Nullité du cautionnement de paiement de loyers commerciaux en raison de la disproportion de l’engagement par rapport aux revenus et patrimoine de la caution

Publié le 12/10/2020 Vu 3 011 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La personne qui s’est portée caution du paiement de loyers commerciaux peut-elle faire annuler son cautionnement s’il est disproportionné à ses revenus et patrimoine ?

La personne qui s’est portée caution du paiement de loyers commerciaux peut-elle faire annuler son cautionn

Nullité du cautionnement de paiement de loyers commerciaux en raison de la disproportion de l’engagement par rapport aux revenus et patrimoine de la caution

Le 22 septembre 2020, la Cour d’appel de Poitiers a jugé que le cautionnement donné en garantie du paiement de loyers commerciaux est nul s’il est disproportionné aux revenus et patrimoine de la caution. (Cour d’appel de Poitiers, 2e Chambre Civile, 22 septembre 2020, n° 19/01074 )

En l’espèce, une SCI a concédé un bail à une société pour la location de locaux commerciaux.

Le gérant de la société s’est personnellement et solidairement porté caution solidaire du bon paiement des loyers de la part de la société.

Par courrier recommandé, la société preneuse à bail s’est prévalue de la résiliation du bail à l’expiration de la première période triennale

L’appel des loyers étant demeuré impayé, de même que le rappel de charges, la SCI bailleresse a adressé une relance à sa locataire incluant le montant de la pénalité de retard contractuelle.

Le Tribunal a ouvert une procédure de liquidation judiciaire à l’encontre de la société preneuse à bail et la SCI bailleresse a assigné la caution devant le Tribunal de Grande Instance aux fins d’obtenir sa condamnation à lui payer l’arriéré de loyers.

Par jugement, le Tribunal de Grande Instance de la Rochelle a fait droit à cette demande. 

La caution a utilement interjeté appel de cette décision en faisant valoir notamment la disproportion de son engagement.

En effet, en vertu de l’article L 341-4 (devenu L332-1) du Code de la consommation :

« Un créancier professionnel ne peut se prévaloir d’un contrat de cautionnement conclu par une personne physique dont l’engagement était, lors de sa conclusion, manifestement disproportionné à ses biens et revenus, à moins que le patrimoine de cette caution, au moment où celle-ci est appelée, ne lui permette de faire face à son obligation ».

Selon la jurisprudence unanime, le créancier professionnel n’est pas limité à la sphère des établissements bancaires et organismes financiers accordant de manière habituelle des prêts, mais s’entend de tout créancier, personne physique ou morale, se prévalant d’une créance née dans l’exercice de sa profession ou qui se trouve en rapport direct avec une activité professionnelle.

En l’espèce, la SCI bailleresse, qui a pour objet la gestion d’un patrimoine immobilier et tire des revenus réguliers du bail commercial, a donc logiquement été considérée par les juges comme un créancier professionnel au sens du texte précité.

La cour ajoute expressément à cet égard que la disposition a vocation à s’appliquer même en matière de cautionnement d’un bail : « si le montant des loyers impayés suscitant l’appel de la caution, est par hypothèse nécessairement indéterminé au moment de l’engagement de caution, celui-ci n’est valable qu’à la condition d’être déterminable ».

La disproportion s’apprécie, lors de la conclusion du contrat de cautionnement, au regard du montant de l’engagement souscrit et des biens et revenus de la caution, en prenant en considération son endettement global, dont le créancier avait ou pouvait avoir connaissance.

C’est à la caution qui entend se prévaloir des dispositions susvisées, de rapporter la preuve de ce que son engagement, au moment de sa souscription, avait un caractère manifestement disproportionné au regard de ses biens et revenus.

 Or, la caution n’était à l’époque pas en capacité de faire face à un engagement de caution supplémentaire, de sorte que ce cautionnement s’avérait, lors de sa souscription, manifestement disproportionné.

Cependant, aucun texte ne fixait de seuil, limite ou taux de disproportion.

Il a fallu attendre, le 4 décembre 2013, pour que, pour la première fois en jurisprudence, dans une affaire jugée au profit d'un autre client du Cabinet Bem, le Tribunal de commerce de Versailles fixe le taux de disproportion des cautionnements.

Dans sa haute bienveillance, le juge a fixé le 4 décembre 2013, deux seuils de disproportion du cautionnement :

- un pourcentage à ne pas dépasser de 33% ;

- un taux de 4 fois maximum les revenus.

Au-delà de l'un de ces deux seuils, le cautionnement est disproportionné et donc la caution peut obtenir l'annulation de son engagement pour ne plus rien avoir à payer au bailleur.

En revanche, le bailleur créancier peut être rétabli dans ses droits, de manière intégrale, s’il établit que la situation de la caution s’est depuis lors améliorée au point de lui permettre de faire face à ses obligations.

Au cas présent, la SCI bailleresse n’a pas été en mesure de prouver le retour à meilleure fortune de la caution, lui permettant, de faire face à ses engagements.

Dans ce contexte, la cour d’appel a déclaré inopposable l’engagement de caution souscrit au profit de la SCI de sorte que le gérant s’est trouvé libéré totalement du paiement de la dette de loyers de sa société.

Il ressort de cette décision que les cautionnements donnés en garantie de paiement des loyers commerciaux notamment par les dirigeants de sociétés peuvent utilement être contestés et annulés pour cause de disproportion.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

 

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1434 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Lalou0000
15/12/2022 07:33

Bonjour, je suis caution solidaire d'un local commercial. Lors de la signature du bail je disposais d'un Smic. Le loyer est de 1100 euros Hors charges.
La SAS dont je suis associée ne génère aucun bénéficie.
Je souhaite déclarer une cessation de paiements mais je ne sais pas quelle démarche effectuer.
J'ai reçu un commandement de payer la dette de loyer mais je n'ai pas de revenus suffisants pour rembourser que dois-je faire?

2 Publié par Maitre Anthony Bem
15/12/2022 08:06

Bonjour, N’hésitez pas à prendre un rendez-vous de consultation en privé (cabinet, téléphone ou visio) afin de me permettre de vous répondre en parfaite connaissance de cause, en appelant au 0140262501 cordialement

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1434 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles