Nullité d'exclusions de garantie d'assurance où l’assuré doit prouver son irresponsabilité

Publié le Modifié le 06/10/2016 Vu 5 424 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les clauses de contrats d’assurances qui imposent à l’assuré la charge de la preuve de son défaut d’alcoolémie pour être indemnisé de son sinistre sont-elles considérées comme abusives ?

Les clauses de contrats d’assurances qui imposent à l’assuré la charge de la preuve de son défaut d’a

Nullité d'exclusions de garantie d'assurance où l’assuré doit prouver son irresponsabilité

Le principe en matière contractuelle est la liberté. 

La liberté contractuelle est double. 

Il s'agit de la liberté de conclure comme on le souhaite et de la liberté de conclure un contrat avec qui on le souhaite. 

Cependant, les contrats entre professionnels et consommateurs ou entre professionnels comprennent souvent des clauses qui réglementent les relations contractuelles entre les parties.

Ainsi, le législateur et les juges protègent les consommateurs des abus dont peuvent se rendre coupables les professionnels dans le cadre de la rédaction de clauses qui leur seraient défavorables. 

Selon la jurisprudence, une clause est considérée comme abusive, lorsqu’elle a pour objet un déséquilibre manifeste entre les droits et obligations des deux parties au contrat.

Le décret n°2009-302 du 18 mars 2009, a établi deux listes exhaustives de clauses : 

  • celles abusives qui sont interdites et sanctionnées de nullité (appellée “liste noire”);

  • celles qui sont présumés comme étant abusives (appellée “liste grise”).

Les contrats d’assurances contiennent souvent des clauses abusives en ce qu’elles entraînent un déséquilibre manifeste entre les droits et obligations des deux parties au contrat en violation des dispositions de l’article L132-1 du code de la consommation.

Un arrêt de la cour de cassation, du 12 mai 2016, revient sur la notion de clauses abusives dans les contrats d’assurances.

En l'espèce, un motocycliste a trouvé la mort au cours d’un accident de la circulation. 

La compagnie d’assurance a refusé d'indemniser la veuve car elle exigeait la preuve que l'assuré n’était pas fautif au moment de son accident, et plus particulièrement la preuve que son état d’alcoolémie n’avait pas été la cause de son décès.

En effet, le contrat d’assurance stipulait une clause aux termes de laquelle il appartenait à l’assuré de rapporter la preuve que son état d’alcoolémie n’avait eu aucun lien avec l’accident. 

Or, l’article R132-2 du Code de la consommation prévoit une liste de clauses considérées comme abusives.

La Cour de cassation rappelle le principe selon lequel :

« dans les contrats conclus entre des professionnels et des non-professionnels ou des consommateurs, sont abusives les clauses ayant pour objet ou pour effet d'imposer au non-professionnel ou au consommateur la charge de la preuve, qui, en vertu du droit applicable, devrait incomber normalement à l'autre partie au contrat ».

En application de ce principe, elle a ainsi jugé comme abusive la clause du contrat d'assurance qui excluait de la garantie les dommages lorsqu’il était établi que le conducteur se trouvait, lors du sinistre, sous l'empire d'un état alcoolique et mettait à la charge de l'assuré de rapporter la preuve que le sinistre était sans relation avec cet état alcoolique. (Cour de cassation, première chambre civile, 12 mai 2016, n°14-24.698)

Ainsi, la clause qui prévoit que l’assuré ou ses ayants droit doit prouver que le sinistre est sans lien avec son état alcoolique est nulle.

La jurisprudence de l’Union Européenne apporte également des précisions concernant les clauses abusives.

En effet, aux termes d’une décision du 4 juin 2009, la Cour de justice de l’Union européenne a jugé que :

« Le juge national est tenu d’examiner d’office le caractère abusif d’une clause contractuelle dès qu’il dispose des éléments de droit et de fait nécessaires à cet effet et que, lorsqu’il considère une telle clause comme étant abusive, il ne l’applique pas, sauf si le consommateur s’y oppose » (CJCE 4 juin 2009, aff. C-243/08).

Les juges ont donc une obligation de contrôler systématiquement la validité des clauses contractuelles et de rechercher le caractère éventuellement abusif de celles-ci.

C’est ainsi que la cour de cassation a cassé et annulé l’arrêt d’appel en considérant que :

“il incombait, donc, à la cour d'appel de rechercher d'office si étaient abusives les clauses d'un contrat d'assurance prévoyant que sont exclus de la garantie les dommages occasionnés au véhicule assuré et les dommages corporels, s'il est établi que le conducteur se trouvait lors du sinistre sous l'empire d'un état alcoolique, sauf si l'assuré ou ses ayants droit prouvent que l'accident est sans relation avec cet état, alors qu'en vertu du droit commun, il appartiendrait à l'assureur d'établir que l'accident était en relation avec l'état alcoolique du conducteur”.

Qu'en statuant comme elle l'a fait, alors qu'il lui incombait de procéder à cette recherche, la cour d'appel a violé le texte susvisé [l’article L132-1 du code de la consommation]”.

Le procès-verbal de gendarmerie indiquait dans le dossier que l’assuré conduisait sous l'empire d'un état alcoolique au moment de l'accident que finalement la garantie était exclue, malgré la nullité de la clause.

Pour conclure, il convient de garder en mémoire que les juges ont tendance à protéger les assurés et consommateurs dans leurs relations avec les assureurs ou les professionnels en général dans la cadre de l’interprétation et de l’application des clauses contractuelles.

 Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony Bem

Anthony BEM

249 € TTC

1402 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par MayadouxAvocat
30/09/2016 12:54

Bonjour,

Qu'en est il avec la réforme du droit des contrats et du code de la consommation svp ?
Quels sont les règles, et les fondements juridiques et textes qui seront applicables/invocables à compter du 1er octobre ? Les tribunaux maintiendront ils leur position sur le sujet avec la réforme ?

Merci par avance

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony Bem

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h maximum

1402 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles