Radiation d'une hypothèque judiciaire prise sur un bien commun des époux

Publié le 01/07/2015 Vu 12 676 fois 4
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Une hypothèque judiciaire prise sur un bien commun des époux est-elle valable en l'absence d'engagement de l'un d'eux ?

Une hypothèque judiciaire prise sur un bien commun des époux est-elle valable en l'absence d'engagement de l

Radiation d'une hypothèque judiciaire prise sur un bien commun des époux

Le 4 mars 2015, la Cour de cassation a jugé que :

«  le cautionnement souscrit par un des deux époux marié sous le régime de la communauté de biens ne peut engager les biens communs du couple qu'à la condition que l'autre époux ait donné son consentement exprès »  (Cour de cassation, première chambre civile, 4 mars 2015, Référence RG° 14-11567). 

 En l'espèce, par acte authentique, passé devant notaire, une société a consenti à une SCI une ouverture de crédit en compte courant afin d’acquérir des terrains et d’y construire des immeubles. 

Ce crédit avait été consenti avec :

- l’engagement de caution personnelle et solidaire de M. X, époux commun en biens de Mme Y ;

- une hypothèque sur un des biens immobiliers dont ces époux étaient propriétaires en commun.  

A cet égard, il convient de préciser que l'épouse n’est intervenue à l’acte notarié que pour l’affectation hypothécaire d'un bien commun et n’est pas caution.  

Sur le fondement de l’acte notarié précité, le créancier a cru pouvoir prendre valablement une inscription d’hypothèque judiciaire provisoire “sur les parts et portions appartenant à M. X” dans un autre bien commun du couple bien visé dans l’acte notarié’’

L’hypothèque judiciaire provisoire à été convertie en inscription définitive puis publiée. 

L’hypothèque judiciaire provisoire est une sûreté.  

Autrement dit, l'hypothèque permet de garantir le paiement d'une créance en cas d'impayé par le débiteur de manière amiable et spontanée. 

Concrètement en cas de vente du bien immobilier par le débiteur, le créancier est garanti d'être payé puisque le notaire devra verser en priorité à ce dernier le montant de sa garantie avant de distribuer le prix de vente au débiteur.  

Or, la loi et la jurisprudence réglementent à la fois les modalités procédurales, les délais et les conditions des hypothèques. 

L'épouse a assigné le créancier inscrit afin d'obtenir la radiation de l’hypothèque et de l'inscription hypothécaire. 

En effet, en l’absence de consentement exprès de l'épouse  de M. X, commun en biens, celle-ci n’a pas engagé tous les biens communs par le seul cautionnement souscrit par l'époux. 

De plus, les parts et portions de chacun des époux sur un bien commun ne sont pas identifiables tant que la communauté n’est pas été dissoute. 

Les juges ont accueilli favorablement cette demande car  :

- d'une part, l’acte de prêt ne comprenait que l’hypothèque d’un seul bien commun et non celui sur lequel l'inscription hypothécaire avait été prise ;

- l'épouse n’avait pas expressément consenti au cautionnement personnel souscrit par son époux. 

Dans ce contexte, la cour de cassation a considéré que « celui-ci [l'époux] n’avait pas engagé les biens communs par ce cautionnement » et validé la radiation de l’hypothèque judiciaire provisoire inscrite abusivement. 

Il résulte de cette décision que le prêteur ne peut pas valablement prendre, en garantie de l’engagement de caution du mari pris pendant le mariage, une hypothèque sur l’immeuble qui appartenait en commun aux époux au moment du cautionnement souscrit par le mari. 

Le régime de la communauté légale permet en principe aux époux de n'engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un emprunt. 

De manière exceptionnelle, les biens communs et les revenus des époux peuvent être engagés par un cautionnement ou un emprunt de l'un des deux, à la condition que ces engagements aient été contractés avec le consentement exprès de l’autre conjoint. 

En conclusion, il conviendra de garder en mémoire qu'à défaut de consentement expresse des deux époux au cautionnement personnel souscrit par l'un d'eux, celui-ci n'a pas engagé les biens communs par ce cautionnement, de sorte que le créancier ne peut pas prendre d'inscription sur un bien commun des époux.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Anthony Bem
Avocat à la Cour
27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 26 25 01
abem@cabinetbem.com

www.cabinetbem.com

Vous avez une question ?
Blog de Anthony BEM

Anthony BEM

249 € TTC

1435 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
14/05/2016 07:59

Bonjour cher Me,
Qu'en sera-t-il si l'un des époux est plutôt témoins dans le contrat Pour le compte d'une partie ?

2 Publié par Maitre Anthony Bem
14/05/2016 08:20

Bonjour Gsus,

Merci de bien vouloir reformuler votre question car j'ai du mal à en comprendre le sens.

Cordialement.

3 Publié par Visiteur
22/08/2016 10:11

Bonjour Maître qu'en est-il du cas où un époux hypothèque un immeuble appartenant à la communauté? Déjà, cela peut-il se faire sans le consentement expresse de son conjoint ?

4 Publié par Visiteur
26/12/2016 10:53

bonjour.
Je en instance de divorce,ordonnance de conciliation en date du 15/11/2016.Nous avons une maison dans laquelle il y vit payée par mon assurance invalidité.De mon coté je regle un loyer.J'ai des soins de santé qui vont etre a regler et je n'ai pas d'argent.Puis je faire une hypotheque sur ma part?
merci de votre reponse

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Rechercher
A propos de l'auteur
Blog de Anthony BEM

Avocat contentieux et enseignant, ce blog comprend plus de 3.000 articles juridiques afin de partager mes connaissances et ma passion du droit.

Je peux vous conseiller et vous représenter devant toutes les juridictions, ainsi qu'en outre mer ou de recours devant la CEDH.

+ 1400 avis clients positifs

Tel: 01.40.26.25.01 

En cas d'urgence: 06.14.15.24.59 

Email : abem@cabinetbem.com

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

249 € Ttc

Rép : 24h max.

1435 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles