Plaintes de victimes de violences policières à l'inspection générale de la police nationale (IGPN)

Publié le Modifié le 30/03/2016 Vu 3 616 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les victimes de violences de la part des dépositaires de l'autorité publique peuvent-elles déposer plainte ? ... Souvenir d'un diner au Cocotier

Les victimes de violences de la part des dépositaires de l'autorité publique peuvent-elles déposer plainte

Plaintes de victimes de violences policières à l'inspection générale de la police nationale (IGPN)

L'histoire a commencé à Paris une nuit d'été. 

Mon client était tranquillement attablé avec un ami au restaurant Le Cocotier

Il ressemble à ces hommes dont la taille et la corpulence sont inversement proportionnels à son goût pour la violence.

Il ressort du dossier qu'agé de 52 ans, il ne lui est connu aucun fait de violence.

C'est un père de famille responsable et un employé modèle selon sa hiérarchie.

Et pourtant ce soir là, le dîner au Cocotier s'est tragiquement fini. 

Un homme avait pénétré dans le Cocotier une arme à la main en s'exclamant "Police !!!".

L'intru ne portait pas de brassard et était en quête d'une personne,

En vain, il ne trouvait personne. 

Mais, pendant ce temps au Cocotier, témoin de la scène et apeurée, une jeune fille s'était mise à pleurer.

Mon client a alors suggéré au prétendu policier de crier moins fort pour ne pas affoler davantage l'enfant à ses côtés,

Le policier lui a alors demandé qui il était ? 

Monsieur vos papiers !

D'un simple contrôle d'identité, il s'ensuivra une interpellation musclée :

2 gifles, une fracture de la jambe, 48 heures de garde à vue, plus de 30 jours d'incapacité temporaire de travail (ITT).

Cerise sur le gâteau, mon client a écoppé d'un rappel à la loi pour outrages à agent, contestable et contesté mais que la procédure ne lui permet pas de plaider. 

Une plainte auprès de l'inspection générale de la police nationale (l'IGPN) a été déposée. 

La police des polices saisie de l'affaire, en enquête préliminaire, à convoqué l'ensemble des intéressés : la victime et 5 policiers. 

La particularité de ce type d'enquête est que ce sont des policiers qui enquête sur d'autres policiers. 

Les questions se sont révélées être orientées en faveur des policiers, les réponses de la victime détournées en faveur de ces deniers et les observations de l'avocat ignorées. 

S'agissant du pv d'audition, il n'a même pas pu être signé par la victime car l'agent a osé l'arraché des mains de son avocat quand celui-ci était en train de le relire avant de le signer. 

Le devoir de justice et le respect des droits de la victime nécessitent qu'une enquête sérieuse soit réalisée et a minima que les témoins soient auditionnés. 

Dans cette affaire, rien avait été effectué par l'agent en charge du dossier. 

De manière particulièrement kafkaïenne, la victime était devenue le coupable comme dans une mauvaise série B.

On lui reprochait de ne plus se souvenir de rien de cette nuit d'été au Cocotier. 

Il aurait été trop alcoolisé. 

Plus de gifle, ni de fracture, ni d'ITT ...

Pour l'inspecteur, l'affaire était dans le sac et le dossier bouclé. 

C'est sans compter ma volonté de justice et d'équité. 

Si la police doit utiliser la force légitime pour maintenir l’ordre public et arrêter les délinquants, elle doit accomplir cette mission de service public de manières proportionnée et adaptée.

Lorsque des abus sont commis dans l’exercice des compétences policières et dans les contraintes que la police exerce légitimement sur la liberté d’aller et venir de chacun, ces contraintes deviennent des violences policières illégitimes qui doivent être pénalement et professionnellement sanctionnées.

Enfin, pour mémoire, selon le code pénal, les violences commises par des dépositaires de l’autorité publiques constituent un délit dont les auteurs sont punis d'une peine maximum de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende, outre le paiement de dommages et intérêts. 

La peine est portée à 5 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende si ces violences ont été commises en raison de l’orientation sexuelle de la victime ou à raison de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, de la victime à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. 

Bien qu'en pratique il soit difficile pour les victimes de faire entendre leur version des faits, la plainte au procureur de la république et au doyen des juges d'instruction par la voie d'un avocat spécialisé consitue le seul moyen de faire éclater la vérité. 

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1426 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1426 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles