Un nouveau type de violences conjugales : la cyberviolence telle que la cyber surveillance, la violation du secret de la correspondance ou l’intrusion dans la boîte e-mail de son partenaire

Publié le 22/02/2021 Vu 770 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La violation du secret de la correspondance ou la cyber surveillance, telle que l’intrusion dans la boîte e-mails de son partenaire, constitue-t-elle un nouveau type de violence conjugale ?

La violation du secret de la correspondance ou la cyber surveillance, telle que l’intrusion dans la boîte e

Un nouveau type de violences conjugales : la cyberviolence telle que la cyber surveillance, la violation du secret de la correspondance ou l’intrusion dans la boîte e-mail de son partenaire

 

Avec l’évolution des mœurs et des nouvelles technologies, les juges ont eu à se prononcer sur la question de savoir quels actes de cyber surveillance de la part de partenaires intimes jaloux ou en cours de séparation sont susceptibles de constituer des actes de violence répréhensibles pénalement. 

 

Ainsi, le 11 février 2020, la Cour européenne des droits de l'homme, (ci-après « la CEDH ») a rendu une décision qui répond à la nécessité d’appréhender de manière globale le phénomène de violence conjugale, c’est à dire dans toutes ses formes expression ou de manifestation. 

 

En effet, la CEDH a jugé, le 11 février 2020, que la cybersurveillance ou la cyberviolence est une forme de violence domestique.

 

Plus précisément, elle considère que les violations informatiques de la vie privée telles que l’intrusion dans un ordinateur ou le partage et la manipulation des données et des images, y compris de données intimes constituent des actes de cyberviolence assimilée à de la violence. (CEDH, Quatrième Section, Affaire Buturugă contre Roumanie, 11 février 2020, requête numéro 56867/15)

 

Pour mémoire, la CEDH est chargée de veiller au respect de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales par les 47 États qui l'ont ratifiée. 

 

En l’espèce, une ressortissante roumaine a déposé plusieurs plaintes pénales auprès des autorités en Roumanie à l’encontre de son mari pour des faits de violences et de menaces de mort. 

 

Le couple a divorcé et la plaignante a déposé une troisième plainte pour violation du secret des correspondances de la part de son ex-époux. 

 

La violation du secret de la correspondance est constituée par le fait, de manière illicite, d’ouvrir la correspondance d’un tiers ou d’intercepter ses conversations, ses communications téléphoniques, ou ses communications réalisées par tout autre moyen. 

 

L’épouse a vainement demandé la perquisition de l’ordinateur de la famille pour établir que son ex-époux avait abusivement consulté et copié les données de ses comptes de messagerie électronique et Facebook. 

 

Le parquet a classé toutes les plaintes. 

 

Il a en effet estimé que les menaces de l’ex-époux n’étaient pas suffisamment graves pour être qualifiées d’infraction et que la violation du secret des correspondance était prescrite. 

 

De plus, s’agissant de la plainte de la requérante relative à la violation du secret de la correspondance, le tribunal roumain jugea qu’elle était sans rapport avec l’objet de l’affaire et que les données publiées sur les réseaux de socialisation étaient publiques. 

 

Selon la Cour, les autorités roumaines n’ont pas pris en compte les spécificités des faits de violences domestiques telles que reconnues dans la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. 

 

Pour mémoire, ce traité envisage « avec une profonde préoccupation » le fait que les femmes et les filles sont souvent exposées à des formes graves de violence qui constituent une violation grave des droits humains des femmes et des filles, ainsi qu’un obstacle majeur à la réalisation de l’égalité entre les femmes et les hommes. 

 

Or, les autorités de l’enquête se sont limitées à entendre comme témoins les proches de la plaignante. 

 

Aucun élément de preuve n’a été recueilli afin d’identifier l’origine des lésions subies ni éclaircir les circonstances de la cause. 

 

Les juges ont aussi reproché aux autorités nationales d’enquête de ne pas avoir pris en compte des actes tels que surveiller, accéder à ou sauvegarder sans droit la correspondance du conjoint.

 

La Cour explique que « tant en droit interne qu’en droit international, le phénomène de la violence domestique n’est pas perçu comme étant limité aux seuls faits de violence physique mais il inclut, entre autres, la violence psychologique ou le harcèlement. De plus, la cyberviolence est actuellement reconnue comme un aspect de la violence à l’encontre des femmes et des filles et peut se présenter sous diverses formes, dont les violations informatiques de la vie privée, l’intrusion dans l’ordinateur de la victime et la prise, le partage et la manipulation des données et des images, y compris des données intimes. Dans le contexte de la violence domestique, la cybersurveillance est souvent le fait des partenaires intimes. La Cour accepte donc que des actes tels que surveiller, accéder à ou sauvegarder sans droit la correspondance du conjoint peuvent être pris en compte lorsque les autorités nationales enquêtent sur des faits de violence domestique. De telles allégations de violation de la correspondance appellent de la part des autorités un examen sur le fond afin de pouvoir appréhender de manière globale le phénomène de violence conjugale dans toutes ses formes.

 

La Cour poursuit et relève que « l’examen sur le fond n’a pas eu lieu en l’espèce. Les autorités nationales n’ont pas procédé à des actes de procédure afin de recueillir des preuves permettant d’établir la réalité des faits ou leur qualification juridique. Elles ont fait preuve d’un formalisme excessif en écartant tout rapport avec les faits de violence conjugale que la requérante avait déjà portés à leur attention, et elles ont ainsi failli à prendre en considération les diverses formes que peut prendre la violence conjugale ».

 

Il résulte de cette décision que tous les actes d’espionnage de la part d’un conjoint ou partenaire intime sont susceptibles, le cas échéant, d’être qualifiés par la Cour Européenne des Droits de l’Homme de violences conjugales. 

 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

 

 

Anthony Bem

Avocat à la Cour

27 bd Malesherbes - 75008 Paris

Tel : 01 40 26 25 01

Email : abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

 

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1394 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1390 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1394 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles