Indemnisation de l’emprunteur et de la caution par la banque dont le crédit est disproportionné à leurs revenus et patrimoine

Publié le 15/03/2021 Vu 677 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'emprunteur et la caution peuvent-ils être indemnisés pour un crédit disproportionné à leurs revenus et patrimoine ?

L'emprunteur et la caution peuvent-ils être indemnisés pour un crédit disproportionné à leurs revenus et

Indemnisation de l’emprunteur et de la caution par la banque dont le crédit est disproportionné à leurs revenus et patrimoine

Le 4 mars 2021, la Cour d’appel de Chambéry a jugé que, la demande indemnitaire de l’emprunteur ou de la caution à l’encontre d’une banque, pour manquement à son obligation de mise en garde peut être faite dans les 5 ans à compter de la date des premières difficultés de remboursement. (CA Chambéry, 2e ch., 4 mars 2021, n° 19/01343). 

En l’espèce, un emprunteur a obtenu un prêt de la part de sa banque, le Crédit Agricole. 

Postérieurement, la même banque lui a consenti un second crédit. 

Une tierce personne s’est portée caution solidaire du bon remboursement de ces prêts par l’emprunteur. 

Suite à plusieurs incidents dans le remboursement de ces prêts, la banque a prononcé la déchéance des concours puis a assigné en paiement l’emprunteur et la caution. 

Le tribunal a condamné solidairement l’emprunteur et la caution au paiement de la dette. 

Ces derniers ont fait appel en faisant valoir notamment que :

• ils possèdent respectivement la qualité d’emprunteur et de caution non-avertis,

• la banque a le devoir de mettre en garde l’emprunteur et la caution du risque d’endettement excessif en prenant en considération dans sa globalité la situation financière de celui qui s’engage,

• la banque ne démontre pas avoir rempli son devoir de mise en garde à leur égard, notamment au regard de leur endettement au jour de la souscription des engagements fondant l’action en paiement,

• l’engagement de caution était manifestement disproportionné au regard des patrimoines et revenus de la caution. 

La Cour d’appel a rappelé à la banque l’une de ses obligations essentielles, à savoir que :

« le devoir de mise en garde consiste, pour un établissement de crédit, à alerter l’emprunteur ou la caution du risque d’endettement né de la souscription de l’engagement au regard de ses capacités financières. Il n’existe toutefois qu’envers une personne non-avertie, étant précisé qu’un emprunteur professionnel ne peut être, de facto, considéré comme un emprunteur averti. Il appartient à la banque de démontrer le caractère averti du contractant ou de justifier qu’elle a satisfait l’obligation qui lui incombe ».

S’agissant de la question de la prescription de l’action en responsabilité de la banque vis à vis de l’emprunteur ou de la caution pour défaut de mise en garde, la Cour d’appel a jugé que ce délai est de 5 ans. 

Le point de départ du délai de prescription se compute à compter du jour de la réalisation du dommage où, à défaut, à la date à laquelle il s’est révélé à la victime.

Les juges d’appel ont relevé que l’emprunteur, ne possédait aucune qualification ni expérience professionnelle en matière comptable, bancaire ou financière. 

Au surplus, compte tenu de son jeune âge et de son expérience personnelle, au jour de la conclusion des contrats de prêt, la Cour a considéré que l’emprunteur devait bénéficier de la protection attachée à l’emprunteur non-averti.

Par ailleurs, l’emprunteur a justifié avoir perçu, un revenu brut global de 0 euro pour l’année précédant ses emprunts bancaires et avoir un endettement supérieur à la somme de 400.000 euros, pour son habitation principale et la création de son activité

Pour justifier de la bonne exécution de son obligation au titre des prêts la banque a produit une étude prévisionnelle. 

Cependant, le prévisionnel comptable ne concernait qu’une partie des emprunts souscrits. 

Par conséquent, les juges d’appel ont estimé que les prêts consentis par la banque s’inscrivent dans une opération d’ensemble de nature complexe. 

En conséquence, l’emprunteur ne pouvait pas apprécier, au jour de l’octroi des concours, le risque d’endettement encouru. 

C’est donc lors de l’exécution simultanée des différents contrats de prêt, compte tenu des échéances à rembourser et des revenus réels des installations et de son exploitation, que l’emprunteur a pu prendre réellement conscience du caractère excessif de son endettement. 

Autrement dit, l’emprunteur n’a pu prendre connaissance de la réalisation du dommage qu’à compter de la date à laquelle celui-ci a été confronté aux premières difficultés de remboursement. 

Il en résulte que la demande indemnitaire de l’emprunteur ou de la caution à l’encontre de la banque pour manquement à son obligation de mise en garde doit être faite dans les 5 ans à compter de la date à laquelle il ou elle a été confronté aux premières difficultés de remboursement. 

Au cas présent, la Cour d’appel a jugé que « compte tenu de l’ampleur des financements sollicités, au regard de la nature des documents fournis et du caractère insuffisant de leur contenu, il en résulte un dommage certain pour l’emprunteur ». 

Ce préjudice a été compensé par la condamnation de la banque à lui verser la somme de 25.000 euros à titre de dommages et intérêts, ladite condamnation venant en compensation des sommes dues par ce dernier à l’établissement bancaire.

Grâce à cette décision, les emprunteurs ou cautions, pourront davantage engager la responsabilité de la banque pour défaut de mise en garde, compte tenu du décalage dans le temps du point de départ du délai de la prescription quinquennale de leur action en justice. 

Dans le cadre de la mise en jeu de la responsabilité de la banque, les emprunteurs ou cautions, pourront obtenir du juge la condamnation de celle-ci à les indemniser des préjudices subis qui par compensation avec la somme due pourra anéantir ou limiter la dette. 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).


Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01
Email : abem@cabinetbem.com
www.cabinetbem.com

 

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1395 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1390 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1395 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles