Concrètement, afin de respecter son obligation de sécurité, l’employeur doit assurer :

- des actions de prévention des risques professionnels ;

- des actions d'information et de formation ;

- la mise en place d'une organisation et des moyens adaptés. 

Aux termes des dernières règles législatives et jurisprudentielles, les employeurs engagent de plus en plus facilement leur responsabilité envers leurs salariés dès que ces derniers apportent un début de présomptions de souffrances au travail. 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1426 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
16/09/2016 16:18

J'ai vécu pendant 2 ans et demi un HM dans le 06 avec une direction qui a été en toute puissance .
C 'est mon personnel qui s'est positionné pour dénoncer leur pratique et ma direction ne me l'a pas pardonné .Elle a interdit aux 4 syndicats de me représenter .Les agents n'ayant jamais vu un cadre supérieur traité de la sorte ont pris peur et se sont 'effacés '.
J'ai du demander ma mutation et changer de département pour sauver ma santé et mon équilibre .
J'ai du prendre des antidépresseurs pour tenir .
le médecin du travail a été saisi mais étant contractuel ,dépendant de la même direction ,n'a rien fait ,n'a rien transmis aux instances parisiennes ,supérieures à ma direction locale .
Je suis restée seule ,démunie .
les textes ,circulaires ,en fait ont juste un effet d'affichage de bonne conscience .
Agir est autre chose .Aucun magistrat n'osera condamner une direction locale avec laquelle il entretient une relation professionnelle suivie :réunions de travail ,de représentation ,repas réguliers ...
Et les avocats recommandés par l 'association victime de HM que je suis allée consulter sur Avignon ,sont là pour réclamer des honoraires ,des provisions .
L'association n'est même pas intervenue pour demander un entretien à Paris (MINEFI)et faire part des agissements locaux .
J''ai vécu une lutte :pot de terre ....etc .
On se sent seul,isolé et la prolifération de textes (loi ,circulaires ,directives ,stages prévention des risques psycho-sociaux ) n'a pas changé grand chose .
Devant le pouvoir et les grands titres de fonctionnaires incompétents ,inhumains telque les administrateurs des finances publiques ,peu de personnes se montrent courageux ,honnêtes .
Courage fuyons reste d'actualité

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1426 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles