Liberté d’expression syndicale: l’impossibilité de poursuivre un syndicat pour diffamation ou injure

Publié le 30/09/2013 Vu 32 614 fois 10
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le 10 septembre 2013, la Cour de cassation a confirmé la décision de relaxe d’un délégué syndical et d’un syndicat poursuivis pour diffamation non publique, en jugeant que le syndicat ne peut pas être poursuivi en tant que personne morale pour diffamation non publique et que le tract syndical incriminé ne visait pas directement la présidente de la société ni cette dernière et ne comportait donc pas d'imputations diffamatoires. (Cass. Crim., 10 septembre 2013, n°12-83672).

Le 10 septembre 2013, la Cour de cassation a confirmé la décision de relaxe d’un délégué syndical et d

Liberté d’expression syndicale: l’impossibilité de poursuivre un syndicat pour diffamation ou injure

Les syndicats disposent d’une liberté d’expression qu’ils peuvent exercer dans le cadre de l’accomplissement de leurs missions pour exprimer leurs opinions ou présenter des revendications auprès de l’employeur.

Ainsi, un syndicat a le droit de communiquer librement des informations au public sur un site internet ou de critiquer les décisions de l’employeur et les conditions de travail en diffusant des affiches ou des tracts.

En outre, compte-tenu du contexte syndical et social, la jurisprudence tolère que les syndicats tiennent des propos critiques et durs sur les agissements de l’employeur, sans pour autant excéder la limite de la polémique syndicale.

C’est ainsi qu’il a été jugé que « le langage syndical justifie la tolérance de certains excès à la mesure des tensions nées de conflits sociaux ou de la violence qui parfois sous-tend les relations de travail » (Cass. Crim, 10 mai 2005, n°04-84.705).

Pour autant, le syndicat ne doit pas abuser de sa liberté d’expression, ce qui est le cas lorsqu’il tient, des propos injurieux, diffamatoires ou excessifs, jetant le discrédit sur l’employeur, un salarié ou sur l’entreprise.

En effet, au titre des dispositions de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et de l’article L.2142-5 du Code du travail, le contenu des affiches et tracts syndicaux peut donner lieu à l’exercice de poursuites pénales en cas de diffamation ou d’injure.

Pour mémoire, la diffamation est définie comme « toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé ».

S’agissant de l’injure, elle désigne « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait ».

Cependant, on distingue selon que la diffamation ou l’injure est publique ou non.

Dans le premier cas, c’est-à-dire si la diffamation est intervenue à l’extérieur de l’entreprise, elle constituera un délit puni d’une amende de 12 000 euros.

En cas de diffamation publique, il sera par exemple possible de poursuivre pénalement la personne physique auteur de la diffusion des tracts, mais non le syndicat en tant que personne morale.

Par contre, dans le cas d’une contravention de diffamation non publique, punie d’une amende maximale de 38 euros, la question s’est posée de savoir s’il était possible de poursuivre directement le syndicat lui-même, en tant que personne morale, en plus de la personne physique qui a diffusé les tracts.

L’arrêt du 10 septembre 2013 vient de fournir une réponse à cette question.

En l’espèce, un tract critiquant les conclusions d’une enquête interne déclenchée par un soupçon de conflits d'intérêts lors de la passation de contrats de services, a été diffusé au sein d’une société.

Par la suite, la société et sa présidente ont assigné un délégué syndical et le Syndicat national du travail temporaire devant le tribunal de police de Paris pour une contravention de diffamation non publique.

Le premier juge a déclaré la prévention établie, mais les prévenus et le ministère public ont fait appel de ce jugement.

La cour d’appel a relaxé le délégué syndical et le Syndicat national du travail temporaire du chef de diffamation non publique.

Pour relaxer le syndicat, les juges du fond ont estimé « qu'aucune disposition de la loi du 29 juillet 1881, ni aucun texte ultérieur, n'autorisent la poursuite d'une personne morale du chef de diffamation ».

Ce point est confirmé par la Cour de cassation qui a considéré « qu'il se déduit de l'article 43-1 de la loi du 29 juillet 1881 qu'en dehors des cas expressément prévus par les textes, les personnes morales ne sauraient encourir de responsabilité pénale à raison des contraventions de presse ».

Or, l'article 43-1 de la loi du 29 juillet 1881 prévoit que seules les personnes suivantes peuvent être poursuivies comme auteurs principaux de diffamation ou d’injure :

1° Les directeurs de publications ou éditeurs, quelles que soient leurs professions ou leurs dénominations ;

2° A leur défaut, les auteurs ;

3° A défaut des auteurs, les imprimeurs ;

4° A défaut des imprimeurs, les vendeurs, les distributeurs et afficheurs.

En d’autres termes, en l’absence de texte autorisant la poursuite d’une personne morale du chef de diffamation, et dans la mesure où le régime juridique de la contravention de diffamation non publique est celui des infractions de presse, un syndicat poursuivi en tant que personne morale doit être mis hors de cause.

Cette mise en cause du syndicat en tant que personne morale se justifie par le fait que depuis la loi Perben II du 9 mars 2004, les personnes morales sont responsables de l’ensemble des infractions, sauf dans les cas où le législateur a exclu expressément leur responsabilité.

Or, l’article 43-1 ajouté à la loi du 29 juillet 1881 par cette loi du 9 mars 2004, prévoit une telle exclusion.  

En effet, l’article 43-1 de la loi du 29 juillet 1881 dispose que l’article 121-2 du Code pénal, qui prévoit la responsabilité pénale des personnes morales, ne concerne pas les « infractions pour lesquelles les dispositions des articles 42 et 43 de la loi sur la liberté de la presse sont applicables».

De ce fait, les personnes morales ne sauraient encourir de responsabilité pénale non seulement à raison des délits de presse, mais aussi des contraventions de presse.

Le syndicat ne pouvant être poursuivi en tant que personne morale au titre d’une diffamation non publique, ce sont donc les auteurs personnes physiques qui peuvent répondrent des éventuelles poursuites pénales.

En l’occurrence, le délégué syndical a également été relaxé, car les propos contenus dans le tract ne visaient pas directement la présidente ni la société.

En effet, la Cour de cassation a approuvé les juges d’appel d’avoir exactement apprécié le sens et la portée des propos incriminés et d’avoir retenu qu'ils ne comportaient pas, de la part du délégué syndical, d'imputations diffamatoires à l'égard des parties civiles.

Il résulte donc de cet arrêt que les syndicats bénéficient désormais d’une immunité totale en matière de diffamation, de telle sorte qu’il n’est plus possible de poursuivre pénalement un syndicat tant au titre des délits de diffamation ou d’injure publique qu’au titre des contraventions de diffamation ou d’injure non publique.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
Tel : 01 40 26 25 01

Email :
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1410 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
22/06/2014 22:27

Bonjour, j'ai trouvé votre article tres interressant et tres precis,
Pourriez-vous me dire si dans le cas ou la personne qui est auteur et diffuseur, a l'interieur de son administration, d'un tract stndical, qui est condamné penalement a l'amende max de 38 euros peut etre poursuivi ensuite au civil?
Merci beaucoup
Jean

2 Publié par Maitre Anthony Bem
22/06/2014 23:20

Bonjour jean94000 merci. Je vous confirme que l'auteur peut être condamné aussi civilement à indemniser la victime de ses préjudices subis. Cela peut être dans le cadre de l'action pénale en même temps. Cordialement

3 Publié par Visiteur
28/06/2014 08:20

bonjour Maitre, un cadre d'un établissement médico social géré par une association nationale trouve sur le blog d'un délégué syndical national un article le concernant. Sans le citer par son nom mais en décrivant sa fonction reconnaissable, ce dernier tient des propos qualifiant la personne de maltraitante à l'égard des usagers ! est ce à l'employeur d'agir pour soutenir son salarié cadre ? est ce au salarié cadre de se défendre seul ? quelle chance de voir une plainte aboutir contre un syndicat, d'autant plus que l'association ne semble pas encline à se mobiliser ???? merci

4 Publié par Maitre Anthony Bem
28/06/2014 08:36

Bonjour simmabel48, même identifiable, la personne visée peut agir. L'association ne peut agir si elle n'est pas identifiable ou n'identifie. Enfin, l'action ne peut être intentée contre le syndicat pour les raisons exposées dans mon article ci-dessus. La procédure suppose de déposer une plainte avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges d'instruction par le biais d'un avocat spécialisé en droit de la presse. Je vous invite à me contacter en privé pour la suite le cas échéant. Cordialement.

5 Publié par alaver
14/08/2014 10:03

Bonjour,
Article interessant mais inquiétant.
J'ai été menacé, diffamé et calomnié, par écrits, par un syndicaliste et par la suite par son syndicat. Le CHSCT n'a pas fait d'enquête pour vérifier ces écrits calomnieux. Les différents syndicats sont entrés en collusion avec mon employeur. Mes avocats d'un autre syndicat sont entrés également en collusion avec mon employeur car ils n'ont pas fourni les pièces qui m'auraient permis de gagner aux prud'hommes. Que me reste-t-il à faire pour qu'éclate la vérité ? Pour indfo j'ai décidé de ne pas faire appel de cette décision prud'hommale car j'ai perdu beaucoup d'argent. Cordialement.

6 Publié par Maitre Anthony Bem
14/08/2014 10:55

Bonjour Alaver, sans connaissance précise des pièces de votre dossier et de la procédure il m'est difficile de vous répondre. Merci de me contacter en privé si vous souhaitez une consultation sur votre situation personnelle. Cordialement.

7 Publié par Visiteur
14/10/2015 16:57

Bonjour,
le délégué du personnel de mon entreprise, profitant de son statut, et suite à une convocation pour mauvais comportement, m 'accuse de harcèlement. Puis-je porter plainte pour diffamation car elle m'a clairement nommée en présence de deux témoins de l'entreprise pris au hasard.
Merci de votre réponse.

8 Publié par Visiteur
12/02/2016 23:36

Bonsoir
Peut t'on tout dénoncer en tant que représentant du personnel ??

9 Publié par Visiteur
14/12/2016 04:19

bonsoir,
Peut on porter plainte pour denonciation calomnieuse contre un bureau syndical qui ecrit des mensongers au Pdt de la republque ?

10 Publié par Visiteur
04/12/2017 16:49

Bonjour,

En tant que délégué du personnel avec un collègue, nous avons été diffamé dans un mail adressé à l'ensemble du collège des salariés dans le but de nous révoquer et nous museler sur des faits graves concernant notre délégué syndicale.
Nous souhaitons savoir quels sont les recours possibles et dans quel délais car cette diffamation date du 7 septembre.
En vous remerciant par avance,
Cordialement

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1410 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles