La protection fonctionnelle des fonctionnaires et agents publics en cas de menaces et violences

Publié le 13/05/2014 Vu 11 546 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les fonctionnaires et les agents publics peuvent bénéficier de la protection fonctionnelle de l’administration lorsqu’ils sont victimes de menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages.

Les fonctionnaires et les agents publics peuvent bénéficier de la protection fonctionnelle de l’administra

La protection fonctionnelle des fonctionnaires et agents publics en cas de menaces et violences

Pour mémoire, l'administration est tenue d'assurer la protection de ses agents lorsqu’ils sont victimes d'agressions physiques ou verbales dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions ou lorsqu’ils font l’objet de condamnations civiles ou pénales liées à une faute de service.

En effet, l’alinéa 3 de l’article 11 de la loi du 13 juillet 1983 qui prévoit cette protection fonctionnelle, dispose que :

« La collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l'occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté. »

Les menaces visées par cet article doivent être entendues comme des intimidations ou pressions ayant pour objet une atteinte aux personnes ou aux biens (exemples : menaces de mort, de violence ou de dégradation de biens matériels, etc... ).

Les menaces de violences sont en tant que telles des faits de nature à inspirer une crainte afin d’amener ou de tenter de contraindre l’agent public victime à donner son consentement à un acte que, sans cela, il n’aurait pas accepté.

S’agissant de la voie de fait, elle constitue une atteinte à l’intégrité corporelle ou bien un comportement ayant entraîné une émotion très violente et un trouble psychologique (exemples : provocation, intimidation, brutalité à l’encontre de l’agent public, etc ...).

Les injures sont légalement définies comme des expressions outrageantes, invectives ou termes de mépris adressés à une personne et portant atteinte notamment à l’honneur et à la dignité de cette dernière.

La diffamation est légalement définie comme une allégation ou une imputation d'un fait portant atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne.

Enfin, les outrages désignent des paroles, gestes ou menaces, des écrits ou images de toute nature non rendus publics ou l'envoi d'objets quelconques adressés à une personne chargée d'une mission de service public, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de sa mission, et de nature à porter atteinte à sa dignité ou au respect dû à la fonction dont elle est investie.

Il est important de souligner que les attaques ouvrant droit à la protection fonctionnelle des fonctionnaires et agents publics peuvent être physiques ou morales, verbales ou écrites (email, lettres, tracts, articles de presse, pétition, etc...).

Cependant, selon la jurisprudence administrative, la liste des attaques ouvrant droit à la protection fonctionnelle est loin d’être exhaustive, de sorte que l’administration est tenue de protéger les agents publics contre toutes formes d’attaques, quel que soit leur auteur (personne privée ; usager du service public, autre agent public, …).

C’est ainsi qu’il a été jugé que « les agissements répétés de harcèlement moral peuvent permettre à l'agent public qui en est l'objet d'obtenir la protection fonctionnelle prévue par les dispositions de l'article 11 de la loi du 13 juillet 1983 contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont les fonctionnaires et les agents publics non titulaires sont susceptibles d'être victimes à l'occasion de leurs fonctions ». (CE, 12 mars 2010, n° 308974, « Commune de Hoenheim »)

Ainsi, les fonctionnaires et agents publics bénéficient d'un droit à l'octroi de la protection de la part de leur administration contre toutes les attaques dont ils sont victimes à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou en raison de leur qualité de fonctionnaire ou d’agent public.

Outre les attaques dirigées contre la personne du fonctionnaire ou de l’agent public, les atteintes à leurs biens personnels leur permettent également de bénéficier de la protection fonctionnelle. (CE, 6 novembre 1968, n° 70282, « Benejam »)

Pour conclure, il convient de garder en mémoire que dès lors que les conditions d’octroi de la protection fonctionnelle sont réunies, il appartient à l’administration « non seulement de faire cesser ces attaques, mais aussi d’assurer à l’agent une réparation adéquate des torts qu’il a subis » (CE, 18 mars 1994, n° 92410, « Rimasson »).

En cas de refus d'octroi de la protection fonctionnelle, un recours devant le juge administratif est susceptible de permettre aux fonctionnaires et agents publics d'obtenir du juge une condamnation de leur administration, sous astreinte, afin de l'obliger à respecter ses obligations légales.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

PS : Pour une recherche facile et rapide des articles rédigés sur ces thèmes, vous pouvez taper vos "mots clés" dans la barre de recherche du blog en haut à droite, au dessus de la photographie.

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris
01 40 26 25 01

abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1434 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
13/04/2018 21:59

Bonjour
je viens vers vous, j'ai lu votre article concernant le statut des fonctionnaires. Etant enseignant titulaire. Des élèves m'accusent de sexisme suite à une colle que j'ai donné à l'une de ces élèves. Ils s'ont été se plaindre à l'administration pour m'accuser de voyeurisme et de père fouettard. Cela parait grossier mais c'est la vérité je suis alors partie porte plainte à la gendarmerie cela n'a pas plus au rectorat. Mon proviseur m'a demandé de m'arrêter jusqu'a nouvelle ordre il me dit qu'il doit avant tout protéger les élèves. quand je lui dit qu'il se fait rouler dans la farine par les élèves.
que cela est une grossièreté monté pas eux. Il me répond c'est le
réglément. il me dit arrêté vous quelques jours.
Donc je me suis arrêté pour une durée d'un mois; du coté du rectorat c'est le silence radio. mais je me méfie de cette administration qui doit me couver, je sais quoi je suis aller avoir un psychologue il m'a donné dix jours ITT est constaté mon état santé.
Pourriez-vous me donner des conseilles.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1434 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles