L'obligation de vérification de la solvabilité des cautions par les banques concomitamment au cautionnement

Publié le 22/04/2024 Vu 378 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les banques sont-elles tenues de vérifier la solvabilité des cautions concomitamment au cautionnement demandé pour en garantir leur validité ?

Les banques sont-elles tenues de vérifier la solvabilité des cautions concomitamment au cautionnement demand

L'obligation de vérification de la solvabilité des cautions par les banques concomitamment au cautionnement

Le 13 mars 2024, la Cour de cassation a rappelé que les cautions sont libérées de leur cautionnement quand la banque n’a pas respecté son obligation légale de s'enquérir de la situation patrimoniale d’une caution avant la souscription du cautionnement et que celui-ci est disproportionné à ses revenus et patrimoine au jour de son engagement (Cour de cassation, Chambre commerciale, 13 mars 2024, n° 22-19.900). 

 

Les banques sollicitent de manière quasi systématique de la part des dirigeants d’entreprises qu’ils garantissent personnellement le remboursement des prêts accordés à leur société. 

 

Cependant, les cautions disposent de nombreux arguments juridiques pour tenter de faire annuler leur cautionnement. 

 

Par exemple, la loi prévoit que les banques et créanciers professionnels ne peuvent pas valablement se prévaloir d'un contrat de cautionnement qui serait disproportionné aux biens et revenus de la caution au jour de la conclusion de son engagement (article L. 341-4 du code de la consommation). 

 

Le cas échéant, la disproportion d’un cautionnement entraînera l’annulation de la dette de la caution

 

Or, les banques ne sont pas tenues de vérifier les déclarations fournies par la caution dans sa fiche de renseignements. 

 

En l’espèce, la banque Crédit Mutuel a consenti à une société un crédit de trésorerie à durée indéterminée. 

 

Afin de garantir le remboursement de ce crédit, la banque a obtenu la signature d’un cautionnement solidaire de la part du dirigeant de la société emprunteuse. 

 

La société ayant été mise en liquidation judiciaire, la banque a assigné en paiement la caution. 

 

La caution lui a opposé en défense la disproportion manifeste de son cautionnement par rapport à ses biens et revenus. 

 

En effet, pour être opposable à la caution, la fiche de renseignements patrimoniaux doit être établie à une époque contemporaine de la conclusion du cautionnement. 

 

La fiche ne peut donc pas être faite antérieurement ni postérieurement à la conclusion du cautionnement. 

 

De même, la fiche de renseignements doit être dépourvue d'anomalies apparentes sur les informations déclarées par la caution.

 

Si la fiche ne présente pas d’anomalies apparentes, la caution ne pourra pas utilement se prévaloir contre la banque de ces anomalies pour tenter d’échapper au paiement de sa dette. 

 

Autrement dit, la caution ne peut pas contester son engagement en invoquant que sa situation financière était en réalité moins favorable que celle déclarée dans la fiche de renseignements patrimoniaux. 

 

Dans cette affaire, la banque a produit aux débats une fiche de renseignements de la caution relative à ses revenus et charges annuels et à son patrimoine afin de justifier de la proportionnalité du cautionnement litigieux. 

 

Toutefois, la fiche de renseignements a été établie plus d’un mois après la conclusion du cautionnement. 

 

La banque n’a pas respecté l’obligation légale de s'enquérir de la situation patrimoniale de la caution avant la souscription du cautionnement. 

 

Les juges ont donc estimé que la banque ne pouvait pas valablement se prévaloir des déclarations faites par la caution dans cette fiche de renseignements pour apprécier la disproportion manifeste du cautionnement litigieux. 

 

En conséquence, la caution a pu utilement contester cette fiche de renseignements signée postérieurement à son cautionnement et justifier de la disproportion de cet engagement, de sorte qu’elle s’est retrouvée libérée de sa dette. 

 

Il résulte de cette affaire que les cautions disposent de nombreux moyens juridiques pour se défendre utilement contre les banques lorsque ces dernières les poursuivent en justice afin d’obtenir leur condamnation au paiement des dettes de leur entreprise. 

 

L’analyse des documents de la banque et de la situation patrimoniale des cautions permet souvent de remettre en cause la validité des cautionnements. 

 

Pour mémoire, contrairement aux idées reçues, on gagne contre les banques non pas parce qu’on est fort mais parce qu’elles sont faibles

 

Cela sera notamment le cas lorsqu’elles ne respecteront pas les prescriptions légales et les obligations jurisprudentielles de vérification de la solvabilité des dirigeants auxquels elles demandent de se porter cautions. 

 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici)

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1434 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1434 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles